Amour de soi

Citation Accepter nos gestes et nos réactions

Accepter nos gestes et nos réactions

Accepter…de plus en plus, nous réalisons que pour transformer une situation, il faut s’accepter.

J’avais donc envie de vous partager pourquoi il est important de s’accepter et comment faire pour s’accepter.

Il est vrai que lorsque l’on gagne un tournoi, on réussit un projet, on passe un examen ou que l’on on arrive à bien communiquer, nous sommes tellement contents et fiers de nous qu’il est facile de nous accepter dans ces comportements.

Par contre, il est plus difficile d’accepter lorsque nous avons un comportement qui n’est pas adéquat, qui n’est pas dans les normes de la société dans laquelle nous vivons.

Premièrement, arriver à s’accepter quand on crie, quand on blesse, quand on est en colère apporte les notions de bien et de mal. Par exemple, vous ne devriez pas crier c’est mal.

Deuxièmement, s’accepter aussi quand on fuit une situation ou quand on se laisse détruire par l’autre apporte un autre angle à l’acceptation. Je pense ici à une situation où on a été victime de violences verbale ou physique ou tout simplement à toutes les fois où la personne n’a pas mis son pied à terre et ne s’est pas affirmée.

La difficulté de s’accepter

Le bien et le mal

Nous avons tous été exposés à des croyances :

  • Un homme qui pleure c’est faible
  • Pleurer c’est montrer sa faiblesse et sa vulnérabilité
  • Il faut travailler fort pour y arriver
  • L’argent c’est sal
  • L’homme travaille et la femme reste à la maison

Des croyances comme celles-là, toutes les familles en véhiculent année après année, génération après génération.

Et par peur de mal paraître ou de renier ses origines, nous décidons de continuer à croire à ces croyances, à les laisser diriger notre vie. En se faisant, nous mettons un bâillon sur notre besoin essentiel et nous suivons ce que la croyance dit.

Le yin et le yang

 

yang-1681698_1280

 

Pour s’équilibrer, l’énergie a besoin du yin et du yang. Dans notre vie, c’est la même chose. Il y a la force et la faiblesse, le bon et le mauvais, le sourire et les pleurs, l’amour et la haine.

Le premier comportement que l’on adopte lorsque nous sommes touchés et que l’on vit des émotions, c’est de mettre un couvercle sur ce qui est vécu : colère, peur, sentiment de vulnérabilité, etc. Nous faisons cela, car ce que l’on vit peut-être extrêmement souffrant, ça fait mal et comme ce n’est pas agréable on ne veut pas le voir et on va compenser : fuir, manger, boire, faire du sport, se fâcher, ne pas sentir et se couper.

Si je vous disais que vous devez vous accepter lorsque vous êtes impatient. Est-ce que cela se peut que vous pensiez que vous allez toujours être impatient ? C’est ce que l’on pense, si l’on s’accepte dans un comportement que l’on n’aime pas ou si on s’accueille et accepte l’émotion que l’on vit, on a peur que rien ne change.

Et pourtant, c’est l’inverse, donnez-vous le droit et vous verrez.

L’impact de l’ego

Lorsqu’il y a un décalage entre ce que l’on vit et ce que l’on veut, on ressent un mal-être. C’est l’ego qui nous dit attention, il y a une leçon à apprendre, une expérience bénéfique à vivre. L’ego c’est le passé. C’est l’addition de nos mémoires et expériences passées.

Je le sais bien, sur le coup, c’est difficile de le voir, mais l’ego a vraiment l’impression de vous protéger. Il fait si bien son travail que pour ne pas sentir la souffrance, la majorité des gens mettent un couvercle sur l’émotion ou le sentiment qui monte.

ON NE VEUT PAS SENTIR, CAR ÇA FAIT MAL.

Et si on écoutait notre ego ?

Prendre conscience

Lorsque vous vivez une situation difficile où vous ne vous sentez pas bien, prenez conscience de ce qu’il se passe. On part de la situation. Décrivez la situation dans le détail, observez-là. Puis répondez aux questions suivantes : Comment je me sens et qu’est-ce que je veux dans la situation ?

Premièrement vous allez être en mode observation de la situation et vous aurez une idée claire de celle-ci et deuxièmement vous prendrez du recul pour prendre vos décisions.

Gain de vitalité

Ne pas vouloir voir ses peurs, c’est mettre beaucoup d’énergie et d’efforts pour ne pas sentir. Cette énergie utilisée pour le faire c’est de l’énergie en moins à déployer pour développer ce que vous voulez : trouver un nouveau travail, développer un projet d’entreprise, créer des relations harmonieuses ou tout simplement être heureux.

Comment faire pour s’accepter ?

La première piste pour vous accepter : l’observation

Observer ce qui est, la situation, le senti, le mental SANS JUGEMENT. Nous devons observer le film qui se déroule devant nous.

Observez une fleur et regardez comment elle vous fait sentir ? De la même manière, vous observez la situation et sentez ce qu’elle vous fait vivre.

L’ego

N’oubliez pas que dès que vous êtes dans les émotions, c’est l’ego qui vous parle. Écoutez ce qu’il vous dit.

Par exemple vous voulez changer de travail, il peut vous dire : tu as un bon salaire, reste ici, tu as la sécurité, si tu changes et que tu n’as pas mieux comme telle personne et puis c’est un long processus changer de travail, etc…

Écoutez-le. N’essayez pas, pour le moment de le contre dire, il a des choses à dire, laissez-lui cet espace.

Le jeu de la vie

La vie est un jeu pour moi, un peu comme le Monopoly. On a des décisions à prendre, des éléments à acheter ou à vendre. Des temps où on est bloqué où l’on ne fait rien, on passe notre tour.

Vous pouvez forcer, mais ça ne servira à rien. Et si vous êtes du genre à vous trouver des d’excuses vous n’irez nulle part non plus.

La vie est un jeu où l’équilibre est la clé. Voici un e-book gratuit qui peut vous aider.

Écrivez-moi, je veux vous entendre. Quelle situation est difficile à accepter pour vous dans le moment ?

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!