plus haut

C’est quoi au juste être résilient?

Courageux ou créatif, en tout cas, résilient!

On a tendance à croire que les personnes résilientes ne sont pas affectées par les défis de la vie, qu’ils arrivent à tout encaisser avec un sourire et qu’ils rient quand ils voient des obstacles que « nous » trouverions insurmontables. 

Mais ce n’est pas ça être résilient.  Vous  pouvez penser que vous n’êtes pas résilient.  Le mot « résilient » nous rappelle tous les luttes  et les revers qui nous ont empoisonné la vie.  Vous pouvez vous rappeler  combien difficile ce fut pour vous de survivre aux pires.  Vous pourriez vous dire à cause de ces difficultés que vous n’êtes pas résilient dutout.  

Si vous pensez comme ça, vous êtes probablement une des personnes les plus résilientes au monde.  Vous avez souffert, vous vous êtes battu, vous avez nagé au travers d’une marée parfois constante de difficultés et vous avez survécu. 

  Vous avez choisi de vivre et vous vous êtes donné  une deuxième chance et ce faisant, vous avez vu surgir un paquet de possibilités qui autrement ne se seraient pas manifestées.  J’ai entendu des gens ayant vécu des choses extrêmement difficiles, des survivants d’accidents graves, des gens innocents ayant vécu l’emprisonnement, des grands brûlés qui disent que suite à l’événement , ils ont découvert en eux des ressources, des raisons très différentes d’avant l’accident de se sentir aimables, valables, vivants  qui autrement ne se seraient pas manifestées. 

Rien n’est plus important dans la vie moderne que le principe de résilience.  C’est ce qui permet d’affronter l’adversité.  En la développant on peut gagner et persévérer, se donner une direction alors qu’il serait si facile d’abandonner.  

La faculté de rebondir se développe tout au long de notre vie, au fil de nos expériences bonnes ou mauvaises et on peut se donner du mérite car les défis sont nombreux et on augmente notre joie de vivre en apprenant à gérer nos états d’âmes, nos émotions, les croyances qu’on a sur notre vie, la façon dont on anticipe le futur, dont on digère le passé pour ce qu’il a pu nous apprendre.   

Tout part de nos pensées et celles-ci créent nos émotion

Il y a de grands principes qui permettent aux personnes résilientes de garder le cap.   Dans les moments difficiles, on peut se juger exagérément responsable de la situation.  On gagne plus à être responsable de la façon dont on réagit à la situation. 

 

Et de fait, quand on a vécu des pertes importantes, toutes catégories, une partie de nous trouve bien plus facile de croire ce qui nous rend malheureux,  ce qui nous dévalorise que l’inverse. 

 

Tout part de nos pensées et parfois, pas toujours heureusement les poètes et artistes disent – Si  je ne souffre pas, que vais-je écrire?  Heureusement, on entend de plus en plus des chansons véhiculant des émotions de joie, d’espoir, de confiance.  C’est faisable d’être créatif sans être dramatique.  Pourquoi pas?  

   Et cette fameuse maxime qui dit que les gens heureux n’ont pas d’histoire.   Vous l’avez entendu encore et encore.  Et pourtant, on aime ça les histoires et plus c’est brassant, plus on s’y arrête.  C’est le cerveau reptilien qui réagit au mécanisme de survie.  J’ai appris à faire la distinction entre mon histoire triste et ce qui m’a construit, ce qui m’a poli comme un papier sablé et  m’a immunisée contre le désespoir.  Quand on a traversé le désert pieds nus  dans le sable chaud, à la recherche de sa vérité,   une partie de l’être est transformée  peu importe si on se retrouve vêtue comme une reine.   Le plus difficile lorsqu’on se désabonne de son histoire,  c’est le passage à vide momentané pour un moment plus ou moins long.  C’est l’étape nécessaire pour se retrouver plus heureux.

 

 J’ai demandé à différentes personnes que je qualifie de hautement résilientes ce qui leur a permis de rester debout.

Ils vivent au moment présent et regardent ce qu’ils ont, prennent le temps chaque jour de trouver au moins 3 choses pour lesquelles ils peuvent ressentir de la gratitude.  Ils maîtrisent leurs pensées de peur de se laisser malmener par celles-ci.  Elles en regardent le réalisme et maîtrisent leurs émotions,  évitent les gestes impulsifs de façon à rester centrés.  

Lorsqu’elles ressentent une émotion forte, elles prennent du recul, le temps de s’en détacher et évaluent la possibilité d’utiliser cette émotion à bon escient ou alors de la laisser passer. 

Elles prennent le temps de se fixer quelques objectifs à chaque jour, des objectifs atteignables afin d’avoir des résultats concrets sur lesquelles s’appuyer. 

Elles prennent la vie comme elle vient, la voient comme une danse entre le yin, la réceptivité et le yang, l’action.        

 Les personnes résilientes vivent en harmonie et suivent le courant qui leur permet d’améliorer leurs compétences. Elles sont constamment en formation pour faire face à la série de défis qui les attend. Par conséquent, elles font rarement face à des situations qui les surprennent et s’adaptent rapidement aux projets complexes.

 

Elles apprennent autant de leurs échecs que de leurs succès.   

  On dit que les bons sportifs n’ont pas peur de l’échec.  C’est comme ça qu’ils arrivent à devenir performants.  D’après eux, l’échec permet de savoir ce qui ne fonctionne pas, et d’avancer plus avertis vers d’autres expériences.  

On peut focuser moins sur le besoin de sécurité et plus sur le sentiment de sérénité. Quand on est calme, on apprécie davantage ce qu’on a, ce qu’on est.

 Les personnes résilientes considèrent que rien n’est sûr dans le monde : ni le travail, ni l’information et certainement pas le futur. Au lieu de chercher une illusion de sécurité, elles préfèrent cultiver le courage dans leurs vies professionnelles, et ce malgré les risques encourus.

 

Les personnes résilientes sont à l’écoute des critiques qui leur sont adressées. Elles évaluent si ces critiques sont fondées, et prennent des mesures correctives. Les critiques les rendent plus fortes et elles ne se vexent pas facilement, car elles ne les prennent pas à titre personnel.

 Je trouve important d’avoir différents objectifs, au moins un par secteur de ma vie et j’y travaille chaque jour. 

Les personnes résilientes ont des objectifs quotidiens ambitieux qui les aident à avancer. Cette façon de procéder leur permet de s’adapter et de surmonter tous les obstacles.

 

Les personnes résilientes pensent qu’ «  une joie partagée est une double joie ; un chagrin partagé est un demi-chagrin.» Elles s’entourent d’individus qui les soutiennent et qu’elles peuvent soutenir en retour.

 

Elles se félicitent pour chacune de leurs victoires si petites soient-elles.  Ce sont les petits changements qui en bout de ligne transforment la vie sur le long terme. 

 Les personnes résilientes ne prennent rien pour acquis. Elles se concentrent sur le processus et y travaillent plus que d’avoir toujours les yeux sur le résultat.  C’est la raison pour laquelle elles n’attendent pas que les grands objectifs soient atteints pour se féliciter. 

Les personnes résilientes sont généreuses et prennent soin de leur énergie physique et mentale et émotionnelle.  Elles savent qu’un mental d’acier et la maîtrise de leurs émotions leurs permettent de se surpasser au quotidien.

 

Ont une attitude positive – sans dire qu’elles sont détachées de l’événement elles voient comment elles ont pu grandir en se reconstruisant – – ont une bonne estime d’elles-mêmes quitte à aller vers les autres pour la rehausser.

Et c’est important de choisir des gens qui nous reflètent positivement. 

Tous les individus ont le pouvoir de se transformer et de transformer leur réalité à condition de trouver en eux et autour d’eux les éléments qui leur permettent de créer cette capacité de résilience.  Que l’on soit adulte ou enfant, la capacité de rebondir fait appel aux forces de chacun, à ses ressources et à sa capacité de saisir les ressources de son environnement. 

Ces éléments sont en fait les mêmes que ceux qui permettent le développement d’une personnalité équilibrée.   En fait, le concept s’adresse à tout le monde car l’amour, l’amitié, le sens donné à la vie, l’estime de soi ainsi que l’impression de pouvoir contrôler son existence sont des sentiments qui contribuent au bonheur ou à la satisfaction dans la vie, qu’il ait vécu un traumatisme ou non.  Je crois qu’on cherche tous ce retour à la maison et qu’on y arrive lorsqu’on voit progressivement s’installer une harmonie nouvelle dans notre vie, une harmonie plus forte que le désordre qu’on a pu connaître. En tout cas, une chose est sûre, les gens qui ont fait l’histoire et qui nous inspirent, que ce soit les membres de notre famille, nos amis, nos proches sont tous des gens courageux et cette qualité est ce qui permet au plus profond et essentiel de notre être de se manifester dans notre vie.

 

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!

Vous étes invités à reproduire cet article en incluant le nom de l'auteur, un lien vers la source original
et la mention :" Article trouvé sur Les Mots Positifs.com".