La différence

Citation Accepter notre différence est une introspection qui ne se termine jamais.

Accepter notre différence est une introspection qui ne se termine jamais.

La différence est ce qui sépare le plus de personnes. Soit parce qu’elle effraie, soit parce qu’elle est incomprise. Mais la différence est quelque chose de très subjectif. Nous pourrions dire que nous le sommes tous, puisque nous sommes tous uniques ! Nous pourrions donc oser affirmer que la différence est tellement banale qu’elle n’existe pas, ou qu’elle n’a pas de sens.

Être différent

Être différent est finalement quelque chose de très banal. Ce n’est même pas la majorité des personnes qui sont différentes des autres, mais toutes. Alors au final, la différence existe-t-elle ? A-t-elle une réelle importance ?

Nous naissons uniques, y compris les vrais jumeaux qui marquent tout de même une différence entre eux. Dès la naissance, nous avons un caractère, un ADN, un physique, un métabolisme…nous avons tout pour être une personne unique.

C’est en qui fait notre force, ce qui fait que nous prenons tous des chemins différents, que nous ne nous ressemblons pas, que nous avons des réactions différentes et tant d’autres fait du même genre. Si nous cultivons cette différence, que nous savons l’apprécier et même l’aimer, nous devenons alors nous-mêmes, dans tout ce que nous sommes et faisons.

Parce qu’être différent est une chance. Celle d’avoir l’opportunité de faire ses propres choix, de pouvoir être libre, de pouvoir créer la vie que nous désirons.

Nous ne sommes pas nos parents.

Nous ne sommes pas nos amis ni nos connaissances.

Nous ne sommes pas cette actrice ou ce mannequin que nous admirons.

Nous sommes nous. Soi-même.

Avec notre corps. Nos pensées. Notre manière d’être. Nos croyances et nos rêves. Nos choix et nos décisions.

Qui suis-je ? 

Cette question se pose effectivement. Au sein de cette société, au sein de cet espace soxial dans lequel nous évoluons et qui nous demande d’être telle ou telle personne, d’avoir tel ou tel corps ou une pensée particulière, nous en arrivons à oublier que nous sommes souvent conditionnés.

Là-dedans, où se situent nos choix et où sommes-nous ? Qui sommes-nous réellement ?

Si nous étions seuls pendant une semaine entière, que ferions-nous ? Comment réagirions-nous ? Quelle serait notre façon d’être si nous n’avions absolument personne à nos côtés pendant tout ce temps ?

Nous serions vraiment nous-mêmes parce que, peut-être pour la toute première fois, nous pourrions le faire. Et certainement que nous nous surprendrions. Parce que nous ne nous connaissons que très peu. La plupart du temps, nous connaissons mieux nos proches que nous-mêmes. Et c’est normal parce que nous réfléchissons très peu sur la personne que l’on est au fond de soi.

Pourquoi ? Parce que nous n’avons pas le temps, tout simplement. Nous avons une vie prenante, avec un travail, une famille, des amis. Tout cela nous entraîne et ne nous permet pas de penser vraiment à nous. À nos désirs et nos besoins. D’autant plus qu’être honnête, même avec soi-même, est difficile. Nous n’acceptons pas toujours la personne que l’on est. Nous n’assumons pas, ou nous avons peur, ou encore nous ne savons même pas quels sont nos véritables désirs et aspirations.

Le développement personnel et spirituel est d’ailleurs né de ce besoin de ce recentrer sur soi, dans ce monde où tout a tendance à aller trop vite. Où nous avons besoin de nous comprendre, de nous ressourcer et de trouver notre place et notre bien-être.

Savoir qui l’on est, ça n’est pas se connaître par cœur.

C’est connaître ses besoins, personnels, ainsi que ses désirs, ses aspirations. Or il y a une énorme différence entre les deux, réelle celle-ci : nos désirs sont des envies. Nous ne sommes pas forcés de les réaliser, même si c’est bien évidemment préférable !

En revanche, nos besoins sont, comme le mot le défini très bien, des éléments nécessaires à notre développement personnel. Ils sont aussi importants que boire et s’alimenter. Une personne ayant un besoin d’aventure, de bouger, de voir de nouvelles choses, ne peut pas s’adapter à une personne plutôt casanière sans ressentir une profonde frustration ainsi qu’un malaise. Elle n’est tout simplement pas heureuse.

En clair, les désirs peuvent être sujets à compromis, ce qui n’est pas le cas avec les besoins.

La carte associée

Le Mat serait là aussi la carte idéale. Il ne représente pas la différence, mais le fait de s’assumer, d’être libre dans ses choix et d’avancer librement avec confiance.

Nous assumons notre différence lorsque nous commençons à nous accepter et à nous aimer. C’est à ce moment là que l’on se dit « je suis ainsi et j’ai ces besoins, ces envies, que je vais combler et réaliser. Parce que mon bonheur et mon bien-être sont ma priorité ».

Oui ! Nous devons être notre priorité car si ça n’est pas le cas, nous serons frustrés et ne pourrons alors plus nous consacrer aux autres non plus. Nous le disons assez dans le développement personnel et spirituel, prendre soin de soi avant tout nous offre l’opportunité de mieux apprécier, accepter et aimer les autres. Mais aussi d’être plus tolérants.

Le Mat ne juge pas : s’il est libre, c’est aussi dans sa tête. Il est libéré des émotions négatives et des charges énergétiques néfastes. Par conséquent, il avance avec assurance, en emportant avec lui ses expériences passées mais sans se charger des souffrances qui peuvent parfois aller avec.

Cette carte est souvent située dans les désirs car il est très compliqué d’être libre dans sa vie finalement. Cela constitue surtout un désir, rarement un fait avéré dans notre vie. Nous voulons être libres, nous voulons nous croire libres également, mais des éléments négatifs à nos yeux sont malgré tout présents et nous aimerions, consciemment ou inconsciemment, nous en libérer. Pour cela, nous devons nous accepter et donc accepter notre différence, ce qui nous rend unique et qui est merveilleux.

Être différent, c’est en effet une chance incroyable. Dans la société, nous nous ressemblons de mille façons possibles et nous croisons des personnes qui nous ressemblent, d’autres qui sont opposées à nous et d’autres encore qui sont similaires sur certains points et très différents sur d’autres. Quoi qu’il en soit, c’est le fait que nous soyons si différents qui nous ressemble, qui nous donne l’occasion de pouvoir être ensemble.


📌 À lire aussi : L’acceptation de soi, c’est assumer cette liberté d’être soi.


Une fois libérés du jugement que nous portons sur les autres, nous nous libérons aussi de celui que l’on porte sur nous. S’accepter, c’est assumer qui l’on est, nos actes et nos paroles.

Nous touchons le bonheur lorsque nos actes, nos pensées et nos paroles sont en harmonie.

Si nous sommes harmonieux, alors nous ne craindrons personne, ni les jugements. Et surtout, nous ne ressentirons plus le besoin de juger, nous serons dans la tolérance.

Ne prends rien pour toi.

Il s’agit d’un accord Toltèque. Ne rien prendre pour soi, parce que nous parlons toujours de nous lorsque nous parlons des autres. Quelque part, nous révélons énormément de nous-mêmes lorsque nous exprimons un avis sur les autres.

Parler des autres en dit plus sur nous que sur ces personnes.

S’accepter, c’est donc aussi une constante remise en question, une introspection qui ne se termine jamais.

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!

annuaire

Membres à découvrir

Fait comme 2265 personnes en rejoignant une communauté en pleine croissance de professionnels du mieux-être humain et de créateurs de contenus inspirants.
En savoir plus ici

Nous recommandons

Top articles

Vous aimerez aussi

Ne manquez rien !

Recevez chaque semaine les dernières publications de nos membres ainsi que des invitations exclusives à nos événements en ligne.

Supportez-nous

Supportez-nous en vous abonnant à nos différents médias sociaux. Merci !