Comment sortir de sa zone de confort

Citation J’ai sorti de ma zone de confort, j’ai sauté en parachute.

J’ai sorti de ma zone de confort, j’ai sauté en parachute.

Par cet article,  j’aimerais te raconter une  histoire vraie : c’est mon histoire. J’y ai retiré de grandes leçons de vie et je pense que celle-ci pourrait t’éclairer, voire même t’aider. Je me permets donc d’utiliser le « Tu ». Non pas, par manque de respect, mais pour créer un rapprochement en toi, le lecteur et moi.

J’ai appris qu’il est préférable de faire attention au choix de mes mots, car l’inconscient fait ce qu’on lui dit : il exécute des ordres.

La parole crée ma réalité, donc la VIE m’amènera à vivre ce que je dis.

Il y a quelques années de cela, j’ai dit à mes enfants (qui sont maintenant adultes) qu’un jour j’aimerais faire un saut en parachute. Quand j’ai dit cela, je n’y croyais pas vraiment j’ai dit cela très naïvement parce que je peux être très naïve parfois!

Et bien, l’an dernier, pour une occasion bien spéciale, mes enfants m’ont offert en cadeau, un forfait pour faire un saut en parachute en tandem.

Wow, vous auriez dû me voir l’expression du visage (moi qui est transparente comme du verre). Je me suis mise à pleurer, car je me suis sentie très touchée par ce gros cadeau et parce que maintenant j’étais prise à mon propre jeu! Je devais aller faire ce saut, après tout, je l’avais demandé!

Voilà un magnifique et grand défi à relever pour moi qui avait une phobie des hauteurs avant, qui n’était pas très confortable quand je n’avais pas les deux pieds sur terre. Heureusement que je me suis prise en main, je me suis désensibilisée en auto-hypnose, en EFT afin d’avoir moins peur en hauteur. Je suis passée de la peur de monter 6 marches dans un escabeau à monter sur un toit de maison et avoir un stress de 3/10 au lieu de 10/10.

Quelle amélioration, me suis-je dit. Je suis fière de moi.

Ce que j’ai compris à travers la désensibilisation, c’est que derrière une peur, se cache toujours un besoin. Le besoin que j’avais derrière la peur d’aller dans les hauteurs est : me sentir protégée et être en sécurité. Mon besoin de protection m’amène à me sentir en sécurité, donc il m’appartient de me sentir protégée dans des moments où j’ai à être dans les hauteurs.

Lorsque j’ai eu mon magnifique cadeau, je me suis préparée en autohypnose étant donné que je pratique l’hypnose depuis 7 ans et je l’ai utilisée sur moi. J’en ai fait à plusieurs reprises. Je me suis préparée avec ce que je comprenais de faire du parachute, c’est-à-dire les images à la TV où tout semble si facile.

La personne se « jette » en bas de l’avion et tout semble facile!

Tout le temps de la préparation pour le saut, de septembre 2015 à juillet dernier, je ne me sentais pas nerveuse. Je me sentais très excitée comme un enfant devant une nouveauté. Je n’avais aucune peur, je voulais vivre cette expérience de façon éveillée!

Un jour est venu où ce fût le temps de faire le saut. Ma fille aînée Sabrina a voulue se joindre à moi pour ce moment. Donc je me présente à l’aéroport de St-Jean Chrysostome où on me fait signer un formulaire qui donne la chaire de poule. Il y est inscrit qu’on peut se fracturer tel ou tel membre, qu’on peut avoir une blessure à la colonne vertébrale qu’on peut mourir de ce sport extrême! OUF! Pour une fraction de seconde, mon imagination s’est fait aller dans le négatif en me faisant des scénarios noirs et catastrophiques. Je me suis vite reprise et j’avais juste le besoin de verbaliser à la préposée que ce formulaire ne nous donne pas le goût de sauter.

Ensuite, j’ai eu une petite formation pour me montrer quoi faire et quoi ne pas faire avec mon instructeur qui serait accroché à moi.

Sabrina et moi, nous nous sommes habillés avec un vêtement et un équipement pour faire le saut.

Pendant tout ce temps, tout allait bien pour moi, que de l’excitation, peu de stress, aucune anxiété.

Nous sommes montées dans un petit avion de 19 places, jaune avec plein de bonhommes sourires. Je me suis installée avec mon instructeur et les autres sauteurs, sauteuses.

Nous avons monté dans les airs.

Avec nous, il y avait 3 jeunes filles qui devaient faire un saut en solo. Donc, rendues à 5000 pieds de hauteur, elles se sont lancées une après l’autre dans le vide.

Je les aie vus partir et être comme «attirées» vers la gauche. OUF! C’est là que j’ai commencé à avoir un inconfort. Mes jambes sont devenues molles, je me sentais comme si j’allais perdre conscience. Un autre défi pour moi : ne pas perdre conscience, car jadis lorsque je vivais de grosses émotions, je perdais conscience.

Alors je me suis parlée, je me suis recentrée pour que rendu à mon tour, je puisse vivre ce grand moment de dépassement en étant toute là!

Rendu à mon tour, je suis la deuxième à sauter, je devais déposer ma tête sur l’épaule de mon instructeur pour ne pas lui nuire quand il sauterait. Nous sommes sur le bord de la porte de l’avion à 13,500 pieds d’altitude, je vois les nuages à côté de moi, il fait beau soleil et j’entends mon instructeur compter 1-2-3 et hop il saute. Oh là là, juste à l’écrire mon cœur va plus vite présentement…

Wow! Quelle sensation, c’est indescriptible et tout va si vite. Je me suis retrouvée sur le dos et ensuite j’ai l’impression qu’on a fait un tour sur nous-mêmes avant de revenir face vers le sol. Et là, on descend en chute libre à 200 km heure pendant une minute. Je me souviens de m’être dit : « youpi » je n’ai pas perdu conscience! En plus je me suis dit : « wow, je respire ». Une autre insécurité que j’avais était de me sentir étouffée par la force de l’air, mais non, je respirais très bien.

Et tout va vite à 200 km heure, nous sommes arrivés à 6000 pieds d’altitude et, Alexis, mon instructeur a ouvert le parachute. Et oups, vers le haut et vers le bas, un bon petit coup haut-bas ça brasse la madame!

Et là, le parachute ouvert, Alexis pouvait me parler et je l’entendais. Il m’a fait placer mes sangles aux cuisses afin de faire un genre de siège pour que je sois plus confortable pour le reste du voyage. A ce moment j’ai vu les beaux paysages qui nous entouraient, je ressentais une grâce d’être là à savourer ce moment « magique » pour  moi qui était en train de délaisser plein de limitations inconscientes. Je me souviens d’avoir dit : «  Merci la vie, Wow c’est dont bien beau!» À un moment nous avons fait un virage qui m’a fait sortir un petit cri, mais sinon tout a été en douceur. Alexis a été gentil avec moi, doux, rassurant, il ne m’a mis aucune pression de performance en me disant : « Carole, même si tu ne fais pas ce que je te dis, tout ira bien. Moi, je veux que tu aies du plaisir ». Wow c’est tellement génial de ne pas avoir à performer, juste ÊTRE et savourer!

Nous avons atterri tout en douceur sur les fesses!

Et là je me suis laissée tomber sur lui et j’ai dit tel un enfant : « wow je suis dont ben cool, je l’ai fait, j’ai réussi »! J’ai senti un sentiment de satisfaction, de confiance en soi extraordinaire. Je me suis levée et j’ai été rejoindre ma grande fille Sabrina pour voir comment elle était. Toute souriante fière comme moi d’avoir été au-delà de ses peurs.

Nous avions notre « fan-club » qui était là et nous avons été applaudies par eux.

Quelle belle et grande expérience de dépassement de soi, de sortie de zones de confort!

J’en ressors tellement plus grande, avec un sentiment d’être encore plus forte qu’avant, et libérée de…. Dieu seul le sait!

Voici les leçons que j’en retire :

  • Être davantage consciente de ce qui sort de ma bouche, car cela devient dans plusieurs cas bien réel.
  • Être capable de faire confiance en s’abandonnant totalement, me rends plus forte, plus grande.
  • Allez au-delà des peurs, des insécurités, des zones connues sont élevantes et enivrantes.
  • En moi il y a plein de trésors qui ne demandent qu’à émerger.

Et toi, c’est quand que tu vas faire le saut pour t’envoyer en l’air et découvrir tous les beaux trésors qui sommeillent au fond de toi! (Sourire)

Carole Dionne guide les gens vers un mieux-être psychologique, physiologique et spirituel afin d’être bien dans la tête, dans le corps et dans le cœur. Elle est également auteure des livres : « Au-delà du visible, il y a l’invisible .Un voyage au cœur de soi » ainsi que « Et si j’étais assez ».

S’éveiller pour s’élever.

Carole Dionne
Conférencière, guide en déblocage émotionnel, auteure, formatrice
www.caroledionne.com

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!

annuaire

Membres à découvrir

Fait comme 2453 personnes en rejoignant une communauté en pleine croissance de professionnels du mieux-être humain et de créateurs de contenus inspirants.
En savoir plus ici

Nous recommandons

Plus de recommandations

Top articles

Vous aimerez aussi

Ne manquez rien !

Recevez chaque semaine les dernières publications de nos membres ainsi que des invitations exclusives à nos événements en ligne.

Supportez-nous

Supportez-nous en vous abonnant à nos différents médias sociaux. Merci !