woman-792818_1920

Accroître sa résilience, c’est possible.

Le concept de résilience est relativement nouveau. Emprunté au monde de la physique, il fait référence à la capacité d’un corps à reprendre sa forme initiale après un impact ou un choc. Transposé en sciences sociales et en psychologie, le concept de résilience aide à mieux comprendre les mécanismes qui nous permettent de passer à travers les traumatismes et les coups durs. Quelqu’un de résilient pourra plus facilement retomber sur ses pieds après un bouleversement, il reprendra sa forme émotionnelle, en quelque sorte.

La résilience peut être vue comme la capacité de quelqu’un à prendre en mains son destin, à transformer les épreuves en occasions d’apprentissage pour avancer en dépit des embûches. Sans résilience, nous restons prisonniers de ce qui nous arrive. Elle est indispensable à la santé mentale et physique.

Certains possèdent d’entrée de jeu plus de résilience que d’autres. Pour quelques-uns d’entre eux, il s’agit d’un avantage biochimique; certaines personnes produisent plus facilement de la dopamine et de l’endorphine, ce qui leur permet de garder une attitude positive en toute occasion. Pour d’autres, l’avantage est lié à la petite enfance; un environnement sécuritaire et aimant aide à développer cette capacité. Toutefois, un grand nombre de personnes doivent apprendre la résilience… et réussissent à le faire!

J’aimerais donc vous proposer trois approches pour améliorer votre résilience. Je vous invite à les essayer toutes et à choisir celle qui vous convient le mieux. N’oubliez pas que votre préférence peut évoluer; l’approche qui ne vous convient peut-être pas aujourd’hui pourrait s’avérer la plus utile dans le futur, je vous invite à garder l’esprit ouvert.

Première approche : Adopter une perspective positive

Cette approche peut vous sembler simpliste, mais adopter une attitude positive même en essuyant un revers peut faire toute la différence. Commencez par remettre les choses en perspective : est-ce que ce que vous vivez en ce moment vous semblera important dans un mois, dans un an, dans cinq ans? S’agit-il d’une blessure profonde ou d’une égratignure superficielle? Essayez d’envisager la situation avec humour, c’est une excellente façon de dédramatiser une situation difficile.

Vous pouvez aussi essayer de vous changer les idées en pratiquant votre passe-temps préféré ou en vous adonnant à une activité sportive. Ainsi, plutôt que de vous attarder sur votre frustration (et sur son souvenir), vous construirez activement des souvenirs agréables, qui effaceront votre insatisfaction.

L’une des meilleures façons de recadrer une mauvaise expérience est de la raconter autrement. Choisissez avec soin des mots positifs pour qualifier ce qui vous est arrivé. Si cela vous est difficile, vous pouvez commencer par utiliser des termes neutres, comme si vous étiez un journaliste devant faire preuve d’objectivité. Vous pouvez ensuite essayer de vous mettre dans la peau d’un chroniqueur qui devrait mettre en lumière les aspects positifs de la situation. Que vous choisissiez de raconter votre histoire dans un journal intime ou auprès de vos amis n’a que peu d’importance. Il s’agit simplement de relater les événements de façon positive.

N’oubliez pas de faire preuve de gratitude en dépit des obstacles sur votre chemin. Ne laissez pas de place aux regrets, à l’amertume ou à l’inquiétude et concentrez-vous sur les gens qui vous entourent, sur les choses qui vous rendent heureux. Ce faisant, vous enclencherez une spirale vertueuse qui fera sentir ses effets autour de vous, renforçant ainsi votre perspective positive… et celle des autres!

Deuxième approche : Faire confiance

D’abord à vous-même! Je suis convaincue que, comme plusieurs d’entre nous, vous oubliez souvent que vous êtes arrivé là où vous êtes parce que vous avez vaincu tous les obstacles qui vous en empêchaient. Puisez dans cette vérité la confiance qui vous permettra de faire face à tous les obstacles que vous pourriez rencontrer à l’avenir.

Ensuite, faites confiance aux autres. Que ce soit pour vous écouter, vous encourager ou partager leurs propres expériences, les gens qui vous entourent sont là. Faites-leur suffisamment confiance pour leur donner l’occasion de le montrer. Vous n’êtes pas seuls et en vous ouvrant aux expériences de vos proches, de vos amis, ou de vos collègues, vous serez exposé à de nouvelles perspectives sur votre situation et aurez l’occasion de recadrer votre mauvaise expérience en la racontant, mais aussi en obtenant avis et conseils quant à votre situation.

Enfin, ne négligez pas de faire confiance au reste du monde qui vous entoure. Si votre réseau ne vous permet pas de partager vos expériences difficiles, cherchez de l’inspiration sur Internet, dans des ouvrages qui traitent de votre situation ou auprès d’associations ou de groupes d’aide. Vous trouverez sans aucun doute des témoignages ou des personnes qui pourront vous aider à voir clair et à progresser en dépit des obstacles qui se dressent sur votre chemin.

Troisième approche : Pardonner

Ce n’est jamais plaisant de constater que l’on a commis une erreur, mais, bonne nouvelle, vous n’êtes pas tenus de la ressasser indéfiniment. Apprenez à vous pardonner ces impairs, à leur donner la place qui leur revient, c’est-à-dire une occasion pour apprendre et avancer. Plutôt que de vous faire du mauvais sang à cause d’une bévue ou d’un malentendu, concentrez-vous sur ce qui est en votre pouvoir. Essayez de déterminer ce que vous pouvez faire pour éviter de répéter ce faux pas, et passez à autre chose. Les erreurs sont des jalons nécessaires sur le chemin de la réussite.

De la même façon, pardonnez les erreurs et imperfections des gens qui vous entourent. Personne n’est parfait et rien ne sert de perdre votre temps à essayer de rectifier ce que les autres ont déjà fait, ou, plus inutile encore, à essayer de changer les gens qui vous entourent. Vous n’y gagnerez que rancœur et frustration, et vous risquez de perdre amitiés et relations. Le jeu n’en vaut pas la chandelle. Concentrez-vous sur les aspects positifs de ces personnes et de ces relations et employez-vous à les cultiver.

Une attitude résiliente

Parallèlement aux approches que je viens tout juste de vous proposer, vous pouvez aussi adopter une « attitude résiliente ».

D’abord, essayez, autant que possible, d’aider les gens qui vous entourent. D’une part, vous pourrez profiter de la spirale positive dont je vous parlais plus tôt, mais cela pourrait aussi vous donner le sentiment de « faire une différence » pour quelqu’un, sentiment qui renforcera votre confiance en vous et votre résilience.

Ensuite, gardez à l’esprit que vous rencontrerez des obstacles tout au long de votre vie. Vous devrez relever des défis, subir des revers, faire face à des contrariétés. Préparez-vous mentalement, et gardez toujours un plan d’action qui vous permettra de vous relever et de continuer à poursuivre vos objectifs!

Ainsi, en adoptant une perspective positive, en apprenant à faire confiance et en cultivant le pardon, vous mettez toutes les chances de votre côté pour accroître votre résilience et retomber sur vos pieds après un coup dur.

Avez-vous développé d’autres approches ou astuces qui vous aident à passer à travers les embûches? Quelles sont-elles?

Isabelle Leduc, Coach professionnelle certifiée

vitalitecoaching.com

Écrit en collaboration avec Mélanie Rivet

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!

Vous étes invités à reproduire cet article en incluant le nom de l'auteur, un lien vers la source original
et la mention :" Article trouvé sur Les Mots Positifs.com".

Source original : http://vitalitecoaching.com/accroitre-sa-resilience-cest-possible/