Développement personnel

Citation Nos décisions et choix sont-ils erronés ?

Nos décisions et choix sont-ils erronés ?

Nous pensons et affirmons haut et fort que nos choix sont effectués en toute liberté et qu’ils sont rationnels. Cependant, décidons-nous vraiment en toute liberté et de façon optimale ou sommes-nous bernés par notre cerveau ? Beaucoup de nos jugements sont erronés en raison des biais cognitifs.

Voyons dans cet article, 3 biais cognitifs qui nous font faire des erreurs de jugement.

Tout d’abord, avez-vous déjà entendu parler de ces biais cognitifs ? Dans le doute, posons ensemble une définition, on peut dire que ces biais sont des mécanismes de pensée à l’origine d’un jugement erroné. Ainsi, ces biais influencent nos choix et nos jugements que nous pensons rationnels et libres.

Notre cerveau reçoit une quantité gigantesque d’informations qu’il doit traiter le plus rapidement possible. D’ailleurs, petite parenthèse, c’est la fonction des rêves de classer toutes les indications que nous avons récoltées dans la journée et que nous n’avons pas eu le temps de traiter en raison de son trop grand nombre.

Submergés par ce trop d’informations, nous prenons inconsciemment des raccourcis mentaux fondés sur des stéréotypes définis essentiellement par notre éducation et nos expériences qui déforment notre perception de la réalité. Nous amenant ainsi à prendre des mauvaises décisions.

Voici 3 biais cognitifs qui trompent nos décisions

Lire Aussi : Notre cerveau : cette machine à erreur ?

1-Le biais de confirmation

On pourrait appeler ce biais la persévérance dans l’erreur !

Notre cerveau va avoir tendance à privilégier les informations qui confortent nos préjugés ou convictions. Ainsi nous donnerons plus de poids aux données qui confirment nos croyances. Nous allons boire les paroles, en général, des personnes représentant nos convictions, sans faire de traitement particulier. A contrario, nous allons nous heurter sur chaque mot ou action d’une personne qui apporte la contradiction.

Dans le dédale d’informations, le cerveau va choisir ainsi toutes les messages qui vont conforter nos choix ou opinions laissant de coté toutes les informations qui pourraient remettre en cause ce jugement.

Eh oui ! Nous n’aimons pas avoir tort, alors notre esprit va rechercher toutes les informations confortant nos choix même s’ils sont erronés.

2- Le biais d’ancrage

Nous pourrions le nommer la dictature de la première impression !

Je parle souvent de l’importance de la première impression comme étant déterminante dans toutes interactions sociales. Ainsi, ce biais va faire qu’inconsciemment, notre cerveau va interpréter toutes les informations qui vous arrivent de manière à corroborer votre impression initiale.

Notre cerveau va se focaliser sur ce premier élément, valeur ou information afin de porter un jugement. Prenons un exemple, votre nouveau collègue arrive en retard pour son premier jour, immédiatement votre cerveau va le cataloguer comme « non ponctuel » ! Et cette « étiquette » sera très difficile à retirer.

On retrouve ce biais également dans les négociations commerciales, remarquez comme les vendeurs n’annoncent pas forcément le prix rapidement mais essaient d’abord de focaliser le client sur les qualités du produit afin de créer un ancrage.

Et si on faisait un petit jeu ? Ecrivez vos 4 derniers numéros de téléphone sur un bout de papier. Une fois que vous avez écrit ces 4 derniers chiffres.

Dites-moi, à votre avis, et sans tricher bien sûr, quel est le nombre d’astrophysiciens dans le monde ? C’est bon vous avez un chiffre en tête à peu près 😉?

Alors écrivez-le et on en reparle à la fin de cet article !

3- Le biais de disponibilité

On parle ici, de notre difficulté à assimiler de nouvelles informations !

Notre cerveau privilégie les informations directement disponibles. Souvent elles correspondent aux plus récentes, ou les plus chargées en émotion, car ce sont les premières qui arrivent à notre esprit.

Lorsque vous vous disputez avec un proche ou un collègue, votre esprit va avoir tendance à se remémorer plus facilement cet « incident » et va avoir un impact sur votre jugement.

Par exemple, dans le secteur du recrutement, nous avons une tendance au mimétisme des profils. Si vous avez eu des bonnes expériences avec des apprentis ou que vous êtes content de vos cadres avec un profil universitaire en économie, vous allez avoir une tendance naturelle à sur-pondérer ces caractéristiques dans vos recrutements. Et inversement !

Idem dans le choix de nos partenaires, nous allons avoir tendance à retourner vers des profils de partenaire qui nous ont apporté des émotions.

Pour conclure, revenons à notre petit jeu du début. Ainsi, il est fort à parier que les 4 derniers numéros de votre téléphone ont influencé votre choix. Comment ça ?

Votre numéro est le point d’ancrage, si par exemple, vous avez écrit 3 874, il est fort à parier que le chiffre que vous avez donné pour les astrophysiciens se situe légèrement autour de ce nombre (entre 3000 et 5000). Si vos 4 derniers numéros sont 8 576, alors il est probable que le nombre que vous avez inscrit doit être compris entre 8 000 et 10 000.

Alors l’ancrage a-t-il fonctionné ? N’hésitez pas à le mettre en commentaire !

Lire Aussi : Comment contrer ses pensées négatives ?

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!