Articles » Conscience

Citation Les surdoués sont des êtres spirituels

Les surdoués sont des êtres spirituels

Je donne ici une définition quantique des enfants précoces. Il ne s’agit aucunement d’informations médicales, intellectuelles, scientifiques. La perception évoquée dans cet article est liée à ma lecture quantique des êtres, à mon expérience personnelle, et s’appuie uniquement sur mon univers intérieur.

Pourquoi un enfant surdoué n’est-il pas forcément performant à l’école ? Tout simplement parce qu’il  s’incarne en ce monde pour répondre à des questions d’ordre métaphysiques. Il désire atteindre l’Être en lui et son moteur de recherche évacue la plupart des centres d’intérêt qui ne correspondent pas à ses aspirations. Il n’est pas plus intelligent qu’un autre, mais ses préoccupations sont d’un autre ordre. Ses sujets de prédilection vont à l’encontre de ce qu’on attend d’un enfant normal. Il vient au monde pour transcender la vie, pas pour en jouir de façon illusoire. Il porte en son sein la mémoire de l’absolu. Il s’intéresse à l’univers dans sa globalité  plutôt qu’à son environnement immédiat, limité et contingenté. Un enfant surdoué a donc souvent la tête dans les étoiles et vous posera dès son plus jeune âge les questions auxquelles il cherche impitoyablement des réponses : que sont que la vie, la mort, l’amour ? Il sera souvent considéré comme un cancre, incapable de se concentrer sur un apprentissage classique.

Pourquoi un surdoué nous semble-t-il compliqué ? Son Esprit n’est jamais au repos. Intuitivement, il sait qu’au cœur même de son existence, se cachent les lois quantiques qu’il cherche à se réapproprier. Il devient donc un observateur fasciné par la vie extérieure, la sienne et celle des autres. Les spécialistes émettent l’idée qu’il utilise une plus grande partie de son cerveau. Cette perception n’est pas erronée mais elle est incomplète. C’est l’Esprit puissamment présent en lui, qui performe le cerveau et en décuple le potentiel. N’oublions pas que nos neurones ne sont qu’un outil évolutif de l’Être. Un surdoué est avant tout connecté à l’intelligence du cœur. Grâce à ce câblage inné, il analyse en temps réel, via son cerveau physique, les informations qui lui parviennent d’ailleurs. Aucun temps mort n’est envisageable  puisque le surdoué EST l’information en mouvement. Son approche quantique du monde peut donc paraître abstraite, décalée et survoltée aux yeux de son entourage. Là où personne ne se pose de questions, le surdoué va trouver des réponses ! Dans un milieu adéquat, il apprendra à utiliser ses capacités plutôt qu’à les maudire. Cette ébullition cérébrale n’a rien à voir avec un mental agité qu’il s’agirait de calmer à coup de méditations ou de médicaments. Ces cogitations perpétuelles sont le feu de la connaissance. Il s’agit d’apprendre à les utiliser, pas à les combattre.

Pourquoi un surdoué semble-t-il plus fragile ? Son appareillage quantique capte des fréquences subtiles et il entend littéralement la pensée vibratoire de tous ceux qui passent à sa portée et au-delà. Il est comme une éponge sensorielle, incapable de ne pas réagir émotionnellement à la détresse qui l’environne. Un surdoué est rarement apaisé et heureux. Sa joie de vivre initiale se gâte avec le temps sous le coup de la douleur. Il porte en lui le monde extérieur et ne sait qu’en faire. Ce poids est trop lourd et amène dépression et souffrance. Tant qu’il ne reprend pas le pouvoir sur ses propres fréquences, il est débordé par celles des autres.

Pourquoi un surdoué est-il hyperactif ou au contraire, indolent ? Un surdoué est naturellement contemplatif. Il développe un puissant monde intérieur et s’ancre dans le silence. Il donne l’impression de ne rien faire alors qu’il effectue un travail d’introspection colossale. Ce calme apparent n’est qu’illusion car en réalité,  il ingurgite un monceau de données galactiques. Cette hyperactivité de l’âme peut se traduire chez certains par une hyperactivité du corps. Mais l’élément déclencheur d’une agitation incontrôlable est souvent lié à l’apprentissage scolaire : se concentrer sur une approche intellectuelle du monde peut faire de lui un lion en cage,  incapable de rester en place. Il apparaît alors comme trop surexcité aux yeux des autres… ou trop absent !

Quelles parties du cerveau  utilisent les surdoués ? C’est l’Être en eux qui a pris les commandes. Il utilise tous ses outils avec la plus grande acuité. Les deux hémisphères cérébraux sont donc énormément sollicités. C’est cette arborescence neuronale qui offre au surdoué la capacité de créer des liens entre les événements et donc, de leur donner du sens. La vie devient alors un livre ouvert et pertinent.

Pourquoi les relations d’un surdoué sont-elles compliquées ? Un jeune surdoué est en perpétuel ballotage entre son mental et son Être. L’Esprit stimule une maturité hors du commun qui lui interdit de jouir de la compagnie de ceux de son âge, il les trouve trop insipides. Dans le même temps,  il cherche refuge dans des enfantillages qui le disqualifient aux yeux de ses pairs. Son comportement n’est donc jamais adéquat, il est trop raisonnable ou trop immature. Cette précocité devient un handicap plutôt qu’un bienfait. Heureusement, dans la plupart des cas, l’équilibre vient naturellement à l’âge adulte. Avec le temps, le surdoué apprend à gérer sa différence et l’harmonie reprend sa juste place.

Quel est le rapport au temps d’un surdoué ? Il a une forte aptitude à vivre le moment présent lors de ces méditations intériorisées. Mais ce qui le caractérise le plus, c’est la vitesse subliminale avec lequel il traite l’information quantique qui lui parvient de toute part et à chaque instant. Sa vitesse de croisière dépasse l’entendement. Ainsi, un surdoué donne l’impression de perdre son temps à ne rien faire, alors qu’il est particulièrement actif. Tout va très vite en lui, alors que tout semble s’arrêter autour de lui. Cet écart entre la réalité et l’illusion lui est préjudiciable ; il est souvent considéré comme un fainéant, alors qu’il œuvre concrètement à l’émergence du nouveau cycle.

Un surdoué est-il un indigo ? Un indigo est un surdoué, car il est un travailleur spirituel (lire indigos et cristallins), mais un surdoué n’est pas obligatoirement un indigo. Actuellement, beaucoup d’Êtres s’incarnent sous la forme de surdoués en puissance. Ils amènent avec eux d’autres chemins de connaissance et puisent dans leurs gènes et dans l’espace, une nouvelle approche de la Vie.

Pourquoi un surdoué est-il conditionné à la « douance » ? Car il s’appuie sur l’inné, tout est en lui. La douance désigne une habileté naturelle qui se manifeste spontanément, sans apprentissage particulier, dans au moins un domaine d’aptitude. L’inné est l’intelligence de l’esprit omniscient.

Conclusion, les surdoués vont devenir une norme puisqu’ils sont avant tout des Esprits à la mémoire intacte. Leur séjour en ce monde sera plus facile et lumineux. Ils ne seront plus considérés comme différents mais ils établiront l’ébauche du nouvel humain intelligent, tout simplement. Le temps du mariage entre la matière grise et l’intelligence du cœur est venu. Et surtout, évitons de comparer ces deux formes d »intelligence que sont l’intellect et le discernement du cœur ; aucun enfant n’est plus ou moins intelligent qu’un autre ! Au contraire, dans ce cycle, ces différentes capacités se complètent harmonieusement.

P.S : certains enfants ne sont pas diagnostiqués « surdoués » et pourtant, ils sont différents. Dans les temps à venir, il nous faudra adapter le système scolaire à ces êtres qui ne sont rien d’autre que des esprits qui cherchent à s’incarner en conscience, au-delà de toutes étiquettes et perception humaine. Je dirais donc simplement que la différence va devenir une norme, que la notion de surdoué est dors et déjà dépassée.

Mesnet Joséphau-Charrier, thérapeute quantique

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!