Amour de soi

Citation Les neufs bénéfices à pardonner

Les neufs bénéfices à pardonner

Le ressentiment ou les rancunes, c’est un peu comme si nous mettions nos ordures dans une armoire en souhaitant qu’elles disparaissent par elle mêmes. Ou encore, que nous puissions les oublier parce qu’elles ne sont plus sous nos yeux.

Malheureusement, même si nous ne les voyons plus, ça ne veut pas dire qu’elles soient inoffensives. Des ordures dans une armoire, ça se transforme, ça s’étend et ça empeste toute la maisonnée. Et tout le monde écope de cette situation.

Oui, il est vrai que nos rancunes nous appartiennent. En même temps, sachez qu’elles touchent tout le monde et surtout vos proches. Vous croyez que j’exagère? Vous n’avez qu’à regarder celles qui sont transmises de générations en générations et qui créent des guerres et des génocides. Vous vous dites :  tout de même, moi, ce n’est pas aussi pire que ça. Il n’y a rien de plus dévastateur que le ressentiment, la rancune, la culpabilité, la honte et la colère. Une telle source de stress peut occasionner un épuisement,  une dépression ou une maladie.

Effectivement, nous ne sommes pas conscients combien les rancunes dépensent notre énergie et sont dommageables pour nous et les nôtres. Nous pouvons avoir des rancunes tellement vieilles, que nous les avons presque oubliées. Et nous en avons d’autres encore très présentes dans notre tête. Toutes grugent notre énergie, notre santé et influencent nos relations et notre vie.

https://www.youtube.com/watch?v=Yb0PnuR3Gdo

 

« Les autres peuvent nous blesser, mais le choix de notre réaction n’appartient qu’à nous. Chacun de nous a le choix de pardonner ou non, et personne ne peut nous obliger à agir dans un sens ou dans l’autre. Si je veux pardonner à quelqu’un, personne ne peut m’en empêcher, peu importe la gravité de la conduite de l’offenseur. Le choix de pardonner ou non est un exemple du pouvoir que nous avons de guérir de nos blessures et d’aller de l’avant. »
– Dr Fred Luskin

Comment en sommes-nous arrivés là?

  • Nous nous sentons trop concerné par quelque chose. Nous pouvons même nous identifier personnellement à ce conflit
  • Nous ne cessons pas de rendre la personne qui nous a blessés responsable de notre trouble intérieur
  • Nous avons fait tout un plat de la blessure éprouvée.

Qu’est-ce que le pardon?

  • Le pardon est le sentiment de paix que nous éprouvons quand nous permettons   aux ordures d’être ramassées par l’éboueur
  • Le pardon est avant tout pour soi, et non pour la personne qui nous a blessés
  • Le pardon nous permet de reprendre notre vie en main ainsi que nos relations
  • Le pardon a quelque chose à voir avec notre guérison, et non avec les personnes qui nous ont blessés
  • Il est possible de s’entraîner à pardonner comme on s’entraîne à lancer une balle
  • Le pardon nous aide à maîtriser nos émotions et à pacifier nos relations. Il devient ainsi possible à tisser des liens de guérison
  • Le pardon peut contribuer à améliorer notre santé mentale et physique
  • Le pardon fait de nous un héros plutôt qu’une victime
  • Le pardon est un choix
  • Toute personne peut apprendre à pardonner

Ce que le pardon n’est pas

  • Pardonner ne consiste pas à fermer les yeux sur la méchanceté
  • Pardonner ne signifie pas oublier ce qui est arrivé de douloureux
  • Pardonner ne veut pas dire excuser une conduite maladroite
  • Pardonner n’est pas nécessairement une expérience d’un autre monde ou à caractère religieux
  • Pardonner n’est pas nier ou minimiser sa blessure
  • Pardonner ne signifie pas nécessairement se réconcilier avec l’offenseur
  • Pardonner ne signifie pas renoncer à éprouver des sentiments ou des émotions.

Les recherches démontrent que les personnes qui apprennent à pardonner gardent leur capacité de se mettre en colère et qu’elles l’utilisent plus sagement. Elles ont une meilleure gestion émotionnelle et elles conservent leur capacité d’exercer un bon jugement. Elles ne perdent pas une énergie précieuse à demeurer prisonnières de leurs colères et de leurs blessures pour des choses qu’elles ne peuvent pas changer. Pardonner, c’est reconnaître que l’on ne peut pas changer le passé. Pardonner c’est se libérer du passé. Le pardon nous procure un repos bien mérité.

Peut-être que vous êtes surpris d’apprendre que le pardon est si bénéfique. Vous pensez peut-être qu’en pardonnant, vous laissez en quelque sorte la personne s’éloigner avec ce qu’elle a fait. Vous cherchez peut-être à comprendre pourquoi quelqu’un a été aussi cruel avec vous et vous ne croyez pas qu’apprendre à pardonner vous aidera à trouver la raison de cette cruauté. Il se peut aussi que vous souffriez depuis longtemps et que vous regardiez avec méfiance tout ce qui peut ressembler à un remède.

Si vous vous reconnaissez dans tout cela, sachez que vous n’êtes pas seul.

Ce qu’il faut comprendre :

  • Ce n’est pas parce que quelqu’un vous a blessé qu’il vous faut souffrir indéfiniment
  • Pardonner ne veut pas dire approuver ce que l’autre a fait
  • Pardonner, c’est quitter le passé pour s’ouvrir au présent et à l’avenir avec tout son potentiel
  • Pardonner, c’est être résilient. C’est savoir rebondir après des épreuves
  • Le pardon est une expérience de paix et de compréhension qui peut être vécue dans le moment présent
  • Le pardon implique qu’on remette en question les règles de conduite strictes que l’on impose aux autres. Et, que l’on se concentre sur les bonnes choses de la vie plutôt que sur les mauvaises
  • Pardonner, c’est affirmer avec force que les évènements malheureux qui ont gâché notre passé ne vont pas gâcher notre vie aujourd’hui.

Les trois facteurs fondamentaux qui rendent une blessure et une rancune durable:

  • Prendre trop au sérieux une offense personnelle
  • Blâmer l’offenseur pour ce que vous ressentez
  • Faire toute une histoire avec sa rancune.

Alimenter et entretenir ces facteurs peut faire en sorte que la blessure sera gardée ouverte à jamais. En apprenant à pardonner, il devient possible de comprendre que le fait de raconter notre histoire de rancune a pour seul effet de mettre en évidence le pouvoir que cette situation difficile a encore sur nous et notre vie.

Plusieurs personnes essaient de pardonner et mettent à rude épreuve la patience de leur famille et de leurs amis dans leur effort pour trouver un sens à leur souffrance. Lorsque l’on apprend à pardonner, il devient possible de découvrir  des possibilités qui semblaient n’exister qu’en rêve.

Si vous apprenez à pardonner, vous allez apprendre à maîtriser vos sentiments et vous découvrirez que vous avez plus d’énergie disponible pour prendre de bonnes décisions. Vous allez découvrir que vos décisions seront moins fondées sur les blessures que vous ressentez et davantage sur ce qui est le mieux pour vous et ceux que vous aimez.

Des recherches passionnantes menées au cours des dix dernières années ont permis de documenter le pouvoir de guérison du pardon.

En effet, il est démontré qu’il y a neuf bénéfices à pardonner :

  1. réduit la dépression
  2. augmente l’espoir
  3. diminue la colère
  4. améliore la capacité d’ouverture
  5. accroît la confiance en soi sur le plan émotif et aide à rétablir les relations
  6. bénéficie autant votre santé que vos relations
  7. évite les problèmes de santé
  8. réduit le stress et ses manifestations physiques et psychologiques
  9. et l’échec en matière de pardon aggrave les risques de problème cardiovasculaire, de pression artérielle, et tension musculaire. Même les personnes qui ont vécu des pertes dévastatrices peuvent apprendre à pardonner et se sentir mieux psychologiquement et émotionnellement.
 

POUR CE FAIRE


Les 8 prémisses aidantes vers le chemin du pardon et de l’acceptation

Voici quelques changement de croyances qui vont vous aider à apprendre à voir les choses autrement et à pardonner :

  1. Je veux gaspiller le moins de temps possible à laisser la colère ou la blessure me  bouleverser. Je veux être capable de réagir positivement lorsque les choses ne vont pas comme je le souhaite. Cette décision me permet de pardonner à moi-même, de pardonner aux autres, et même de pardonner à la vie elle-même quand c’est nécessaire.
  2. La vie amène son lot d’expériences positives mais aussi des expériences désagréables qui nous font perdre notre équilibre. Puis-je raisonnablement m’attendre à connaître que des expériences agréables? La vie nous amène des expériences, et c’est nous qui les cristallisons comme quelque chose de positif ou de négatif. Je peux dire « je suis en train d’expérimenter quelque chose qui me déséquilibre et je fais confiance à mon cœur pour m’aider dans ce chemin. » Ou, « J’espère vivre de bonnes expériences et je peux pardonner celles qui me font souffrir. »
  3. Vivre est un défi. Je veux être un survivant et non une victime. Chaque situation blessante me met au défi de vivre aussi pleinement et aussi sereinement que possible. J’accepte les défis que la vie me lance.
  4. Je sais que ça me blesse quand des personnes ne me pardonnent pas. Comme je ne veux pas blesser les autres de cette manière, je vais faire face au problème ou je vais l’envisager de sorte qu’il ne soit plus aussi présent dans ma vie.
  5. La vie est remplie de beautés et de merveilles. Lorsque je suis centré sur ma douleur je passe à côté de tout cela. Car je m’enferme dans ma souffrance dû à un évènement passé. Je me pardonne à moi-même le fait de me fourvoyer ainsi.
  6. Toutes les personnes font du mieux qu’elles le peuvent avec le niveau de conscience et le niveau de connaissance qu’elles ont à ce moment. Quand elles se trompent, selon notre regard, la meilleure façon de les aider est de manifester de la compréhension et de l’empathie envers elles.
  7. Je ne suis pas parfait. Comment puis-je m’attendre à ce que les autres le soient?
  8. Je comprends que chacun, y compris moi-même, agit d’abord par intérêt personnel, c’est-à-dire pour combler ses besoins. Je m’attends donc à être blessé, à certains moments, parce que mon intérêt personnel ou mon besoin ne rencontre pas celui de l’autre. Ou encore, parce que l’autre n’utilise pas la même stratégie que la mienne pour combler un besoin. Quand je comprends que cela fait partie de la vie, je me dis qu’il n’y a pas de quoi être si bouleversé. Quand je suis conscient que c’est mon besoin qui me guide dans mes comportements, comment ne pas pardonner à chacun, y compris à moi-même, d’agir de cette manière?

Nous pouvons apprendre à pratiquer le pardon à chaque jour et cela n’est pas nécessaire d’attendre que quelqu’un nous blesse profondément. Je peux apprendre à pardonner au quotidien des petits gestes qui vont nous permettre de développer nos muscles du « pardon ». Quand vous saisissez les petites occasions qui vous sont offertes pour vous pratiquer, le réflexe du pardon sera là quand vous en aurez vraiment besoin. Gardez en tête, que pour la majorité d’entre nous, nous ne sommes pas toujours en équilibre relationnel. Et, que nous ne prenons pas en compte les besoins des individus autour de nous à chaque instant de notre vie. Dans cette perspective, il devient clair que, tôt ou tard, on se blesse les uns les autres. Si vous désirez un guide audio pour vous aider dans vos relations c’est ici Pour un coaching afin d’améliorer nos relations c’est ici 

Sachant qu’il est inévitable que l’intérêt personnel, ou que la stratégie pour combler son besoin, diffère de celui d’un autre, on peut réagir en se rappelant que toutes les relations comportent leur déception, souffrance et blessure. Celles-ci surviennent dans tous les mariages stables qui durent depuis longtemps, dans toutes les familles qui s’aiment, et entre tous les bons amis. Chaque relation connaît des hauts et des bas, comme chez chaque individu. Pour cette raison, toutes les relations fournissent un nombre presque illimité d’occasions de pratiquer le pardon, de réagir moins vivement à des offenses, et d’empêcher que des conflits s’enveniment.

Parfois, des gens nous blessent parce qu’ils veulent faire ce qu’ils veulent et pas ce que nous voulons qu’ils fassent. Ce n’est pas parce que les autres font des choix différents des nôtres qu’ils sont mauvais en soi. Lorsque nous permettons aux autres d’être différents de nous, nous apprenons à leur pardonner et revenir à nous. Ainsi, nous sommes plus en mesure de comprendre que ce qui est bon pour nous, n’est pas nécessairement bon pour tout le monde.

Monique

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!