Bonheur

Citation La fierté, l’orgueil et l’argent

La fierté, l’orgueil et l’argent

La fierté donne souvent une raison de vivre. Elle nous motive à développer nos talents et souvent à décupler nos efforts. En plus, elle nous aide à générer des résultats insoupçonnés.

Mais l’orgueil n’est jamais très loin…

La fierté et l’orgueil

Imaginons un instant la fierté qui serait en discussion avec l’orgueil…

L’autre jour, alors que j’étais dans un grand magasin, j’entendis cette conversation:

– Je te vois très bien avec ce sac à main, commença tranquillement l’Orgueil

– Je sais, j’y pensais justement, répondit la Fierté

– Tu te vois-tu avec n’est-ce pas? continua L’Orgueil

– Je ne sais pas, je n’ose pas trop y penser…

– Hum… Imagine ce que les gens penseraient de toi!

– C’est un beau sac à main, mais…

– Regardes toi vite dans ce miroir juste ici et tu verras qu’il est fait pour toi! Insista L’Égo (l’Égo aime se faire appeler l’Orgueil)

– Oui! C’est vrai qu’il est beau, mais 400$, ce n’est pas rien et… tenta d’expliquer la Fierté

– Tu seras la seule de tes amis à en posséder un, tu sais! poursuivit l’Égo

– Tu as raison, je serais super fier de moi. Je travaille tellement fort ces temps-ci et en plus je me sens plutôt moche depuis quelques jours…

– Bon, tu vois! Tu as toutes les raisons de l’acheter ce magnifique sac.

– C’est tout de même 400$ et je n’ai pas autant d’argent disponible pour l’instant, répondit la Fierté

– Ça ne fait rien, tu sais bien que tu as un crédit disponible sur ta carte. Vas-y, tu le mérites ma belle!

– Bien… C’est tentant en effet…

 

L’orgueil et l’argent

Mireille était vraiment divisé.

Ne sachant pas quoi faire, elle se rendit dans un café situé à quelques pas. Là, elle se fit servir un expreso et seule avec elle même, elle se mit à réfléchir.

Mireille avait pris une nouvelle habitude quelques années auparavant.

Elle qui avait déjà été une acheteuse impulsive-  pour ne pas dire une acheteuse compulsive – comprenait maintenant ce qui se passait en elle. Elle savait maintenantque dans le doute, le temps est la meilleure des conseillères.

Mireille continua donc son dialogue intérieur. Mais assise confortablement à une cinquantaine de mètres de l’objet qu’elle était désireuse d’acheter, elle se sentait déjà plus calme et plus sereine.

Elle ressentait comme un réel désir d’acheter (son) ce sac à main. Mais le besoin était devenu moins vif, moins présent. Elle avait pris ses distances avec cette émotion qui l’envahissait il y a quelques minutes à peine. Elle pouvait commencer à réfléchir avec sa tête.

Tellement, qu’après quelques gorgées de son expreso, elle commença à relativiser l’importance de cette dépense. Elle se disait que 400$ serait un beau montant à investir sur un voyage…

Soudainement, son imagination l’amena à Paris, à Alicante, au Pérou…

Elle se mit à rêver…

Mireille revint à elle vingt minutes plus tard après avoir perdu la notion du temps.

Elle se rappela de sa réflexion profonde et pensa de nouveau au sac à main.

Elle entendit l’Orgueil lui dire doucement à l’oreille:

– C’est que tu en as besoin, Mireille.

– J’ai besoin de bien d’autres choses avant, répondit pour elle, la Fierté

– C’est une chance unique tenta l’Égo qui sentait sa proie lui échapper

 

La fierté, dit-on, connaît des limites. L’orgueil beaucoup moins.

André Bucher

 

Résister à une dépense quand on est un acheteur compulsif

Mireille avait vécu ce genre de scénarios à maintes reprises. Et pas toujours avec succès.

Aujourd’hui, l’Orgueil lui a fait vivre un gros test.

Il avait tenté de profiter d’elle! Car l’Égo la savait indisposée; son amoureux et elle s’étaient querellés en fin de semaine dernière. La semaine avait été difficile. Elle s‘était rendue dans ce grand magasin, attirée dans sa détresse, pour épancher sa peine.

Et ses doutes.

L’Orgueil y était. L’attendait. Il espérait tellement ce moment…

Car, depuis deux ans, comme un alcoolique anonyme qui souffle son gâteau de deux bougies, elle n’avait pas succombé la Mireille. Elle s’était tenu bien droit devant la menace de la consommation artificielle.

Être soi-même avec son argent

Dans une autre vie, des circonstances malheureuses et surtout son comportement de consommatrice impulsive lui avait causé bien du tort…

Et elle s’est promis qu’elle ne reviendrait plus JAMAIS en arrière!

En se levant pour quitter le café, elle se souvint clairement des derniers 24 mois, de ces 104 semaines et des derniers 730 jours d’efforts constant à résister au marketing sournois déployé par ces grands magasins et sur internet.

Et de tout ce qu’il a fallu faire pour rembourser toutes ses mauvaises dettes!

Elle traversait le long couloir qui menait à la sortie et jeta rapidement un dernier coup d’oeil à ce magnifique sac à main. Elle sourit légèrement, fière d’elle, en pensant au piège quelle venait de surmonter.

Et aussi, elle ressentit quelque chose de nouveau.

Elle en était toute surprise d’ailleurs.

Elle pouvait maintenant apprécier que quelqu’un possède ce qu’elle ne pouvait voulait pas s’acheter.

Ce qu’elle savait, elle avait appris à la dure! Elle savait maintenant faire des choix qui lui ressemble. Désormais, elle viserait l’équilibre, elle voulait vivre heureuse et être elle-même avec son argent!

Acheter des vêtements et des accessoires serait pour elle des dépenses secondaires.

Ses dépenses prioritaires en dehors de son loyer et de son alimentation saine, serait composé d’expériences, de voyages.

 

Être heureux avec l’argent qu’on a!

Trois mois plus tard, Mireille assise près du hublot sur un vol en direction de Marseille, regardait par la fenêtre. Elle avait épargné pendant six mois pour partir en voyage. Le voyage était moins cher qu’elle avait prévu car elle avait bien planifié et elle avait réduit considérablement ses dépenses de voyage.

Elle pouvait être très fier de lui!

À ce rythme, elle repartira bientôt se dit-elle.

Et tout à coup, elle repensa au sac à main qu’elle avait bien failli acheter elle eut une pensée heureuse pour celle qui se l’était procurée!

Je vous laisse sur cette citation pour vous aider à être plus heureux avec l’argent qu’on a!

Nous n’avons pas le loisir de changer les gens qui nous entourent.

Nous n’avons même aucun moyen d’agir sur les problèmes qui nous font souffrir.

La seule option qui nous reste est de modifier notre regard sur le monde.

Paul Wilson

Marc

crédit photo; 123rf

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!

annuaire

Membres à découvrir

Fait comme 2256 personnes en rejoignant une communauté en pleine croissance de professionnels du mieux-être humain et de créateurs de contenus inspirants.
En savoir plus ici

Nous recommandons

Top articles

Vous aimerez aussi

Ne manquez rien !

Recevez chaque semaine les dernières publications de nos membres ainsi que des invitations exclusives à nos événements en ligne.

Supportez-nous

Supportez-nous en vous abonnant à nos différents médias sociaux. Merci !