30 citations de Pierre Rabhi

Citation 30 citations de Pierre Rabhi pour une agriculture plus responsable

30 citations de Pierre Rabhi pour une agriculture plus responsable

L’écrivain philosophe et militant écologiste Pierre Rabhi, né le premier janvier 1938 et décédé le 4 décembre dernier à l’âge de 83 ans, était un ardent défenseur d’une société plus respectueuse de l’environnement. Dans les années 1950, il est quitte la compétition de son travail d’ouvrier dans une usine parisienne pour devenir ouvrier agricole.

Confronté au développement de l’agriculture intensive et à la logique productiviste des engrais chimiques et pesticides. Il décide alors de s’installer dans une ferme en Ardèche pour se tourner vers la culture douce de la terre.  Fort des bons résultats obtenus, il transmet depuis 1981 son savoir-faire en Europe et dans les pays arides d’Afrique.

Son objectif est de sensibiliser et de former les populations pour atteindre l’autonomie et la sécurité alimentaires. Il participe à l’élaboration de la Convention des Nations Unies pour la lutte contre la désertification.

Auteur de nombreux livres de sensibilisation écologique

Pierre Rabhi poursuit sans relâche son combat pour une terre nourricière comme auteur. Il nous laisse en héritage de nombreux ouvrages comme :

  • Manifeste pour la Terre et l’humanisme : pour une insurrection des consciences
  • La convergence des consciences
  • Le manuel des jardins agroécologiques: Soigner la terre, mieux nourrir les hommes
  • L’enfant du désert
  • L’eau que nous sommes : un élément vital en péril
  • Pour en finir avec la faim dans le monde
  • Frères d’âme
  • Créer sa micro-ferme : permaculture et agroécologie
  • La Part du Colibri
  • Vers la sobriété heureuse
  • L’humain au risque de l’intelligence artificielle
  • La puissance de la modération

25 citations du philosophe écologique Pierre Rabhi

Pour rendre hommage à ce « Gandhi du terroir », voici une liste des 30 meilleurs citations de Pierre Rabhi :

  1. Il est urgent de placer l’humain et la nature au cœur de nos préoccupations, et l’économie à leur service. S’obstiner à maintenir le profit illimité et la croissance indéfinie comme fondement de l’ordre mondial est totalement suicidaire.
  2. Un jour, il nous faudra bien répondre à notre véritable vocation, qui n’est pas de produire et de consommer sans fin, mais d’aimer, d’admirer et de prendre soin de la vie sous toutes ses formes.
  3. Ce n’est pas dans la matière que l’on va trouver la joie, même si la matière nous est indispensable. Nous sommes faits pour vivre dans la beauté, que ce soit la beauté de la nature ou celles des créations de l’homme.
  4. Le superflu n’a pas de limite. Il est la cause principale de l’hyperconsommation qui ruine notre planète et empêche que les besoins élémentaires de l’humanité soient équitablement satisfaits.
  5. Je ne peux pas participer à ce modèle de société qui a donné à l’argent plus d’importance qu’à la vie. Je suis ici-bas pour vivre, je ne suis pas ici pour augmenter le Produit National Brut.
  6. Nous ne vivons pas, nous sommes conditionnés, endoctrinés, manipulés, pour n’être que des serviteurs d’un système.
  7. On voit s’ériger des générations d’enfants qui faute d’un éveil à la vie sont réduits à n’être que des consommateurs insatiables, blasés et tristes.
  8. Qu’est-ce que la mondialisation compétitive et guerrière si ce n’est l’expression du délitement des consciences ?  Cependant, la pire des mondialisations est selon moi celle qui clone les esprits, les standardise et instaure une monoculture terriblement préjudiciable à l’évolution et à la pérennité.
  9. Il faut éduquer les enfants sans la compétitivité qui les angoisse mais sur la solidarité qui les renforce, les apaise, les reconnecte concrètement à la nature, de telle sorte qu’ils puissent s’ouvrir à sa beauté infinie, à sa générosité, à son mystère.
  10. Nous passons notre temps à oublier, oublier que nous vivons sur planète limitée à laquelle nous appliquons un principe illimité, ce qui accélère le processus d’épuisement des ressources et d’accroissement des inégalités structurelles, source de mécontentements, de frustrations et de conflits.
  11. Je crois que l’univers est indivisible, qu’il est construit comme une immense symphonie dans laquelle j’ai le sentiment parfois que le genre humain, avec sa frénésie et sa violence, représente une douteuse dissonance.
  12. Nous sommes passés d’une humanité primitive qui considérait qu’elle appartenait à la vie, à une humanité dite « évolué » qui considère que la vie lui appartient. Nous nous sommes érigés comme les propriétaires de la création. C’est la raison pour laquelle nous n’avons plus aucun respect pour rien.
  13. Le féminin sera le dernier recours pour une profonde mutation de notre société.
  14. Notre obsession du temps qui passe, qui est gagné ou perdu, nous fait oublier que c’est nous qui passons.
  15. Les moyens de transport rapide et de communication ont fait de notre merveilleuse terre un village, mais nous demeurons étrangers les uns aux autres, fragmentés par nos frontières, nos religions, nos races, nos idéologies, nos cultures.
  16. Faire de l’argent un moyen et non une fin, mettre au centre de nos préoccupations l’humain et la nature, et l’argent à leur service, est la seule alternative possible dans le débordement et l’incohérence où nous sommes.
  17. La nature est par définition le complexe vivant dans lequel l’être humain doit enfin trouver sa juste place s’il ne veut être éradiqué par ses propres erreurs.
  18. Une société où tout ce qui n’a pas un prix, un tarif, n’a pas de valeur et où l’indispensable – comme la nourriture – est banalisé donne à l’argent un pouvoir totalitaire sur cette société.
  19. Notre modèle de développement ressemble bien plus à une fuite éperdue vers le néant qu’à la réalisation d’un humanisme que nous ne pouvons différer sans risque majeur.
  20. Il est grand temps de reconnaître à la Nature le magistère absolu d’être la garante de toute vie et de notre survie. Oublier ce caractère irrévocable condamne nos efforts à n’avoir aucun lendemain…
  21. Notre déférence et dévotion quasi religieuse à l’égard de la science nous a fait oublier qu’elle est aussi faillible que les humains, dont elle est une des disciplines fondamentales. Cette attitude confère à la science une prérogative considérable sur le destin collectif, qu’aucune règle transcendante ne justifie.
  22. La croissance économique indéfinie fait de la consommation et du toujours plus un acte civique. Cependant, le même système qui produit des marchandises à vendre fabrique par l’exclusion et le chômage des citoyens de moins en moins capables de les acheter, aberration qui, à terme, le condamne…
  23. L’eau est ruisseau, rivière et fleuve, coléreuse ou tendre , vivifiante ou mortelle, elle hante nos esprits de son impérieuse présence. Elle nous fait enfants de la terre, du soleil et de l’air. Elle nous fait enfants du cosmos, des forces telluriques et des brumes épaisses, enfants des océans et de leur houle puissante. L’eau est nous-même et nous sommes l’eau même.
  24. Avec l’ère de la technoscience, de la productivité et de la marchandisation sans limite, l’on ne voit plus dans la terre et les végétaux qu’une source de profit financier. Ce pillage du bien commun de l’humanité est représentatif d’une civilisation qui a donné à la matière, au lucre et à l’avidité humaine les pleins pouvoirs sur le Vivant et les vivants que nous sommes.
  25. L’éducation est l’un des grands enjeux pour l’avenir. Peu soucieux déjà de la nécessité absolue de laisser aux générations futures une planète viable, nous ne faisons pas grand chose pour en faire les acteurs de leur propre sauvegarde, aveuglés par les idéologies sans âme, infantiles et violentes. L’éducation se réduit trop à les conformer à ces idéologies, sans même tenir compte de l’évolution de l’histoire. En somme éduquer ne serait-ce pas avant tout rétablir la concordance entre le destin de la planète et celui des humain ?
  26. Ce qui détruit la planète, c’est le superflu qui n’a pas de limite.
  27. C’est dans les utopies d’aujourd’hui que sont les solutions de demain.
  28. Pour que les arbres et les plantes s’épanouissent, pour que les animaux qui s’en nourrissent prospèrent, pour que les hommes vivent, il faut que la terre soit honorée.
  29. Bien au-delà des plaisirs superficiels toujours inassouvis, la sobriété permet de retrouver la vibration de l’enchantement, le sentiment de ces êtres premiers pour qui la création, les créatures et la terre étaient avant tout sacrées.
  30. Il faut se mettre dans une attitude de réceptivité, recevoir les dons et les beautés de la vie avec humilité, gratitude et jubilation.

Plus de citations inspirantes de personnages célèbres :

par Simplement Francis

Je suis le fondateur de ce site, une communauté multi collaborateurs ayant une portée rejoignant sur les médias sociaux des millions de personnes chaque mois....

Visiter le site web
Écrire à Simplement Francis
Suivez Francis M. 💙 sur les médias sociaux

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!

Dernières publications de Francis M. 💙

Comment savoir si l'on est amoureusement compatible ?
par Simplement Francis

20 signes de compatibilité amoureuse qui prouvent que vous êtes avec la bonne personne

Sommes-nous compatibles ? Cette question est fascinante. Qui n’est pas captivé par l’idée de trouver son âme sœur et ...
Les empathes absorbent l'énergie des autres
par Simplement Francis

La différence entre l’empathie et être empathe

Peut-on en conclure qu’avoir de l’empathie signifie automatiquement que vous êtes un empathe ? L’empathie signifie être à l’écoute ...
Différence entre estimer et aimer
par Simplement Francis

Il y a une différence entre celui qui vous aime et celui qui vous estime

Il y a une différence entre aimer quelqu’un et l’estimer. Mais quelle est cette différence ? J’aime mon ordinateur, ...
5 conseils pour déménager à l'étranger
par Simplement Francis

5 conseils pour reconstruire sa vie dans un autre pays

Il y a quelques mois, j’ai décidé de faire le grand saut, celui de quitter le Canada, le ...
La positivité toxique, c’est quoi?
par Simplement Francis

Positivité toxique : Le côté obscur de la pensée positive

Nous savons tous qu’avoir une vision positive de la vie est bon pour notre bien-être mental. Le problème ...
Toutes les publications de Francis M. 💙

Top articles du mois

Guérir la blessure de rejet
par Maryse Ligdamis

Soigner sa blessure de rejet pour mieux vivre sa vie !

Quand s’ouvrir aux autres est souvent  un parcours difficile ! Quand on souffre de la blessure de rejet, toute notre ...
L'amitié chez les personnes hypersensibles
par Claire Stride - Hypersensibilité, neurosciences et neurodiversité

Les 7 secrets de l’épanouissement amical quand on est hypersensible

En tant qu’hypersensible, on parle souvent des relations amoureuses, et on se concentre beaucoup dessus. Pourtant, très vite, ...

SuiteAvis de non-responsabilité : Les propos et les conseils de cette publication, incluant les produits et services offerts, sont le point de vue de son auteur(e), de ses croyances, de son expérience de vie et/ou professionnel. Les Mots Positifs.com est un magazine collaboratif d'inspirations ouvert à tous, donc, nous nous dégageons totalement de toutes responsabilités du résultat de son application. Pour toutes problématiques de santé physique et/ou psychologique, il est conseillé de choisir avec discernement et de consulter un spécialiste (médecin, psychologue, services sociaux, etc.) afin d’arriver à mettre l’information dans le contexte de votre réalité.

Ajouter un commentaire

Ne manquez rien !

Recevez chaque semaine les dernières publications de nos membres ainsi que des invitations exclusives à nos événements en ligne.

Formation recommandée

Plus de recommandations

Membres à découvrir

Fait comme 2690 personnes en rejoignant une communauté en pleine croissance de professionnels du mieux-être humain et de créateurs de contenus inspirants.
En savoir plus ici