Articles » Amour de soi

Citation Enseigner l’amour en 4 étapes

Enseigner l’amour en 4 étapes

Quatre grandes qualités humaines permettent de connaître le sentiment d’amour. Pour les enseigner, il faut d’abord les pratiquer soi-même. L’amour est le sentiment le plus fort, le plus pur et le plus grand qui soit. C’est le sentiment qui pousse les gens à être la meilleure version d’eux-mêmes. Sachant cela, n’est-ce pas la première chose qui devrait être enseignée à nos enfants?

Bonté

L’élément clé, la racine ou la source d’où naît l’amour de soi et des autres est la bonté. Il faut d’abord apprendre à se venir en aide avant de le faire pour les autres. Initialement, il faut prendre soin de soi. Non pas en allant s’offrir des plaisirs comme une manucure ou une nouvelle voiture, mais en prenant soin de l’intérieur. Pour y parvenir, il faut être bon. Si vous souffrez intérieurement et que vous vous retrouvez en guerre avec vous-même, vous ne saurez offrir la bonté aux autres. Il est impossible de donner aux autres ce que l’on ne possède pas déjà. Impossible d’offrir la paix, si nous ne sommes pas en paix. Si vous ne vous aimez pas, vous ne pourrez offrir l’amour à vos enfants. Si vous ne vous aimez pas, ils n’apprendront pas à s’aimer.

Compassion

La compassion est le désir de ressentir et de comprendre véritablement la souffrance des autres. Cette notion est importante, car elle nous amène à comprendre que la souffrance des autres est aussi notre souffrance. En d’autres mots, au lieu de juger et éviter d’être concerné, on comprend que la souffrance des autres, bien que différente de la nôtre, rejoint nos propres souffrances. On peut finalement la voir et toucher son énergie. Notre cœur s’ouvre. Et, par chance, comme nous aurons appris à être bons avec nous-mêmes, nous serons agiles et nous les aiderons à faire de même. La souffrance est un mal universel, soyons là pour les autres et nos enfants apprendront à être là pour les autres.

Joie altruiste

À l’inverse, comprendre la souffrance des autres c’est aussi vouloir partager sa joie. Se présenter au reste du monde avec joie n’exclut pas d’être présent pour les autres lorsqu’ils souffrent. Nous sommes là dans tous les cas : le bonheur et la souffrance. Il faut donc apprendre à être à l’aise avec les émotions négatives tout comme les plus positives. Considérant que vous avez pris soin de vous, vous saurez accepter et aider les émotions de vos enfants. Ils pourront grandir sachant que toutes les émotions viennent et repartent et qu’il n’y a pas lieu de s’identifier à elles pour toujours.

Sérénité

Si vous croyez que la sérénité est d’être complètement en paix, vous êtes comme moi et avez besoin d’une nouvelle définition à votre dictionnaire. La sérénité est l’habileté de faire face aux imprévus de la vie avec calme et souplesse. Comprenons que nous sommes l’exemple premier et la source première vers lesquels nos enfants se retournent pour apprendre. Si nous paniquons, crions, stressons, subissons de l’anxiété à chaque imprévu, nos enfants agiront de la même façon. Il est temps, je crois, de s’aventurer sur un chemin plus paisible et centré davantage sur le cœur. Changeons le monde un enfant à la fois.

Vous pouvez me lire sur le site  http://sandralacombe.com

J'ai de la valeur! copie

Accueil

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!