Partenaires Positifs

Développement personnel

Citation Les raisons méconnues pour lesquelles vous avez peur; et qu’en faire?

Les raisons méconnues pour lesquelles vous avez peur; et qu’en faire?

Qu’est-ce que la peur ? D’après le dictionnaire « Antidote », c’est une « émotion pénible qui nait de la prise de conscience d’un danger, d’une menace et qui saisit une personne dans une situation précise ».

Le Dr Jean Lerminiaux, neuropsychiatre, définit les émotions comme « des réponses organisées qui font réagir le cerveau et l’ensemble du corps à des images de situations auxquelles l’organisme doit faire face rapidement ».

L’émotion est donc un ensemble qui est fait de pensée(s), de ressenti(s) et de comportement(s). La peur, en particulier, est une émotion liée à un des quatre programme de notre cerveau reptilien : la fuite. Notre cerveau reptilien a pour fonction de nous permettre de répondre de façon adéquate et adaptée en termes de survie. D’après Jacques Fradin, médecin qui travaille au développement d’une approche neuroscientifique de la thérapie cognitive et comportementale, la fuite est le premier programme que notre cerveau reptilien déclenche lorsque nous évaluons un danger dans notre environnement.

Tout cela fonctionne merveilleusement bien quand ce cerveau reptilien travaille seul. Lorsque par contre, il oeuvre de concert avec notre cerveau limbique, les chose se compliquent. Nous ne vivons plus dans la savane, constamment sous la menace d’un prédateur. Nos souvenirs s’en mêlent, notre imagination et nos projections aussi. L’émotion « peur » est à 95% du temps irrationnelle, d’un point de vue danger pour notre survie, et elle court-circuite notre cerveau: notre cerveau limbique, siège des émotions, se déconnecte de notre cerveau préfrontal, responsable notamment de la prise de recul nécessaire à une appréciation rationnelle d’une situation, et contacte le cerveau reptilien pour déclencher le mécanisme de fuite.

Le stress de peur s’accompagne en effet de symptômes de fuite: un corps tendu, prêt à bondir, le coeur qui se met soudain à battre la chamade et notre respiration à s’emballer, le regard se détournant pour chercher une issue: tout est fait pour préparer notre corps à courir pour échapper au pire.

Vous avez peur ? Vous aurez peur, toute votre vie. Parce que vous êtes câblé pour avoir peur. Parce que vous êtes programmé pour échapper au danger.

J’ai eu peur toute ma vie. Ca a commencé tôt, apparemment. Il y a quelques années, je suis tombé sur une photo de moi, bébé. J’ai vu la peur dans mon regard. J’avais peur du monde, peur de mon père, peur de blesser, peur de m’affirmer, peur de demander, peur de dire non, peur de désobéir. Plus tard, j’ai eu peur de faire des choix, peur de regarder dans les yeux. Peur de passer mes examens. Peur de passer un interview. Peur de m’engager. Peur de faire des erreurs dans mon travail (à relire et relire, encore et encore mes rapports, mes scripts pour passer un coup de fil au téléphone). Peur de mon boss.

La peur est donc une émotion. Cette même émotion est bien réelle. Mais ce qui la nourrit ne l’est pas. Pensez simplement combien il est possible d’avoir peur d’avoir peur.

Quelles sont vos raisons d’avoir peur?

Lors d’un séminaire sur la déprogrammation des addictions, un homme que je respecte pour son approche très professionnelle, Robert Smith, a dit ceci : « vous avez peur parce que vous êtes né.e. Vous avez tous ces problèmes parce que vous êtes né.e. Si ne viviez pas, vous n’auriez aucun problème, et vous n’auriez pas peur. »

Vous avez donc peur parce que :
– vous êtes vivant.e!
– vous avez un cerveau et il fonctionne à merveille!

Ca, c’est l’histoire que la plupart des gens connaissent déjà. Voici maintenant la suite.

« Ils ont peur de réaliser leurs plus grands rêves, parce qu’ils ne croient pas qu’ils méritent d’y arriver, ou ils croient qu’ils ne peuvent pas le faire. »
P. Coelho

Vous avez peur parce que:

  1. Vous faites de votre objet de peur quelque chose d’important. Réduisez son importance, et vous réduirez votre peur.
  2. Vous résistez à quelque chose. La peur est une manifestation de la résistance. A quoi résistez-vous ?
  3. Vous avez appris à avoir peur: pour vous adapter, pour éviter une expérience pénible, une douleur physique, mentale ou émotionnelle. Vous pouvez reprogrammer votre logiciel et installer une nouvelle version.
  4. Vous avez des exigences élevées. Plus vos exigences (de succès, de résultat) sont élevées, plus vous vous mettez la pression. Et plus le stress augmentera. Revoyez vos exigences avec le recul nécessaire.
  5. Vous êtes immobile, et dans votre immobilisme, vous projetez, vous arrêtez de recevoir du feedback de la part du vivant. Bouger, mettez-vous en mouvement, vous verrez, en vous approchant de l’objet de votre peur, qu’il n’est pas si grand que ça.
  6. Vous vivez dans le passé. La peur est une projection du passé sur le futur. Quel passé projetez vous ?
  7. Vous préférez ce que vous connaissez à ce qui vous est inconnu. L’inconnu fait peur. Oui, au début.
  8. Vous êtes différent des autres. Nous avons peur de la différence. Nos neurones miroir nous permettent en quelques millisecondes, de percevoir l’autre dans sa différence, ce qui crée instantanément, avant tout processus mental réflexif, de la méfiance ou de la confiance. Au delà de toute différence, nous avons tous des points communs. Aller à la rencontre de l’autre, c’est aller à la rencontre de cette unicité.
  9. Vous vous racontez des histoires : un client qui me dit « à 39 ans c’est la retraite ». Et ça lui fout les boules. Posez-vous ces deux questions: Est-ce vrai ? Est-ce vraiment vrai ?
  10. Vous gardez votre peur à l’intérieur. Sortez là. Regardez là. Avant hier, une cliente a sorti sa peur sous forme de schéma relationnel. Sa peur avait diminué.
  11. Vous préférez croire ce que vous croyez déjà, y compris à votre propos. Que vous n’êtes pas capable. Que vous ne le méritez pas. Bref, toutes ces conneries. Si vous saviez de quoi vous êtes capables, vous pourriez avoir « peur » de vous même!
  12. Vous ne savez pas qui vous êtes vraiment. Quand vous découvrez votre véritable nature, émerge également une sérénité inébranlable.
  13. Vous bloquez l’accès à votre peur. Si vous l’explorez, vous verrez qu’elle n’est pas si effrayante que cela.

Certains de mes clients cherchent à ne plus avoir peur. Je leur dis « bonne chance » (oui, je peux faire preuve d’ironie de temps en temps).

Certes, vous pouvez revoir vos règles, vos croyances, vos modèles de la réalité, vous pouvez ôter les filtres qui vous font voir les choses avec le regard de la peur (ou ses variantes et manifestations: anxiété, panique, blocage, déni, marchandage…). Et vous le ferez.

Mais en attendant, il faudra vous mettre en mouvement.

Mes lectures actuelles me parlent au sujet de la peur: il y aurait deux énergies principales dans l’univers. La peur. Et l’amour.

Etty Hillesum, dans son journal rédigé durant les deux années qui précédèrent son arrestation, alors qu’elle sait qu’elle a peu de chances d’échapper à la déportation, écrit : « Quand on a une vie intérieure, peu importe, sans doute, de quel côté des grilles du camp on se trouve. […] J’ai déjà subi mille morts dans mille camps de concentration. Tout m’est connu. Aucune information nouvelle ne m’angoisse plus. D’une façon ou d’une autre, je sais déjà tout. Et pourtant, je trouve cette vie belle et riche de sens. À chaque instant. […] Le grand obstacle, c’est toujours la représentation et non la réalité »

Pour elle, la réalité est amour.

Je vous partage avec un poème de Patty Hansen.

« Deux graines reposaient l’une à côté de l’autre dans une terre fertile au printemps.

La première graine dit : « Je veux grandir ! Je veux plonger mes racines profondément dans la terre et lancer ma tige haut dans les airs . Je veux voir mes bourgeons s’ouvrir comme des bannières annonçant l’arrivée du printemps . Je veux sentir le soleil réchauffer mon visage et la rosée matinale bénir mes pétales ! »

Et ainsi elle a grandi .

La deuxième graine dit : « J’ai peur . Si je plonge mes racines dans la terre , je ne sais pas ce qui m’attend dans cette obscurité . Ma tige est fragile , si j’essaie de percer la croûte de terre pour m’élever dans les airs , elle risque de se briser . Et si, à peine entrouverts , des escargots venaient à manger mes bourgeons ? Et si je montrais ma fleur , qui sait ? Un enfant pourrait m’arracher de terre .  Non , il vaut beaucoup mieux attendre pour sortir qu’il n’y ait plus aucun danger ! »

Une poule qui passait par là , fouillant la terre printanière en quête de nourriture , trouva la graine qui attendait et vite la dévora

Ceux qui ne veulent pas prendre le risque de grandir se font avaler par la vie »

Quelles sont nos plus grandes peurs ?
– L’échec? La peur d’expérimenter, de tenter? De faire des erreurs. Et donc d’apprendre, de vivre?
– Ou la réussite? La peur d’être visible? d’être dans la lumière? Et donc de vivre?

Avoir peur, c’est refuser de vivre. Mais ce n’est que moi qui vous le dis.

Pour conclure, je vous laisse avec quelques mots d’une amie sur le sujet. Merci à elle.

« Je choisis l’amour. Parce que j’y crois fondamentalement, parce que je le porte en moi, parce que rien d’autre ne rend plus vivant. La peur annihile la pulsion de vie, elle peut être une mort en soi, elle abolit notre puissance à être pleinement dans notre potentiel le plus humain et le plus lumineux. »

S‍ur ce, je vous donne rendez-vous sur mon blog pour d’autres articles inspirants

++Image Credits: Oscar Keys++

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!

annuaire

Membres à découvrir

Fait comme 1960 personnes en rejoignant une communauté en pleine croissance de professionnels du mieux-être humain et de créateurs de contenus inspirants. En savoir plus ici

Top articles

Vous aimerez aussi

Ne manquez rien !

Recevez chaque semaine les dernières publications de nos membres ainsi que des invitations exclusives à nos événements en ligne.

Suivez-nous