Citation Êtes-vous dépendant des compliments?

Êtes-vous dépendant des compliments?

Un compliment est une source positive de la vie. Nous ressentons tous du bien-être lorsque quelqu’un nous fait un compliment. C’est une offrande merveilleuse et il faut l’accepter avec cœur. Cependant, un compliment demeure un élément extérieur au soi et peut prendre des proportions disproportionnées dans l’esprit de certains.

Lorsque l’on s’accroche aux compliments comme une bouée de sauvetage ou que l’on tombe rapidement amoureux de la première personne qui s’ouvre à nous, il est possible que nous ayons perdu foi en soi.

  • Suis-je vu?
  • Suis-je aimé tel que je suis?
  • Ai-je de la valeur aux yeux des autres?

Enfant, nous avons tous eu besoin du regard de nos parents. Pour ce faire, il fallait leur plaire. Nous avons donc développé des habitudes comportementales et des réactions inconscientes pour obtenir leur acceptation complète. Nous aimaient-ils réellement sans fioriture ou s’attendaient-ils à de grandes choses de notre part? Est-ce que leur amour était conditionnel? Ressentions-nous que nous méritions leur amour seulement si nous exaucions leurs désirs et que nous nous comportions de manière à plaire à la vision qu’ils avaient de la vie? Pouvions-nous être nous-mêmes sans avoir peur de représailles?

Ce désir profond d’être aimé sans condition par nos parents peut provoquer des habitudes malsaines pour le reste de notre vie si ce besoin n’a pu être comblé dans l’enfance. Malheureusement, si vos parents étaient malicieux dans leur façon de vous éduquer, la souffrance peut être encore plus grande et les conséquences sur votre bien-être intérieur encore plus important.

Cherchons-nous encore le regard approbateur de nos parents?

L’un des aspects du manque d’estime de soi est sans contredit le besoin d’obtenir le regard approbateur des autres. Nous reflétons dans le présent nos besoins du passé. Les dysfonctionnements familiaux sont souvent la cause du manque d’estime de soi. Il faut donc une grande dose de courage pour faire un retour sur les sentiments qui ont empli notre cœur durant notre enfance et choisir de les guérir. Parce que, oui, difficile de l’admettre, mais il faut choisir de guérir, car personne ne peut le faire pour nous.

Les 5 grandes souffrances sont celles-ci : le sentiment de rejet, d’abandon, d’humiliation, d’injustice et de trahison.

Les compliments ne devraient pas être la source sur laquelle nous nous définissons aux yeux du monde.

  • Ressentez-vous une grande fierté lorsqu’on vous complimente?
  • Avez-vous déjà remis en question votre vie de couple lorsque vous recevez des compliments d’une personne du sexe opposé?
  • Avez-vous l’habitude d’idéaliser votre vie avec une personne qui vous a lancé des fleurs?
  • Faites-vous une fixation sur les compliments qui vous ont été donnés, au point de ressentir le besoin d’aller en parler à plusieurs personnes ou de vous les répéter souvent dans votre tête?
  • Est-ce que les compliments sont une forme de gratification que vous espérez obtenir lorsque vous accomplissez une action ou une tâche?
  • Croyez-vous que ceux qui vous complimentent ont enfin compris toute la valeur que vous possédiez?
  • Vous sentez-vous diminué lorsque ce sont d’autres personnes qui reçoivent des compliments?
  • Croyez-vous que votre vie serait meilleure si on reconnaissait davantage votre talent, votre bonté, votre capacité d’être un bon conjoint?
  • Vous sentez-vous abandonné si l’on ne vous complimente pas comme vous le souhaitez?
  • Pensez-vous que les gens doivent s’intéresser à votre vie, sans quoi vous repartez frustré de vos rencontres?
  • Trouvez-vous des prétextes et des excuses pour justifier des décisions basées sur votre dépendance aux compliments : justifiez-vous vos agissements comme la tromperie, la trahison, l’infidélité émotionnelle ou le rejet précipité de votre conjoint avec le manque d’admiration que vous lui reprochez? Ressentez-vous le besoin de quitter votre emploi lorsque vous croyez ne pas être reconnu à votre juste valeur et lorsque vous n’obtenez pas l’attention désirée? Croyez-vous que vos enfants souffrent d’ingratitude? Après tout, vous en faites tellement pour eux et vous ne recevez jamais rien en retour.

Bien entendu, chaque énoncé ci-dessus peut être pris séparément. Vous ne souffrez pas systématiquement d’une dépendance aux compliments par le simple fait qu’à vos yeux votre patron ne reconnaît pas suffisamment votre travail. Mais, si vous analysez la globalité des affirmations, vous observerez peut-être que votre souffrance intérieure vous pousse vers une recherche constante de l’approbation.

La question qui se pose dans ce cas-ci est la suivante : quelle est la source de ce besoin? Car, évidemment, le besoin d’être complimenté n’est que le symptôme d’une souffrance profonde.

Regardez le symptôme est vous pourrez fonctionner aujourd’hui. Regardez la raison du mal et vous pourrez vous en libérer pour toujours.

Votre souffrance vous empêche de voir la réalité. Pour évincer la douleur, nous croyons qu’il faut obtenir du plaisir. Dans le cas présent, nous croyons alors que les compliments viennent atténuer la souffrance. Pourtant, c’est en refusant d’examiner la source du mal que la dépendance prend de l’ampleur.

Quelques pistes pour vous aider à identifier et vous libérer du besoin de reconnaissance

  • Lorsqu’on vous complimente ou que vous n’obtenez pas les compliments désirés, prenez conscience de ce qui se passe en vous. Physiquement, mentalement et émotionnellement, votre corps vous parle. Il vous donne les premiers indices d’une défaillance. ALARME! Choisissez d’être votre détective privé. Ressentez. Visualisez. Conscientisez.
  • Travaillez sur la perception que vous avez des compliments. Cessez de croire que vous êtes malheureux si l’on ne vous donne pas ce que vous souhaitez. Cessez de blâmer les autres pour vos manques. En changeant la perception que vous avez et vos attentes, vous commencerez peut-être à voir que les gens vous apprécient réellement même s’ils ne vous louangent pas au quotidien.
  • Ne négligez pas les faits. Le commencement de la souffrance est souvent le refus de voir la réalité de la situation. Examiner la cause de vos symptômes plutôt que de pointer du doigt votre conjoint ou vos amis. C’est votre volonté de voir ce qui se passe réellement qui vous permettra de vous libérer de la souffrance.
  • Ne vous comparez pas aux autres. L’ego veut être le numéro 1. Ainsi, il se compare continuellement aux autres. C’est un cercle vicieux. Aussi longtemps que vous voudrez égaler le comportement des autres, vous n’arriverez jamais à vous en sortir. Aimez-vous! Vous avez été dessiné pour être VOUS, coloriez votre vie authentiquement et ce sera suffisant!

Je vous invite à visiter le site moiultime.com. Téléchargez gratuitement  le guide Qu’allez-vous faire pour devenir ce que vous voulez. 48 fiches à imprimer et à remplir tout au long de l’année pour révolutionner votre vie!

promo carrée - le semainier 2017

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!

Vous étes invités à reproduire cet article en incluant le nom de l'auteur, un lien vers la source original
et la mention :" Article trouvé sur Les Mots Positifs.com".

Source original : http://moiultime.com/souffrez-vous-dune-addiction-aux-compliments/