Citation Comment lâcher prise ?

Comment lâcher prise ?

« Le lâcher prise est une ouverture de conscience profonde qui permet de comprendre et d’intégrer que tout ce qui vient à vous est nécessaire à votre œuvre de réalisation intérieure. Lâchez le contrôle sur ce que vous désirez et permettez à la vie de vous envoyer ce qui est pour vous. »

Lâcher prise, c’est ne pas s’accrocher, oui mais à quoi ? Cela peut être une blessure, une rupture, un deuil, une mauvaise expérience, un mot, un espoir, une situation, un évènement, un désir, un point de vue ou simplement une idée… Il s’agit d’abandonner, de laisser partir, d’accepter, de pardonner, de passer à autre chose ou de tourner la page… Il s’agit de larguer les amarres, j’aime bien cette image,  imaginez que ce que vous n’arriver pas à lâcher est un bateau, alors pour laisser le bateau quitter le port, il est nécessaire de lâcher les cordages pour le laisser partir. Cela veut aussi dire de faire face, de vivre nos peurs, notre colère, notre tristesse… et leur laisser la place d’exister en les acceptant. Vous pouvez chercher la partie de vous qui s’accroche et trouver pourquoi, c’est très souvent par peur.

Pour certaine personne, le lâcher prise est synonyme de défaite, renoncement, faiblesse, en fait, la résistance est du domaine du mental, il s’agit de ne pas nager à contre courant d’une rivière au risque de se noyer, et la rivière dans cette image est simplement la vie, ce qui est. Une façon de sortir de cette situation est de vivre l’instant présent, pleinement en totale conscience et dans ce moment magique, vous sentirez, le calme du corps, la tranquillité de l’esprit et la paix de l’âme, c’est une première technique de lâcher prise. Vous partez en vacances avec votre femme et vos deux enfants, vous avez parcouru 200 kms et vous faite votre première halte, vous vous apercevez, qu’il manque une valise toutes les affaires de la petite dernière. Que faire ?

Chercher qui est responsable de ce désastre, vous êtes partis  très tôt pour éviter les bouchons et arriver à la meilleure heure. Blâmer cette personne responsable et vous en prendre à tout le monde en vous énervant. Bien sûr que non ! Certes c’est un coup dur de la vie mais sans s’énerver, en acceptant la situation et en cherchant la meilleure solution et même voir ce qu’elle apporte de bien est la seule bonne chose à faire.

Quelles sont les techniques de lâcher prise ?

La première technique, nous l’avons vu, est de vivre le moment présent.
En profitant de cette pleine conscience, on est en accord, à l’écoute de notre Être, et le mental n’a plus le loisir de nous empêcher de profiter pleinement de cet instant.

La seconde technique est la méthode TIPI (technique d’identification des peurs inconscientes).
C’est une approche pratique, simple, rapide et durablement efficace pour « déraciner » les peurs qui sont à l’origine de nombreux troubles persistants tels que : l’angoisse, l’irritabilité, les phobies, les inhibitions, et les états dépressifs. La méthode est très simple : il s’agit de faire le lien avec son ressenti corporel, qui à un moment donné de sa vie, souvent très lointain, a engendré la peur. Cette peur, inconsciente, oubliée, évitée, qui se manifeste, se réactive automatiquement face à certaines situations pour vous stopper dans votre élan, vous emplir d’angoisse, vous rendre furieux ou confus, vous donner envie de fuir.

Il y a cinq manières d’envisager le processus de lâcher prise selon la méthode Sedona.

Pour la première, Il s’agit de laisser aller les émotions et sensations associées, non désirées et ainsi permette à l’énergie bloquée de se dissiper. Comme nous l’avons déjà vu plusieurs fois dans ce livre, nous ne sommes pas nos émotions, si une émotion demeure en nous et que nous n’arrivons pas à nous en défaire c’est que nous la retenons. Laissons là aller, ne disons pas « je suis triste » au lieu de « Je me sens triste », « j’éprouve la sensation de tristesse » ou plus simplement « je ressens de la tristesse » en nous identifiant à cette tristesse, la tristesse est ici prise seulement comme exemple, en devenant cette tristesse, tellement que nous ne parvenons plus à nous en dissocier. Elle fait partie intégrante de nous mais cela est faux. Prenons conscience de cet état de fait pour nous débarrasser de cette émotion en la laissant allez.

La seconde consiste à laisser la place à l’émotion, lui permettre d’exister. Accueillir l’émotion, c’est reconnaitre qu’elle est là, c’est le contraire de lutter, de la rejeter, de se remplir la tête d’autres choses pour ne pas la ressentir ou de fuir. En lui laissant la possibilité d’être là, vous ne l’enfermez pas et de ce fait, elle peut librement s’en aller. Nous passons beaucoup de temps à résister et à refouler nos émotions, plutôt que de les laisser s’écouler librement à travers nous.

La troisième est d’entrer dans la sensation vécue. En cela, elle se rapproche de la méthode TIPI (Technique d’identification des peurs inconscientes), elle est également proche de la méthode Peat (Précisément Deep Peat)  qui encourage à aller jusqu’au bout de l’émotion pour la voir disparaître, cette méthode est difficile à expliquer ici et à reproduire soi-même également, je la pratique en cabinet comme d’autres praticiens.  En plongeant au cœur d’une émotion, vous ferez cette expérience : au centre il n’y a plus rien, c’est un espace vide, c’est comme quand on touche une bulle de savon, elle éclate. Les émotions n’occupent qu’un espace superficiel, à la périphérie de votre être, mais l’impression que vous avez c’est qu’elles résident au plus profond de vous et la peur vous empêche d’aller voir. Pour faire cela, prenez un moment tranquille dans lequel vous ne serez pas dérangé, installez vous confortablement assis ou allongé, fermez les yeux.

Posez-vous ces questions : Qu’est-ce qui réside au cœur de cette émotion ? Est-ce que je peux aller de façon consciente au centre de cette émotion, de plonger dans cette émotion ? Est-ce que je peux aller plus profond ?

En allant toujours plus profond, vous atteindrez un point où quelque chose se défera, sans pouvoir aller plus loin , vous serez tranquille, en paix. Vous aurez, à ce moment réussi à lâcher prise.

Si l’émotion demeure, c’est que vous n’avez pas encore atteint le cœur. Seule la peur peut vous empêcher d’aller au plus profond mais si vous la dépassez, vous serez surpris du résultat comme la bulle de savon qui éclate, comme une douleur qui est partie.

La quatrième forme de lâcher prise s’appelle le lâcher prise holistique, c’est l’accueil de la polarité du problème ou de la croyance, c’est-à-dire les deux aspects opposés (bien et mal, juste et faux, joie et tristesse, amour et haine, chaud et froid, etc… Lorsque vous accueillez les deux aspects de ces opposés, au lieu de vous attacher à l’un et de résister à l’autre, les deux se dissolvent en vous laissant l’espace vide, qui permet à toute expérience de se dérouler. Cette forme est basée sur la prémisse que tout ce que le mental expérimente, que ce soit réel ou imaginaire, se présente sous la forme de paires opposées. Dans cette perception, fondée sur la dualité,  que l’on retrouve en chamanisme, en PNL et dans la méthode PEAT, il n’y a pas de dehors sans dedans, de bourreau sans victime, de justice sans injustice, de vrai sans faux, de bon sans mauvais ni de plaisir sans douleur. Quand vous cherchez à vous accrochez à quelque chose de bon, cela vous glisse entre les doigts. Que se passe-t-il quand vous résistez à quelque chose que vous n’aimez pas où que vous  essayez d’éviter ? Cela persiste, ou même semble devenir pire. En d’autres termes, nous attirons à nous, ce que nous ne voulons pas. Le lâcher prise holistique est très simple, vous portez alternativement votre attention sur les deux cotés d’une polarité en passant de l’un à l’autre et vice versa. Voici, par exemple, une polarité toute simple en relation avec le bonheur. D’instant en instant, nous nous sentons heureux ou malheureux mais nous avons tendance à remarquer que l’un ou l’autre des deux aspects.

Posez-vous la question suivante : « Est-ce que je peux me permettre de me sentir aussi malheureux que je le suis en ce moment ? »

Et ensuite « Est-ce que je peux me permettre de me sentir aussi heureux que je le suis en ce moment ? »,
« et aussi malheureux que je le suis en ce moment ? »,
« et aussi heureux que je le suis en ce moment ?

En passant continuellement d’un coté à l’autre d’une polarité, et à plusieurs reprises, pendant un certain temps, soyez attentif à ce qui se passe en vous. Le résultat est que les polarités se dissolvent l’une l’autre. Vous percevez ainsi l’unité sous-jacente à la dualité et à la séparation des polarités. Un dernier exemple pour illustrer cette technique de lâcher prise holistique. Imaginons que vous venez de vivre une rupture avec une personne dont vous restez éperdument amoureux, vous en souffrez énormément, vous souffrez de votre sentiment d’amour pour elle, alors qu’elle n’est plus là. Acceptez cette situation, laisser aller cette souffrance émotionnelle et suivez ce processus en vous posant ces questions de polarité opposée : « Est-ce que je peux me permettre de la haïr autant ? », « Est-ce que je peux me permettre de l’aimer autant ? » et passez alternativement à l’une et l’autre expression. Vous prendrez conscience que tout l’amour que vous avez pour cette personne n’avait pas à s’arrêter. Cet amour est le vôtre.

Toujours selon la méthode Sedona, la dernière approche, appelée la cinquième voie, vous propose de rechercher le contact avec votre Être dans l’ici et maintenant, en cela on se rapproche de la première technique du moment présent. Ce que nous pensons que nous sommes n’est pas nous, « Je » et « Moi » ne sont que des pensées, ils ne constituent pas ce que nous sommes. La présence que vous êtes est toujours ici et maintenant et elle l’a toujours été. Cette présence constitue l’arrière plan dans lequel se manifestent nos expériences. Lorsque vous regardez avec un esprit et un cœur ouvert ce qui se vit comme expérience ici et maintenant, deux choses deviennent évidentes. La première, c’est le moi séparé, avec son cortège de souffrances, n’est pas. L’autre, c’est que ce qui est ici, c’est l’Être, la Présence Consciente ou le Vide Connaissant qui permet l’émergence de toute expérience. Dans cette perspective, vous coupez tous vos problèmes à la racine. Si vous entrez dns cette approche, l’esprit et le cœur ouverts, du mieux que vous pouvez non seulement votre souffrance du moment diminuera, mais d’énormes blocs d’attachement, si ce n’est tout votre attachement à la souffrance, pourront alors se dissoudre.

En synthèse, voici les questions de base, à se poser, ce sont les fondements de la méthode Sedona :
Qu’est-ce que je ressens dans le moment présent ?
Est-ce que je peux me permettre de l’accueillir, de la laisser être là ?
Est-ce que je peux la laisser aller
Est-ce que je veux la laisser aller
Quand ?

A dessein, toutes les questions utilisées dans ce processus sont simples. Elles n’ont, en fait, aucune importance en elles-mêmes, elles visent seulement à vous orienter vers le lâcher prise.

Comment faire concrètement ?

Etape 1 – Pensez à une situation qui vous apporte une émotion désagréable, concentrez-vous sur la sensation qu’elle produit dans votre corps, focalisez-vous sur votre ressenti corporel dans le moment présent et demandez-vous : Qu’est-ce que je ressens dans le moment présent ?

Etape 2 – Accueillez cette impression et toutes sensations des cinq sens, image, son, ressenti, goût et odeur. Laissez cette expérience prendre toute sa place, au besoin faite lui de la place, donnez l’espace dont elle a besoin et demandez-vous : Est-ce que je peux me permettre d’accueillir cette émotion ?

Etape 3 – Demandez-vous : Est-ce que je peux laisser aller cette émotion ?
Cette question a pour seul but de savoir si ce qui est demandé est possible. « Oui » et « Non » sont tous deux des réponses acceptables. Vous lâcherez souvent prise même en répondant « Non ». Quelle que soit la réponse que vous avez donnée, passez à l’étape 4.

Etape 4 – Demandez-vous : Est-ce que je veux la laisser aller, Suis-je disposé à lâcher prise ?
Si la réponse est « Oui », passez à l’étape 5. Sinon demandez-vous : Est-ce que je préfèrerais garder cette émotion ou est-ce que je préfèrerais être libre ?
Même si la réponse est encore « Non », passez à l’étape 5.

Etape 5 – Posez-vous une question encore plus simple : Quand ?
C’est une invitation à lâcher prise maintenant. Vous verrez que vous allez lâcher prise facilement, souvenez-vous que lâcher prise est une décision et que, cette décision, vous pouvez la prendre quand vous voulez.

Etape 6 – Répétez autant de fois que nécessaire les cinq étapes précédentes, jusqu’à ce que vous sentiez entièrement libre par rapport à l’émotion dont vous étiez parti au début du processus.

Au début, il est possible que les résultats soient très subtils, toutefois, en persévérant, vous obtiendrez des résultats de plus en plus évidents. Vous pourrez aussi découvrir des couches d’émotions liées à un même thème. Sachez que ce qui sera parti, le sera pour de bon.

Technique personnelle : Ecoutez et parlez à votre émotion,
Il y a une partie de vous-même qui vous parle à travers une émotion, portez votre attention sur la sensation, le ressenti corporel de cette émotion, regardez cette sensation, écoutez là, sentez là, prenez le temps. Etudiez quel aspect elle a, dans votre corps, où elle se situe, quelle est sa forme, son poids, sa couleur, sa chaleur…laissez lui la place, accueillez là et demandez lui ce qu’elle a à vous apprendre. Lorsque son message sera délivré elle n’aura alors plus aucune raison de rester.

Autre technique, plus ésotérique : Couper les liens avec le 8 de l’Infini.
I
nstallez-vous sur une chaise et fermez les yeux. Imaginez que vous dessinez par terre, autour de vous, un cercle avec vos bras. Le rayon du cercle doit être de la longueur de votre bras avec les doigts allongés. Visualisez ce cercle comme un tube de Lumière dorée. Lorsque vous vous sentez bien au centre du cercle de Lumière dorée, visualisez un autre cercle identique en face vous. Les deux cercles se touchent en un point. Appelez la personne ou la situation qui pose problème et regardez-là apparaître dans le cercle en face du vôtre. Quand vous percevez clairement les 2 cercles, visualisez une Lumière Violette qui coule à l’intérieur du tube doré, partant du point où les deux cercles se rejoignent et allant dans le sens d’une aiguille de montre, d’abord autour du cercle de la personne (situation) devant vous, puis revenant au point où les 2 cercles se rencontrent. Regardez la Lumière Violette qui poursuit son chemin autour du côté gauche de votre propre cercle, autour de vous sur votre droite, et revenir de nouveau au point où les 2 cercles se rencontrent, en formant une figure « 8 ». Laissez la Lumière se répandre dans tout votre Etre, cela va permettre de libérer les ressentiments, les peurs, les tristesses… Puis, remerciez et revenez en conscience dans votre Hara 2e Chakra sous le nombril), puis expirez par le nez en laissant descendre votre souffle dans vos jambes puis dans vos racines terrestres. (Exercice à refaire 1 semaine après si vous ressentez que tout ne s’est pas libéré).

Autre Méthode ésotérique : Couper les liens avec un dessin et la localisation des chakras, issue de la méthode « Les petits bonshommes allumettes » de Jacques Martel.
Dessinez symboliquement la situation à gauche et vous-même à droite, entourez la situation d’un rayon de lumière doré (jaune fera l’affaire), en faisant cela, apportez du respect à la situation, acceptez qu’elle ait son existence propre, reconnaissez qu’elle existe, faite le même rayon autour de vous en apportant le même respect et acceptez vous avec compréhension, bienveillance, tolérance et amour. Dessinez ensuite à 7 niveaux (les 7 localisations des chakras) un trait entre les deux figures, respectez les couleurs (Violet, Bleu marine, Bleu Clair, Vert, Jaune, Orange et Rouge. Ensuite, consciencieusement tracez u trait entre les deux figures et couper avec un ciseau le trait, détruisant ainsi les liens qui vous retenaient à cette situation et laisser partir cette situation et retrouvez la paix.

Méthode physique, issue d’une partie du Karaté Astral, méthode chamanique qui provient des chamans celtes, intégrée dans l’alignement Ouro Verde.
Voici la position à adopter : les genoux légèrement fléchis (en fait simplement sans tension, genoux lâchés), l’espace entre les pieds et les jambes est égal à l’écart du bassin à hauteur des hanches. Les hanches sont légèrement rétro versées afin d’aligner le point au sommet de la tête le Bajui avec le centre du corps le périnée.
Imaginez une colonne face à votre gorge, devant vous, porteuse de toutes les choses que vous n’avez su exprimer dans la forme que vous auriez souhaitée ou simplement une situation, un évènement sur lequel vous voulez lâcher prise.
Mettre les mains paumes vers le bas, les pointes des doigts se touchant presque à la hauteur de la gorge. Expirer violemment par le nez en faisant un mouvement de la main comme pour rompre la colonne imaginaire, « un mouvement de karaté » frappant de côté avec le bord extérieur de chaque main, successivement, cela la paume tournée vers le haut.

Nous avons vu, dans ce livre d’autres techniques pour d’autres usages mais qui sont également très efficace pour le lâcher prise, il s’agit de la cohérence cardiaque, de l’intégration par les mouvements oculaires et de l’Emotional Freedom Technique.

Vous voici prêt à lâcher prise, vous avez maintenant un large éventail d’outils efficaces, prenez celui que vous comprenez le mieux, qui vous parle le plus ou plusieurs si vous le souhaitez, vous trouverez aussi sur Internet des sessions de lâcher prise guidé,  Alors vous commencez quand ?

 

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!

Vous étes invités à reproduire cet article en incluant le nom de l'auteur, un lien vers la source original
et la mention :" Article trouvé sur Les Mots Positifs.com".