Amour de soi

Citation Comment je me suis guérie d’une maladie «chronique»

Comment je me suis guérie d’une maladie «chronique»

On me demande souvent comment j’ai fait pour me guérir de l’endométriose, une maladie chronique dont souffrent pas mal de femmes de nos jours. Pour ceux qui ne savent pas c’est quoi l’endométriose, eh bien mettons que c’est des douleurs au ventre comme celles que vivent certaines femmes pendant leurs règles, mais fois 10, et souvent pendant tout le mois et avec plein de complications comme des bouts d’intestins collés ensemble, des uretères qui se bloquent, et le découragement qui vient avec! La plupart des médecins disent à leurs patientes que cette maladie est incurable. Certains médecins croient également (à tort) que l’endométriose se guérit avec la grossesse, avec l’hystérectomie, ou avec la ménopause, ce qui est en réalité peu souvent le cas. La médecine étiquette donc cette maladie de «chronique» ou «d’incurable» … surtout parce que les solutions qu’elle offre ne permettent pas d’en guérir définitivement.

Eh bien voici comment je suis arrivée moi, à me guérir…
Attention, ce n’est pas de la magie là! Je dirais même que j’ai eu à m’investir corps et âme (c’est le cas de le dire) pour arriver à la guérison. Mais ça a fonctionné!
Et je suis certaine qu’avec de la détermination et beaucoup d’amour pour soi-même, il est envisageable de guérir de presque toutes les maladies «chroniques».

D’abord, pour me guérir, j’ai réalisé (après avoir vu 5 spécialistes de l’endométriose) que ce ne serait pas en médecine traditionnelle que je trouverais la solution. La médecine traite les symptômes, mais elle ne traite pas les causes. Cela ne m’intéressait pas de me faire retirer l’utérus ou faire 10 opérations, de risquer de porter une poche à caca, de perdre un rein et de prendre des médicaments à vie! Je me disais qu’il devait bien y avoir une autre solution, moins souffrante!

J’ai donc fait mes propres recherches et je me suis intéressée à la métaphysique des maladies. Et puis j’ai commencé à considérer la maladie comme un message que mon corps m’envoie pour me dire que je ne mène pas ma vie selon mes besoins, que je mène ma vie plutôt par peur. À chaque fois qu’on est malade, notre corps est en train de nous avertir que nous ne sommes pas bien, pas heureux et qu’on doit transformer quelque chose dans notre vie. Si on ne peut transformer la situation, on doit au moins transformer notre façon de penser.

J’ai donc cessé de voir cette maladie comme quelque chose à éradiquer, à me débarasser ou à combattre, et puis j’ai commencé à voir mon corps comme un organisme intelligent qui essaie de s’équilibrer, et qui doit bien savoir ce qu’il est en train de faire… même si je ne suis pas d’accord!

Et puis j’ai découvert la vision holistique de la santé et du corps humain, c’est-à-dire que j’ai compris que je pouvais aider mon corps en travaillant sur 4 plans, pas juste sur le plan physique. Alors voici les questions que je me suis posé:

Plan physique: Qu’est-ce que je peux faire pour aider mon corps? Qu’est-ce que je peux éliminer et qui lui nuit (épurer, nettoyer) ? lose-belly-fat1Quels outils je peux lui donner pour l’aider à revenir à la normale? (vitamines et minéraux, suppléments, méthodes naturelles, sommeil, repos, soleil, eau, air, acupuncture, ostéopathie etc).

Plan mental: Quelles sont les pensées, les attitudes mentales qui me nuisent? Où je manque d’amour pour moi dans mes pensées à mon sujet?

Plan émotionnel: Quelles sont les émotions que je ne suis pas consciente de vivre? (ex. colère contre moi de ne pas être la femme que je voudrais être, culpabilité, jamais à la hauteur, jamais assez compétente, travail que je n’aime pas mais que je m’oblige à faire parce que j’ai trop peur de l’insécurité financière, peur d’être mère, relations difficiles avec les hommes, perception de l’amour de mes parents, difficulté savoir quelle est ma place de femme dans cette société etc.)

Plan spirituel: Quelle est ma mission de vie? Que suis-je venue apprendre et enseigner ici-bas? Quels types d’expériences peuvent m’emmener à développer davantage d’amour pour moi et pour les autres? Comment cette maladie peut devenir un tremplin pour m’aider à devenir une meilleure version de moi-même?

Il est certain que j’ai suivi une formation en développement personnel, et que j’ai fait quelques essais et erreurs (certaines choses m’ont beaucoup plus aidée que d’autres)… Et puis ce n’est pas nécessairement le chemin le plus facile, mais aujourd’hui, je ne le regrette pas. Toute cette aventure m’a emmené à m’aimer davantage et à vraiment apprécier la vie!

J’ai maintenant plus d’amour envers moi-même. Je vis de moins en moins dans la peur et dans la culpabilité. J’ai un conjoint merveilleux, une belle maison en nature. J’ai changé complètement de métier pour soutenir les gens qui veulent bien s’investir à guérir leur maladie chronique autrement (en allant avec leur corps avec douceur, plutôt qu’en l’assommant à coups de chirurgies et de médicaments chimiques). Et puis surtout, je suis en santé et je n’ai plus mal au ventre. Aujourd’hui, je ne prends même plus de suppléments. Je prends soin de moi, je mange normalement en écoutant mon corps, je fais un peu de yoga et je fais quelques séances d’acupuncture par année pour mon bien-être.

Mais surtout, ce qui est le plus important selon moi : je ne vis plus dans la peur que la maladie revienne.

Je réalise aujourd’hui – et c’est ce que j’enseigne à mes clients – que ce qui rend vraiment le corps malade, c’est surtout la peur et la culpabilité d’être ce qu’on est… cela nous cause un stress émotionnel et mental énorme, et aussi des blocages dans le corps physique.

Lorsqu’on commence à développer l’amour de soi, on élève notre niveau d’énergie, les blocages se dissolvent, et le corps se remet à fonctionner normalement. Bien sûr, la façon dont on s’alimente,  l’exercice, les suppléments, et le fait d’éliminer des substances toxiques de notre style de vie peuvent nous aider… c’est en quelque sorte des symboles d’amour de soi, mais selon moi, c’est une plus grande conscience de soi, de ses réactions, et une meilleure gestion de ses émotions qui produit les meilleurs résultats.

Le corps est selon moi beaucoup plus résilient qu’on ne le croit. Il a une très grande capacité d’adaptation à son environnement (fast-food, pollution etc.). Faut pas oublier que les hommes des cavernes pouvaient passer plusieurs jours sans manger et qu’ils respiraient le monoxyde de carbone des volcans! Alors la maladie est selon moi beaucoup plus une question de stress mal géré, de peur, de culpabilité (je suis ce que je ne veux pas, je ne suis pas ce que je veux être), qu’une question d’alimentation, d’exercice, de toxines, de pollution, ce que toute l’industrie (alimentaire, pharmaceutique, santé naturelle, sportive etc.) a avantage à nous faire croire pour pouvoir continuer à vendre des produits.

Aujourd’hui, je peux vous dire que je me suis guérie pas juste physiquement, mais aussi mentalement, émotionnellement, et spirituellement…
J’ai retrouvé un bien-être intérieur et mon corps physique en santé n’est qu’un reflet de ce bien-être… et ce, même si je vis dans un environnement physique qui n’est pas toujours sain, que je met du spray-net dans mes cheveux pour me coiffer et que je mange du Mc Do et des poutines Ashton à l’occasion pour me faire plaisir!

Alors si vous êtes vraiment déterminé à guérir par vous-même, il vous faudra:

– Commencer à ne pas tout prendre ce que dit votre médecin pour du cash et utiliser votre discernement
– Faire vos propres recherches
– Travailler vos émotions
– Vous entourer de personnes (thérapeutes, accompagnants, amis) qui ont aussi cette vision de la santé
– Mettre plus d’amour de soi dans votre vie sur les 4 plans…

Mais surtout, et ça va être le point le plus important… POURQUOI?

Pourquoi ça vaut la peine de guérir, d’avoir une qualité de vie?
Qu’est-ce qui vous tient assez à coeur pour que ça vaille la peine d’être en santé pour en profiter?

Que préférez-vous? Mourir bourré de médicaments et en souffrance?
Ou bien mourir en essayant de mettre toutes les chances de votre côté pour guérir?

Je vous laisse réfléchir à ça …

SOURCE : Comment je me suis guérie d’une maladie «chronique» par Julie Turcotte. Toute reproduction de cet article sans autorisation préalable de son auteur est strictement interdite.

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!