Untitled design-49

La colère, la frustration ou l’impatience m’habite

Connaissez-vous ce qui fait naître la colère? Comprenez-vous pourquoi, aujourd’hui, à l’âge adulte, ce temps présent où la sagesse devrait marquer le plan émotionnel, nous vivons toujours sous l’emprise des émotions fortes? Incapable d’agir paisiblement lorsque les situations de la vie se présentent à nous? On plonge tout droit dans un feu ardent, réaspiré par un flot continu d’une chose qui nous brûle et qui nous consume.

L’effet d’accumulation

Cette chose qui nous brûle et qui veut s’exprimer hors de nous aussi vivement que la flamme qui jaillit de la gueule du dragon est, en fait, très naturelle. C’est une réaction déclenchée par l’effet d’accumulation.

Emmagasinez de l’énergie et voyez comment elle réagira lorsqu’il sera temps de la laisser sortir. Elle sera puissante et peut-être même qu’elle explosera.

Ce n’est pas l’accumulation de colère et de frustration qui fait jaillir de nous la colère et la frustration. Mais, c’est l’accumulation passée de tout ce qui n’a pas été exprimé à l’âge où nous aurions dû apprendre à vivre le cycle de TOUTES nos émotions sans restriction. Les petites choses comme les grandes choses. Le mutisme auquel nous avons été soumis, les paroles non écoutées, les émotions incomprises, le rejet des émotions, la catégorisation des émotions comme bonnes ou mauvaises… Exprimé différemment, on ne nous laissait pas vivre nos émotions pleinement. On les enfermait dans une boîte et on les empêchait d’exister.

Pensant bien faire, car vivre dans la négativité ce n’est pas bien, nous nous sommes fait contraindre d’être joyeux. On a refusé d’entendre nos plaintes. On a choisi pour nous ce qui est bien de ce qui ne l’est pas.

Sauf que… pendant tout ce temps, nous accumulions les frustrations. Bien entendu, car nous voulions être :

  • Écouté
  • Entendu
  • Compris

Les besoins émotionnels incompris

Nous ne voulions pas nous faire dire que nos émotions étaient mauvaises ou égoïstes ou inadéquates. Nous cherchions l’approbation de ce que nous vivions dans l’instant. Nous espérions l’appui de nos parents et non le rejet de nos parents. Nous avions besoin d’être pleinement écouté, non pas jugé. Nous avions besoin d’un phare, non pas d’une bouée. Nous avions besoin qu’on approuve ce que nous ressentions, non pas qu’on dénigre nos émotions.

Mais, voilà, ce n’est pas ce que nous avons reçu comme éducation. Causés par leur propre douleur, les adultes qui nous entouraient ne pouvaient nous donner ce qu’ils ne possédaient pas. Ne sachant pas comment vivre un cycle émotionnel sain, ils pataugeaient dans l’inconnu.

  • Ils ont agi ainsi ne pouvant supporter leur propre colère, leur frustration et leur impatience. Ils nous limitaient dans nos propres émotions pour ne pas subir davantage de ce qu’ils ne maîtrisaient pas et contrôlaient nos émotions pour adoucir la vie;
  • Cherchant à vivre dans le bonheur, ils nous empêchaient d’écouter ce qui se passait à l’intérieur de nous et détournaient notre attention vers autre chose dans le but de nous éloigner de nos émotions dites « négatives ».

Oh, malheur! Voilà une mixture parfaite pour apprendre à ne pas se comprendre! Au lieu de solidifier nos fondations intérieures, nous avons appris à taire tout ce qui bouillait en nous. Deux choses ont pu se produire par la suite :

  • Nous nous sommes soumis;
  • Nous nous sommes rebellés.

Ni l’un ni l’autre ne permet de vivre un cycle sain des émotions.

Le cycle sain des émotions

À l’intérieur de nous vit une boule d’émotions et de sentiments qui n’ont jamais eu la chance de s’exprimer, d’être écoutés, d’être bercés puis laissé aller une fois le cycle terminé. Cette boule possède intérieurement l’énergie accumulée au fil des années. Une énergie puissante.

Hélas, tous ces gens en colère qui vivent avec la frustration et l’impatience presque au quotidien s’acharneront à dire qu’ils sont bien malchanceux de vivre avec cet état intérieur. Je réponds : bien au contraire! Vous faites partie des plus chanceux! Cette colère qui survient en vous et qui s’exprime EXTÉRIEUREMENT est visible et tangible. Elle vous permet de voir que ça ne va pas. Si elle était silencieuse, vous ne pourriez pas la déceler. Un mal-être général vous habiterait sans pouvoir comprendre ce qu’il représente, mais surtout sans pouvoir le voir réagir. Dans un tel cas, vous n’auriez pas la possibilité de toucher votre souffrance et de la repérer lorsqu’elle s’exprime. La colère et la rage sont l’expression ultime de votre mal-être et ils s’épanouissent dans les moments les plus difficiles vous permettant d’identifier ce qui les propulse hors de vous.

Avec le temps, vous allez réaliser que bien souvent sous la colère, la frustration et l’impatience se cachent :

  • Écoute-moi
  • Entends-moi
  • Comprends-moi 

Ne pas se faire écouter, entendre ou comprendre engendre une grande tristesse. Cette tristesse se transforme en colère avec les années.

Prenant conscience de ceci, vous allez commencer à vous écouter de plus en plus. Vous allez vous tourner vers l’intérieur pour entendre ce qui veut s’exprimer. Petit à petit, vous chercherez à sentir chacune des émotions pour ce qu’elles sont. Vous ne tenterez pas d’apposer une étiquette et juger ce que vous ressentez, mais plutôt accepter que toutes vos émotions aient le droit d’exister. Sur ce chemin d’« acceptation », vous pourrez enfin connaître la paix, puisque vous pourrez enfin vivre le cycle complet d’une émotion. Vous vous écouterez, vous prendrez soin de vous et vous laisserez partir lorsque le temps sera venu les émotions qui finalement ne s’accumuleront plus en vous.

Mais, quelle est la suite?

Il est possible que tout ce que vous avez cultivé depuis des décennies ne puisse être soumis à la lumière du jour et libéré, puisqu’il est impossible de se rappeler tout ce qui a été enfoui. Par contre, vous trouverez votre libération en continuant moment après moment à vous enraciner intérieurement et à ressentir les sensations physiques qui s’opèrent en vous dans les moments simples. Lorsque tout semble calme autour de vous, prenez conscience de votre corps. Vous verrez qu’on le croit souvent plus bien qu’il ne l’est réellement. C’est dans le calme que vous pourrez constater les sensations subtiles du mal-être qui continue de nous piéger intérieurement. On croit à tort que c’est lorsque la colère surgit qu’il faut agir, mais c’est surtout lorsque le calme est présent qu’il est l’heure de constater les dégâts. C’est là où le travail doit commencer. Dites-vous : OK! Je suis seul dans la voiture. Au lieu de penser à mes futilités habituelles, comment je me sens? Vous serez surpris de voir que vous ne vous sentez pas si bien que ça. Que votre poitrine ressent une pression, que votre tête tente de se changer les idées en faisant jouer de la musique ou bien que vos doigts pianotent le volant involontairement. La crise de rage est le symptôme. Nous ne voulons pas guérir le symptôme, nous voulons guérir la source du mal. Alors, plongeons dans les eaux profondes de notre esprit et trouvez l’endroit qui connaît le calme.

Dès que le corps ressent, écoutez.

Dès que le coeur se serre, écoutez.

Dès que la pression sanguine monte, écoutez.

Dès que les mâchoires se serrent, écoutez.

Acceptez.

Vous avez le droit de vivre ce que vous vivez.

Visitez moiultime.com

promo carrée - le semainier 2017

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!

Vous étes invités à reproduire cet article en incluant le nom de l'auteur, un lien vers la source original
et la mention :" Article trouvé sur Les Mots Positifs.com".

Source original : http://moiultime.com/la-colere-la-frustration-ou-limpatience-mhabite/