Acceptation de soi

Citation L’acceptation de soi, c’est assumer cette liberté d’être soi.

L’acceptation de soi, c’est assumer cette liberté d’être soi.

S’accepter. Entièrement, tels que l’on est, avec nos défauts et nos qualités. C’est la recherche de nombreuses personnes actuellement, qui veulent parvenir à un équilibre et une harmonie avec eux-mêmes et tout ce qui les entoure. Mais s’accepter, c’est avant tout une quête : celle de la personne que l’on est, et parfois, d’une évolution positive de cette personne. C’est la rencontre de deux questions : qui suis-je ? Qui ai-je envie de devenir ?

« Je m’accepte »

Pour s’accepter, que doit-on faire ? Avant toute chose, nous devons savoir nous libérer des idées, avis et jugements des autres. Nous devons faire le choix de nous plaire à nous plus qu’aux autres. Il n’est pas question de changer, de devenir qui l’on n’est pas sous prétexte qu’il serai mieux d’être comme X ou de ressembler à Y. Nous sommes là pour vivre la vie qui nous appartient et qui doit donc nous convenir et nous correspondre.

Nous pouvons avoir plusieurs blocages lors de cette recherche :

  • Refus de voir ses défauts,
  • Souffrance liée à la non-acceptation des autres,
  • Difficultés à comprendre qui l’on est et qui l’on désire être…

Cette quête personnelle et spirituelle peut donc souffrir de barrages, qu’il va nous falloir transformer en pont afin d’arriver à entrer en contact avec la personne que l’on est réellement.

Voir et accepter ses défauts peut être compliqué, d’autant plus que l’on n’a que très rarement envie de nous appesantir dessus. Ils nous font mal, ils nous montrent une facette de nous-mêmes que nous ne souhaitons pas mettre en valeur. Pourtant, ils sont essentiels à la personne que l’on est. Nous ne pouvons n’être que qualités, tout comme nous ne pouvons être que défauts. Il faut les deux pour créer un équilibre. D’autre part, nous pouvons parfois avoir tendance à augmenter nos qualités, afin d’être mieux vus, y compris par nous-mêmes.

Le développement personnel et spirituel permet de mettre en lumière les besoins de chacun, les capacités – ou forces de caractère – et d’en sortir des conseils et des messages. Cela signifie tout simplement que l’aptitude à se trouver est déjà en chacun de nous. Nous n’y avons tout simplement pas accès et nécessitons, à ce moment-là, une aide.

Souffrir du rejet des autres est également un autre problème, un nouvel obstacle à cette quête : en effet, s’accepter soi-même est bien plus aisé si nous ne ressentons pas de rejet de la part des autres. Cette souffrance amène des questions négatives : suis-je assez bien ? Ont-ils raison à mon propos ? Et si le problème venait de moi ? Et ainsi de suite. Toutes ces questions bloquent l’acceptation de soi. Comment tenter de s’accepter lorsque nous ne nous sentons pas soutenus ?

Enfin, ne pas comprendre qui l’on est et ne pas savoir qui nous désirons devenir est le dernier problème que la recherche de soi-même peut causer. Pour savoir quelle est cette personne que nous aimerions devenir, il faut bien entendu savoir quelle est la personne que nous sommes actuellement. Naturellement, cette question n’aura jamais de réponse claire et précise, car l’être humain est beaucoup trop complexe. Même une psychanalyse complète ne parviendra qu’à apporter un éclairage général, mais ne pourra pas permettre à quelqu’un de se connaître parfaitement, par coeur.

Aujourd’hui, certaines personnes préfèrent porter un masque – montrer aux autres une personnalité qu’elles n’ont pas, qui n’est pas elles – plutôt que de s’accepter. Pour plusieurs raisons, cela semble logique. Tout d’abord, lorsque l’on s’accepte, nous vivons une certaine libération du regard des autres, qui nous permet donc d’agir comme nous l’entendons. En fonction de nos désirs propres et de nos besoins. De nos besoins, oui, parce que l’une des plus grandes recherches en lien avec la quête de soi est la quête de sens au sein de sa vie. Si nous ne trouvons pas de sens à notre vie, nous ne pourrons pas être heureux, parce que ce sens est ce qui nous donne du pouvoir : celui d’aimer ce que l’on fait, d’avancer sans heurts sur ce chemin et d’oser. Sans sens dans sa vie, impossible de réellement comprendre pour quoi nous agissons.

La quête de sens et de soi-même

« Qui je suis ? » , « quel est le but de ma vie ? » sont des questions que l’on se pose forcément dans une quête de soi. Ce qui est extraordinaire, c’est que ces deux questions sont liées à un tel point que nous donnons la réponse à l’une lorsque nous trouvons celle de l’autre. C’est ce que l’on nomme également la vocation : notre mission de vie, celle qui nous tient et nous guide. Lorsque nous savons ce qu’est le sens de notre vie, nous savons intuitivement qui nous sommes.

Etre en harmonie avec soi-même, en équilibre, c’est donc trouver ce qui donne un sens à notre vie, trouver ce qui nous correspond et ce pour quoi nous vivons. Finalement, c’est bien cela « vivre » vraiment : savoir pourquoi et pour quoi nous vivons.

Cette quête est en pleine expansion tout simplement parce que nous nous apercevons que nos vies ne sont pas toujours telles que nous l’avions désiré. Ce qui nous amène à la question du regret. Nous ne voulons plus vivre de regrets, nous voulons donc oser, nous voulons vivre une vie pleine de sens. Ce sens, c’est en soi qu’il faut donc le trouver, personne ne va nous le dire, même s’il est possible de se faire aider dans cette recherche.

Le « moi » personnel

Cette quête de soi est souvent complexe et dure. Nous n’apprécions pas toujours ce que nous comprenons et voyons de nous-mêmes. Certains éléments de la personne que l’on est peuvent nous blesser, nous ne voulons pas les accepter parce que nous nous espérions différents de cela.

C’est bien pour cela qu’il faut bien séparer « qui je suis » de « qui je veux être ou devenir ». « Qui je veux devenir » est ce qui doit nous guider et constituer la base de notre travail sur soi, mais nous devons rester conscients – du mieux possible – du chemin à parcourir. L’acceptation de soi, c’est non seulement accepter de ne pas être tel que les autres veulent nous voir, mais aussi et surtout accepter de ne pas être tel que nous voulons être nous-mêmes.

Nous voulons donc être une personne. Soit nous nous en rapprochons, soit nous en sommes très loin. Nous devons, à ce moment-là, comprendre pourquoi nous voudrions être cette personne. Est-ce pour nous ? Pour les autres ? Et si c’est pour nous que nous désirons évoluer et amorcer un changement, qu’est-ce qui fait que nous ne nous acceptons pas à l’instant T ?

Toutes ces questions sont en lien avec la recherche de soi-même, mais aussi avec la compréhension de soi. S’accepter, c’est trouver son harmonie et son équilibre personnel et spirituel. C’est aussi se découvrir soi-même. Cette rencontre avec la personne que l’on est est l’une des plus belles, parce qu’elle permet d’apprendre à se connaître et à se comprendre. Nous apprenons à nous adapter à cette personne. Comme lorsque nous vivons une rencontre avec autrui, exception faite que dans notre cas, nous vivons avec nous-mêmes et ne pouvons pas nous fuir ni nous rejeter sous peine de souffrances.

L’acceptation de soi n’empêche naturellement pas les souffrances, mais elles ne seront plus les mêmes. Et surtout, nous saurons toujours comment rebondir, comment avancer. Nous pourrons toujours continuer. Ce qui n’est pas toujours le cas tant que nous ne serons pas acceptés : dans ce cas, nous vivons un rejet personnel, bien plus puissant et violent que celui qui vient des autres.

S’accepter, c’est donc assumer cette liberté d’être soi.

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!

annuaire

Membres à découvrir

Fait comme 2310 personnes en rejoignant une communauté en pleine croissance de professionnels du mieux-être humain et de créateurs de contenus inspirants.
En savoir plus ici

Nous recommandons

Top articles

Vous aimerez aussi

Ne manquez rien !

Recevez chaque semaine les dernières publications de nos membres ainsi que des invitations exclusives à nos événements en ligne.

Supportez-nous

Supportez-nous en vous abonnant à nos différents médias sociaux. Merci !