Succès et affaire

Citation Qu’est-ce qu’un vrai métier ?

Qu’est-ce qu’un vrai métier ?

« Va te chercher un diplôme mon enfant, un vrai métier ! » Est-ce que ça vous dit quelque chose ? L’avez-vous déjà entendu ? Avez-vous eu des parents ou un entourage qui vous l’ont dit ?

cardiac-217139_1280Pour certaines personnes, il est déjà difficile de traverser le cheminement scolaire et se trouver un travail à la hauteur de qui ils sont, de leurs connaissances et de leurs compétences. Si en plus, ils grandissent ayant entendu cette phrase, leur monde peut s’assombrir très vite ! C’est de cela que je veux parler aujourd’hui. J’espère contribuer à votre réflexion, cher lecteur.

De ce que j’ai compris, un métier « honorable » c’est un métier qui va premièrement avec le salaire et deuxièmement avec le statut et le prestige.

En général on pense à docteur, dentiste, avocat. Des métiers qui nécessitent de longues études et qui rendent les parents fiers de dire aux autres que leur enfant est bon, capable et qu’il va devenir QUELQU’UN !

Les 4 conséquences

Le sentiment de ne pas être correct

Imaginez un enfant qui grandit en sachant dans son cœur qu’il veut être coiffeur, gestionnaire ou pilote. Que peut-il ressentir lorsqu’il entend « Mon fils, prend toi un vrai métier, choisi, un vrai métier ».

Il peut se sentir pas à la hauteur, coupable de ne pas satisfaire ses parents,  moins ou pas aimé par ses parents où les personnes qui s’occupent de lui, pas assez bon par rapport au choix qu’il a fait ou l’envie qu’il a.

Je me souviens avoir dit je veux travailler sur une scène, danser, chanter ou défiler. En vieillissant, ça ne s’est pas amélioré, je voulais être mannequin. C’était loin du rêve de mes parents.

La morale

Forcément, si le choix ne correspondait pas à ce que la famille voulait, il faisait souvent tout pour nous faire voir autre chose ou nous déconseiller.

Je reprends l’exemple du mannequinat, maman avait trouvé un professeur d’histoire qui a été mannequin et qui m’avait dressé le portrait négatif du domaine.

Encore une fois, on ne se sent pas supporté dans son choix, dans la personne que l’on est. Et certains peuvent se sentir pas aimés.

La perte d’estime et de confiance en soi

Il arrive aussi qu’en ne se sentant pas supporté, l’enfant perde l’estime de lui. Il y a beaucoup d’enfants qui arrêtent très tôt leurs études parce qu’ils ont des difficultés à l’école et pourtant il existe des programmes techniques ou des formations professionnelles qui peuvent les rendre tellement plus heureux que d’essayer de continuer.

Attention, je ne dis pas d’arrêter systématiquement, mais plus de vérifier quel est le problème avant de vouloir faire rentrer tout le monde dans un moule.

La solitude face à son choix

Récemment, j’ai donné une formation pour un Carrefour Jeunesse Emploi (CJE) à un groupe d’étudiants qui veulent être préposés aux bénéficiaires. Certains d’entre eux n’ont pas eu le support de leur famille. Inutile de dire que le cheminement est plus difficile.

La perte d’amis

J’ai perdu une amie il y a 12 ans, parce que j’avais essayé de la convaincre de faire autre chose ou d’une autre manière. Oui cela partait d’un bon sentiment, mais l’autre peut le prendre comme : je ne suis pas correct, elle ne me respecte pas dans mon choix et elle avait raison !

Nous pensons aider, mais nous détruisons de cette manière. Et le pire ce que l’on détruit selon des croyances reçut. Je vous donne un exemple : j’ai souvent entendu dire dans ma vie de ne pas travailler dans un restaurant, car on n’a pas de vie, être vendeur ce n’est pas bien, ou encore de ne pas devenir plombier, car cela ne gagne pas d’argent. Il y a un bémol, tout ce que l’on nous dit plus jeune, passe par un filtre, une perception et ce que l’on connaît du métier. En Côte d’Ivoire, un plombier n’a pas un bon salaire, tandis qu’au Québec il gagne très bien sa vie.

Tout est relatif, voyez-vous ?

La peur, seule responsable de cette croyance

La peur est la source de bien des actions, réactions, événements, difficultés et décisions. La peur d’après le Grand guide de l’Être écrit par Lise Bourbeau, c’est un sentiment ou une émotion de forte inquiétude qui accompagne la prise de conscience d’un danger réel ou imaginer.

Avoir peur lorsqu’une voiture fonce sur vous, c’est tout à fait normal, car vous avez peur pour votre intégrité physique. À l’inverse toutes les peurs qui peuvent peut-être un jour arriver…dans le futur sont dues à ce qui a été vécu dans le passé et elles empêchent de vivre notre vie en étant vous-même.

Vos parents ont peur

Eh oui, lorsque nous sommes petits, nous mettons souvent nos parents sur un piédestal et nous pensons qu’ils n’ont peur de rien. Et non, ils ont peur.

Dans un premier temps, lorsqu’ils vont ont dit ou vous disent d’avoir un vrai métier ils veulent le meilleur pour vous. Ils ne veulent pas que vous souffriez plus tard en ayant une vie difficile à cause des moyens financiers.  En gros, ils veulent que vous puissiez subvenir à vos besoins à ceux de votre famille et vivre heureux et bien.

Dans un second temps, ils ont peur pour eux.

La première peur, c’est si plus tard vous êtes dans une situation précaire, difficile où ils sont témoins de votre tourment face aux finances, ils ne sont pas tranquilles. Et je ne parle pas ici du fait qu’ils peuvent se sentir triste de vous voir peiner et malheureux, car ils restent vos parents, c’est sûr qu’ils le seront. Mais imaginez un instant, avoir des enfants et vous vieillissez. Ne voulez-vous pas mourir en paix en sachant que vos enfants ne manqueront de rien. On le sait bien, que l’on ne peut jamais être certain, mais il y a quand même une sécurité. Vous me suivez ?

Par exemple, si vous voulez devenir artistes, peintres, ils peuvent avoir peur pour vous, car une infime partie de ces personnes réussissent à en vivre. Malheureusement, ils oublient que le domaine peut être vaste, que vous pouvez faire des contrats et enseigner le domaine qui vous passionne en même temps par exemple. Ils ont juste peur.

Dans un second temps, ils ont peur pour eux.

La seconde peur est de se faire juger d’être de mauvais parents. Par exemple, de se faire dire de ne pas avoir assez poussé son enfant, de ne pas avoir été là quand il fallait, etc.

La peur de décevoir vos parents

L’enfant aussi a des peurs. Les peurs de refuser le chemin qui a été tracé par ses parents, la peur de décevoir. Et je parle d’enfant, mais certains adultes encore aujourd’hui, ont peur de les décevoir.

Il y a aussi la peur d’emprunter ce chemin tracé, mais de ne pas y arriver, de ne pas être heureux ou encore de se juger d’être incapable ou de ne pas être si bon ou si bonne comme papa ou comme maman.

Et les autodidactes ?

Mon frère est un autodidacte. Il a toujours été super bon à l’école, mais il a lâché. Il est ingénieur production aujourd’hui, ha oui, il n’a pas le diplôme, mais il a le salaire et le poste. Est-ce que ça fait de lui une mauvaise personne ?

Chacun fonctionne en fonction de son schéma, de sa manière d’être. Je me souviens il y a 15 ans, il m’a demandé de lui acheter un livre sur le logiciel Flash. À l’époque, j’étais étudiante et j’avais un budget limité. Mais je le lui ai acheté, car je trouve qu’apprendre peu importe, la méthode est important. Dix minutes plus tard, il m’a montré tout ce qu’il savait faire, j’ai été épaté !

Non seulement cela ne veut pas dire qu’ils ne vont pas avoir de travail, mais en plus qui nous sommes pour juger ?

Le cas des entrepreneurs

Et les entrepreneurs dans tout cela. Il y a des médecins qui quittent tout pour devenir entrepreneurs. Il y a des entrepreneurs à 18 ans qui ne connaissent que ça. Est-ce que cela fait qu’ils n’ont pas un vrai métier même s’il gagne leur vie ? Pensez-y :).

Quoi faire si vous vous reconnaissez comme parents ou enfant ?

Adressez les peurs

Posez-vous cette question :  De quoi ai-je peur ? Écoutez jusqu’au bout ce qui monte ? Écrivez, partagez-le. Trouvez votre manière de laisser venir ce qui sommeille en vous.

Qu’est-ce qui est important ?

Qu’est-ce qui est important pour vous ? Voici une citation de John Lennon :

 

john-lennon-1797820_1280

 

« QUAND J’ÉTAIS PETIT, MA MÈRE M’A DIT QUE LE BONHEUR ÉTAIT LA CLÉ DE LA VIE. À L’ÉCOLE, QUAND ON M’A DEMANDÉ D’ÉCRIRE CE QUE JE VOULAIS ÊTRE PLUS TARD, J’AI RÉPONDU «HEUREUX». ILS M’ONT DIT QUE JE N’AVAIS PAS COMPRIS LA QUESTION, JE LEUR AI RÉPONDU QU’ILS N’AVAIENT PAS COMPRIS LA VIE. »

Vous savez que ce qui est important c’est avoir un toit sur la tête, manger et être heureux. L’important est de trouver la manière dont vous allez le mettre en œuvre par l’éducation, l’entrepreneuriat ou emprunter un autre chemin.

Essayez de comprendre

Lorsque vous recevez un commentaire qui blesse, pour l’avoir fait ce commentaire, je ne me souviens pas m’être réveillée un matin en disant que je vais blesser cette personne. J’avais une bonne intention et j’étais convaincue d’aider en fonction de ma perception et mes lunettes.

Je ne dis pas qu’il faut excuser, mais essayer de comprendre et en parler permet de relativiser et permet aux deux personnes d’avancer.

De plus, si vous recevez un commentaire qui blesse, c’est aussi qu’il y a une infime partie de vous qui croit que ce commentaire est en partie vrai. On dit toujours que la vérité blesse…alors, vérifier cet élément.

Encore une fois, je n’ai pas la science infuse, mais testez-le.

En conclusion pour moi le vrai métier est celui qui fait wow dans le cœur. Un métier qui vous permet de contribuer à plus grand que soit, qui nous motive le matin au réveil. Si le choix de métier ne vous permet pas d’en vivre à 100%. Vous pouvez décider de trouver un autre travail, qui va utiliser aussi vos capacités et où vous vous sentirez bien tout en sachant que le wow est ailleurs pour le moment.

Est-ce que vous vous reconnaissez ? Dites-moi ce que vous pensez.

 

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!