Liberté, Égalité et Fraternité

Citation Liberté, Égalité, Fraternité : 3 mots menant à des actes positifs de notre quotidien

Liberté, Égalité, Fraternité : 3 mots menant à des actes positifs de notre quotidien

J’entends déjà certains de mes lecteurs les plus assidus se dire : « ça y est, Corso est de nouveau reparti sur les sujets de ses grandes valeurs, de la paix, de l’humanité, du monde, etc… ! » Ils auraient partiellement raison à la lecture de ce grand titre, mais comme je suis un grand-enfant très espiègle, jouant avec les mots et les dimensions, j’ai envie aujourd’hui de vous apporter un autre regard sur ces 3 mots, plus pragmatique, plus concret, plus proche de notre quotidien.

Bref, les grandes notions, les grandes idées sont magnifiques du haut de leurs monuments parées de leurs écritures dorées à la feuille d’or, qu’à avoir un objectif tellement haut, convenu, ancien, il en deviendrait presque obsolète, quitte à aller jusqu’à tomber dans l’oubli dans nos vies de tous les jours…

Cependant, par cet article, j’aimerais attirer votre attention sur ces magnifiques notions au sein même de notre vie de tous les jours, dans l’espoir qu’à sa lecture chaque goutte d’eau que nous formons puisse se diluer ensemble à former un océan, une vague qui emporterait notre humanité vers un autre destin. Peut-être que ce texte engendrera l’interactivité par vos commentaires, vos propres idées, vos compléments de suggestions, alors commencerions-nous à créer les premiers litres de cette vague ?…

Ces trois noms combinés ensemble composent la devise de mon beau pays la France, sans aucun chauvinisme de ma part, ce dernier à mes yeux étant totalement inutile. Ce triptyque d’association des noms, issue de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 provient pourtant de la révolte d’un peuple opprimé dans son quotidien par un régime déconnecté de sa réalité. Les penseurs inspirés, les meneurs de la Révolution, tous ceux prolixes et acteurs quant à l’établissement d’un nouvel ordre national parvinrent dans le temps à l’officialisation de cette devise :

  • « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui… Ces bornes bornes ne peuvent être que déterminées que par la loi. »
  • «  Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit »
  • « la fraternité avait pleine vocation à embrasser tous ceux qui, français mais aussi étrangers, luttaient pour l’avènement ou le maintien de la liberté et de l’égalité »

Ce que je trouve intéressant c’est que la liberté et l’égalité sont intimement connectées au droit, leur apportant des limites définies par la loi. La fraternité, elle, tient de l’accord moral commun ou d’une obligation morale basé sur les bons sentiments de chacun, du bon sens, du vivre ensemble, d’une forme de solidarité immuable, mais ne dépend pas du droit et textuellement n’a aucune limite…

Alors, à partir ou au nom de cette notion de fraternité bien plus vaste, ne pourrions-nous pas accéder à une évolution nous menant vers l’essence même de l’égalité et de la liberté ? Ne pourrions-nous pas en tant que peuple faire de nouveau évoluer ces deux notions dans un autre quotidien compréhensible de tous, dont nous serions à notre tour acteurs et réellement créer un monde meilleur, encore plus évolué et fondamentalement libre, égalitaire, avec de nouvelles lois ? Une actualisation au présent dirigée vers l’avenir ? la préservation de l’humanité et de la nature ? N’avons-nous pas évolué entre 1789 et 2022 ?…

La liberté : celle d’orienter nos enfants vers l’éducation qu’ils souhaitent, à l’écoute de leurs affinité vers un domaine plutôt qu’un autre. Un tronc commun néanmoins, pourquoi-pas, pour une meilleure accession au savoir, mais dans l’idée de mieux développer leurs envies, leur savoir-faire et non-pas les destiner à devenir des instruments de la société.

Bien-sûr préserver la liberté de penser, de parole, de mouvement, habiter là où on veut, sans demeure imposée de style, de nature, sans papiers obligatoires autre que des accords libres entre les hommes pour résider. La liberté de vivre comme on l’entend, au cœur de la société ou en marge, en travaillant avec un métier portant un nom ou simplement apporter ses services à la communauté… Liberté de payer avec de la monnaie ou en utilisant le commerce de compensation. Liberté d’aimer, d’aider, de donner, de recevoir, d’être aidé, d’être aimé. Liberté de vivre comme l’on ressent sa propre définition du bonheur…

L’égalité : qu’une bonne fois pour toute l’être humain soit défini comme une seule et unique race sans distinction de sexe ni de couleur de peau. Égalité de nationalité. Égalité du travail entre toutes les catégories socioprofessionnelles. Égalité universelle de revenus minimums et maximums. Égalité face au logement, à la faim… L’égalité ou le partage, que ce qui est bon pour soi le soit aussi pour l’autre, celui qui n’a pas alors qu’on a trop. L’équilibre qui ne créer pas d’envieux, abolit la convoitise.

La fraternité : la définition même de l’être humain, indivisible, inaliénable, base fondamentale de sa réflexion, de son évolution, de ses lois, de sa survie. Première notion de sa devise universelle : « Fraternité, Égalité, Liberté ». Le respect de la planète, de la nature, du sol, de l’air, de l’eau dont nous provenons, de l’espace d’où nous retournerons. Dans ce sens, création de nouvelles académies de pensées, de préservations, d’éducation, de développement, pour produire sans détruire et en redonnant à la nature ce que l’homme en utilise. Création du droit mondial ou l’écologie ne serait plus un parti politique mais la notion fondamentale pour la survie de toutes les espèces, cause n°1 de l’homme, animal évolué au sommet de la pyramide des prédateurs, doté de l’intelligence et du langage. La Fraternité, base décrétée de notre espèce, au-delà de la famille, des amis, des collègues, par laquelle l’autre ne fait plus peur, l’indifférence n’a plus sa place, ce voisin de palier dont on se préoccupe en sachant qu’il ne va pas bien.

Je suis persuadé que de notre fraternité nous deviendrions réellement égaux, libres, en finalité heureux même si chacun vivrait son bonheur à sa façon, dans le respect et sans limites…

Je n’ai pas souhaité argumenter davantage autour de ces 3 notions, de cette idée de « Fraternité avant tout » pour laisser libre-cours à vos commentaires, vos idées, vos rêveries, le sujet étant ouvert, étant tous de ce même monde, de la même espèce, pourquoi ne pas en discuter ensemble, échanger sur ma page Facebook ?

À vous de créer les premières gouttes de la vague, les rêves ne sont-ils pas fait pour être vécus ?…

Ylan Corso.

Ne manquez rien !

Recevez chaque semaine les dernières publications de nos membres ainsi que des invitations exclusives à nos événements en ligne.

Formation recommandée

Plus de recommandations

Membres à découvrir

Fait comme 2745 personnes en rejoignant une communauté en pleine croissance de professionnels du mieux-être humain et de créateurs de contenus inspirants.
En savoir plus ici