Les 5 excuses qui vous freinent

Citation Les 5 excuses qui vous empêchent d’avancer au travail

Les 5 excuses qui vous empêchent d’avancer au travail

Qu’est-ce qui vous empêche d’avancer dans votre vie professionnelle ? Qu’est-ce qui vous freine d’avoir le travail idéal, d’avoir la vie de vos rêves ou d’avancer vos projets ?

Se pourrait-il que vous soyez votre pire ennemi ? Les excuses qui empêchent d’avancer sont nombreuses : manque de temps, manque de focus, procrastination, peurs, doutes, craintes, jamais le bon moment, ça va changer seul etc. Wayne Dyer a d’ailleurs écrit un livre sur le sujet : Arrêtez de vous trouver des excuses !

Pourquoi autant d’excuses ? Vous allez comprendre dans un instant ce qu’il se passe lorsque vous appuyez sur la pédale du frein au lieu de mettre en place un changement, une action, un projet même si ce rêve ou ce projet vous tient à cœur.

Dans cet article, vous allez apprendre comment éviter certains comportements. Vous allez découvrir ce que vous devriez faire pour oser changer, oser aller vers les gens, oser trouver le travail qui va vous faire vibrer, oser parler en public, oser sortir de votre zone de confort, oser demander de l’aide, oser dire non, oser dire ce que vous pensez, oser être vous, oser être vrai et enfin oser prendre votre place au travail et par ricochet dans votre vie !

Oser, car finalement, vous êtes le/la seul-e qui puisse réellement avoir un impact sur votre vie.

Les cinq excuses qui vous freinent

Voici les cinq excuses qui vous empêchent d’avancer. Je vous invite à les lire et garder votre esprit ouvert. Si vous lisez cet article, c’est que vous avez certainement du mal à avancer et donc que ce que vous avez essayé jusqu’à présent ne semble pas avoir marché. Voici donc, d’autres pistes à tester et pas seulement à lire !

1. Jouer la victime

Je ne vais pas me faire des amis avec ce premier point, cependant je suis là pour ouvrir des pistes de réflexions.

Je ne vais pas me faire des amis avec ce premier point, cependant je suis là pour ouvrir des pistes de réflexions.

Est-ce possible que vous vous plaignez souvent du même problème ? Nous avons tous une collègue de travail qui ressasse le même défi ou problème depuis des années. Nous avons même essayé de lui donner des pistes de solutions, mais elle n’en fait rien. Pourquoi ? Parce que cette personne est dans le mécanisme de défense de dépendant. La plus grande peur de la personne qui est dans cette blessure est la solitude et elle pense que si elle règle son problème, elle perdra l’attention de l’autre.

Elle a besoin de votre attention. Cette personne victime a réponse à tous. Vous lui donnez un conseil, et elle dit : Oui mais…et trouve un autre problème, soupire, se plaint etc. C’est comme cela qu’une personne peut rabâcher la même histoire depuis 20 ans sans vouloir trouver des solutions, car elle a toujours une oreille pour l’écouter.

Vous vous voyez dans ce comportement ? Je vous demande de vous observer lorsque vous jouer le rôle de victime. Est-ce possible que les solutions et les actions à mettre en place pour aller vers ce que vous voulez soient déjà là, à votre portée, mais rien ne bouge ? Réalisez que vous avez besoin de l’attention des autres. Pour changer un comportement, on doit avant tout en être conscient.

2. Ce n’est jamais le bon moment !

Si ce n’est pas le bon moment, ça le sera quand ?

Je me souviens avoir dit souvent à mon mari, ce n’est pas le bon moment d’avoir des enfants. J’ai tellement de choses à faire avant. Et pourtant, ce que je voulais c’était en avoir. Je me trouvais des excuses parce que j’avais peur de ne pas être une bonne mère.

Est-ce que vous aussi il vous arrive de dire que ce n’est pas le bon moment ? Ce n’est pas le bon moment de changer de travail, car ma collègue est malade. Ce n’est pas le bon moment de donner de la formation à nos équipes de travail, car elles sont débordées au travail. Ce n’est pas le bon moment de recommencer le sport, car j’ai trop de travail. Ce n’est pas le bon moment de demander une augmentation, car ma collègue de travail est partie. Ce n’est donc jamais le bon moment pour être à votre compte, pour ouvrir votre magasin, pour parler de stratégie, pour aller chercher un mentor etc.

Enfin, des milliers d’excuses qui remettent à plus tard votre rêve, vos objectifs et vos projets.

Maintenant, faites la liste des éléments que vous remettez à plus tard car ce n’est pas le bon moment. Demandez-vous si vraiment ce n’est pas le bon moment, car notre mental est fort pour nous convaincre. Puis faites la liste des actions que vous pouvez mettre en place pour les éléments qui ne sont pas forcément lié au bon moment.

 3. Le problème de l’argent

Je veux quitter mon travail, je ne l’aime plus, je suis démotivée, mais il est payant ! Ou: je ne sais pas si j’ai assez d’argent pour me payer une formation pour devenir entrepreneure ou prendre ma vie en main !

L’argent, c’est le bouc émissaire parfait n’est-ce pas ? C’est tellement facile, il est toujours notre coupable préféré.

Seulement, ce n’est plus vrai. Vous êtes en ce moment en train de lire un article totalement gratuit qui vous donne des outils. Il y a beaucoup d’informations gratuites sur internet pour vous aider à grandir et à apprendre sur vous. Avez-vous commencé à mettre en place les outils que l’on vous donne avec le cœur ?

Ma question sur ce point serait celle-ci : si vous aviez l’argent pour vous payer ce que vous voulez pour avancer dans votre projet, feriez-vous réellement le pas ? Pour avoir reçu des réponses de mes clients, la réponse est souvent non, dans ce cas c’est une belle excuse que vous vous êtes créée.

4. Les autres avant tout

Souvent, on dit oui à tout. Notre éducation est la parfaite coupable.  Nous avons développé une croyance qui dit : on doit s’occuper des autres avant de s’occuper de soi. Et donc nous voilà lâchés dans le monde avec cette belle croyance « un jour quand j’aurai du temps, je vais m’occuper de moi ». Si on s’occupe de soi, c’est être égoïste ! Et je suis certaine que vous ne voulez pas être jugé d’égoïste.

QUAND allez-vous vous occuper de vous ? À la retraite, quand les enfants seront grands et qu’ils n’auront plus besoin de vous ?

Pourquoi attendre ? Je vous invite à redéfinir l’égoïsme. Demander à quelqu’un d’autre de s’occuper de vous en premier avant même son propre besoin est de l’égoïsme. Se faire passer en premier, c’est de l’amour de soi. On sera beaucoup plus frais et disposé si on est bien dans notre tête et dans notre peau au lieu de que tout donner et s’épuiser, non ?

De plus, l’aide que l’on donne est souvent motivée par des : “il faut”. Est-ce possible que vous aidiez car vous voulez être aimé et non car vous en avez vraiment envie ?

Si vous vous voyez en sauveur du monde, il va être plus difficile d’arrêter du jour au lendemain. Cependant, observez votre comportement et prenez le temps de savoir si vous aidez les autres parce que vous avez envie d’aider ou si c’est parce qu’il le faut, parce que ça ne se fait pas de dire non, ou parce que vous voulez être aimé !

 5. Les peurs

Je ne vous apprends rien. Un enfant qui a peur de l’eau ne sautera pas tout de suite dans l’eau. Si vous avez peur des hauteurs, le parachute ne sera pas une option pour vous divertir. Si vous avez peur de ne pas trouver un autre travail, vous allez préférer rester où vous êtes même si vous êtes démotivé etc.

Quand vous n’arrivez pas à passer à l’action, posez-vous la question : de quoi ai-je peur ? Essayez d’y répondre sans le mentaliser. Si vous passez par le cerveau, il va analyser, rationaliser et vous convaincre que c’est dangereux et vous allez donc abandonner votre idée.Si vous vous êtes reconnu dans une de ces situations, surtout évitez de vous juger, au moins maintenant vous êtes conscients !

Alors dites-moi, quelles sont les excuses que vous avez ? Répondez-moi dans les commentaires ci-dessous.

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!