Fotolia_84107741_XS

Survivre aux parents toxiques

Se construire face à un parent toxique est difficile et déstabilisant. Si en plus, ce parent toxique est un manipulateur, pervers narcissique, la tâche devient vraiment complexe. Si vous êtes confronté à ce genre de parents, voici quelques pistes et éclaircissements sur vous même et sur les solutions pour guérir vos blessures.

Qu’est-ce qu’un parent toxique ?

Par définition, c’est un parent qui est incapable d’offrir à son enfant ce dont il a besoin pour se construire, pour développer une estime de soi solide et une confiance en soi inébranlable. Ce genre de parent crée un vide affectif que l’enfant n’aura de cesse de remplir parfois de façon malsaine en se lançant systématiquement dans des relations qui seront le reflet de celle qu’il a connu avec son parent.

Un parent pervers narcissique utilise le lien familial pour mettre son enfant sous emprise et le soumettre à ses désirs. Cet enfant est donc dans l’incapacité de construire son identité puisque son parent la vampirise et l’anéantit pour qu’il n’existe qu’à travers lui. Le parent pervers narcissique ne tient pas compte des besoins de son enfant, cela ne l’intéresse pas. L’enfant n’a pas l’autorisation d’exister en tant que personne à part entière et cela crée beaucoup de confusion dans son identité.

Quelles conséquences sur les enfants et enfants devenus adultes ?

Les enfants de pervers narcissiques développent des croyances sur eux-mêmes qui vont les entraîner dans des relations toxiques. Voici quelques exemples :

  • Je ne suis pas aimable
  • On ne peut pas faire confiance aux autres
  • Montrer ses émotions, c’est dangereux
  • Je suis obligé(e) de tout accepter pour être aimé(e)

Ces croyances limitantes sont le fruit d’un conditionnement intensif réalisé par le parent toxique à coup de manipulation, de chantage affectif, de culpabilisation, de double contrainte, de menaces, de dévalorisation et toutes ces techniques terriblement efficaces pour mettre quelqu’un sous emprise. D’autant plus efficaces lorsqu’on les utilise dès l’enfance.

Toutes ces croyances et méfiances induites chez l’enfant vont orienter ses relations futures. Ce sont des personnes qui ont tendance à se sacrifier pour les autres, à se sur adapter pour obtenir de l’amour, à culpabiliser intensément, à prendre des responsabilités qui ne leur appartiennent pas, à se dévaloriser systématiquement, à ne pas mettre leurs limites,… Partant du principe que leur énergie relationnelle est composée de tous ces éléments et que l’on attire à soi des personnes nous permettant d’apprendre sur soi, vous imaginez le type de relation dans lequel sont entrainés les enfants qui ont du grandir face à un tel parent.

Comment se reconstruire ?

Tout d’abord, il est indispensable d’intégrer le fait que PERSONNE, et certainement pas un parent, n’a le droit de vous maltraiter. Ceci implique d’envoyer valser le principe judéo-chrétien qui nous impose d’aimer nos parents. L’amour n’est pas obligatoire. Mais plus encore, le statut de parent ne donne pas le droit de maltraiter ses enfants. Vous avez donc le droit de refuser d’être traité de la sorte. Personne n’a aucun droit sur personne au nom de l’amour filial.

Il faut aussi bien intégrer que la seule personne sur laquelle vous avez du pouvoir de changement c’est sur vous. Ne perdez pas votre énergie à essayer de changer ce parent toxique, il y a peu de chances que cela arrive.

Ensuite, le travail de (re)construction repose sur plusieurs choses :

  • augmenter votre estime de soi
  • poser vos limites
  • vous donner le droit d’exister
  • vous positionner
  • définir vos valeurs et vivre en accord avec elles

Je sais, vous êtes entrain de vous demander « Mais comment ?? ». C’est une question à laquelle il est difficile de répondre car il n’y a pas de recette miracle et universelle. Je dirais qu’il faut commencer petit à petit, chaque millimètre franchi vous donnera l’impulsion pour le suivant. Faites des choses qui vous font plaisir, prenez du temps pour vous, prenez soin de vous, soyez fier de vous, entourez-vous de personnes positives. Personne ne peut faire tout cela à votre place.

Vous avez un enfant avec un pervers narcissique ?

Vous n’avez pas le pouvoir de changer votre ex-conjoint(e), mais vous pouvez aider votre enfant de plusieurs façons.

  • Eveillez son esprit critique : votre enfant a besoin de savoir qu’il possède une faculté de penser et qu’il a le droit de l’utiliser. Lorsqu’il vous rapporte des affirmations telles que « Papa/maman m’a dit que j’étais égoïste », questionnez-le sur ce qu’il/elle en pense. Demandez-lui : « Et toi, qu’en penses-tu ? Trouves-tu que quand tu partages ton goûter avec tes amis tu sois égoïste ? » Peu importe la réponse qu’il vous donne, l’important c’est de planter la graine. Tôt ou tard elle fleurira.
  • Condamnez les comportements inadéquats du parent PN : ne minimiser pas les comportements violents, les insultes, les accès de colère de votre (ex)-conjoint(e). Il est important de les condamner afin que votre enfant sache que ce n’est pas acceptable et qu’il a le droit de les refuser. Mais aussi pour que votre enfant ne les reproduise pas en pensant que c’est permis. Il faut cadrer les choses.
  • Valorisez votre enfant : il en a besoin. Il ne s’agit pas de le faire à outrance et en exagérant. Valorisez ses qualités, ses succès, ses réussites, ses talents. N’en inventez pas, il ne vous croira pas. Basez-vous sur ceux qu’il possède, il en est plein.

Que vous soyez enfant de parent toxique et que vous partagiez la parentalité avec ce genre de parent, vous trouverez beaucoup de réponses à vos questions dans mon livre « Survivre aux parents toxiques », aux éditions Idéo, sorti en septembre 2016 et disponible en librairie.

www.juliearcoulin.comSuivez-moi sur Facebook

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!

Vous étes invités à reproduire cet article en incluant le nom de l'auteur, un lien vers la source original
et la mention :" Article trouvé sur Les Mots Positifs.com".