psychology-1959758_960_720

Comment gérer son intelligence émotionnelle

par Agnieszka Rouyer

« Le succès dans la vie ne dépend pas uniquement de l’intellect, mais de la capacité à gérer ses émotions » – voilà ce qui écrit Daniel Goleman, psychologue américain, dans son livre „Intelligence Emotionnelle”, connu dans le monde entier. Cette citation est exceptionnellement vraie et je souhaite partager avec toi ma compréhension de ce schéma à la mode.

Dans cet article, je vais exposer trois des plus grands piliers – selon moi – de l’intelligence émotionnelle. La maîtrise de ces 3 aspects peut nous donner la sagesse émotionnelle. Et il s’agit de clés utiles aussi bien dans l’établissement de relations avec d’autres personnes, que dans la façon dont nous dirigeons notre vie, consciemment, vers la réalisation de nos objectifs.

Suite à ma participation à diverses formations sur le thème de l’intelligence émotionnelle, j’ai pu comprendre l’importance des émotions dans notre vie. Après tout, elles font partie intégrante de notre vie, sans elles nous ne serions pas en mesure de fonctionner.

Même si nous n’en sommes pas conscients, la plupart du temps, nous sommes dans un certain état émotionnel. En ce moment-même, il est fort probable que tu es dans un état de curiosité de ce que tu vas lire.

Tu connais peut-être cette division du cerveau, cultivée partout, et si populaire, en cerveau logique et cerveau émotionnel ? Eh bien, en fait, il n’existe pas vraiment de séparation, la pensée « pure et rationnelle » est une illusion. Il y a longtemps déjà, il a été scientifiquement prouvé qu’un être humain, sans émotions, n’est pas en mesure de diriger sa vie.

Il est incapable de prendre les décisions les plus simples, comme par exemple de choisir entre un pain au chocolat ou un croissant pour le petit déjeuner !

A l’école, on ne nous a pas enseigné de quelle façon reconnaitre et maîtriser nos émotions. C’est d’ailleurs pour cela qu’un grand nombre de personnes est complètement dans l’extremum contradictoire. Leur émotivité est si grande que toute leur vie est subordonnée aux émotions qui la dominent.

L’incapacité de faire face au chagrin ou à la colère, à la peur ou tout autre sentiment désagréable, non seulement ne leur permet pas de réussir dans la vie, mais surtout soustrait la joie de vivre de leur quotidien.

C’est pour cela qu’il est essentiel de s’intéresser à cette intelligence émotionnelle. Dans le passé, je n’arrivais pas moi-même à « me débrouiller » avec les émotions fortes qui surgissaient de temps en temps. Toutefois, en travaillent sur moi, j’ai réussi à changer les rôles –maintenant, c’est moi qui choisis mes émotions, et donc mon état d’être, et non inverse.

Sache une chose – tu peux absolument maîtriser et gérer tes émotions – modérer celles qui sont désagréables quand cela est nécessaire, ou renforcer celles qui sont positives quand tu le souhaites. À chaque instant de notre vie, nous pouvons choisir notre état d’être. Cela nous amènera vers la vie consciente, dans laquelle le fait de lancer de nouveaux défis sera accompagné de plaisir plutôt que de peur et de stress.

Le modèle décrit ici – « comment gérer son intelligence émotionnelle » – est basé sur ce que tu peux trouver dans le livre de Daniel Goleman, ainsi que sur mon expérience de travail avec les émotions.

Bien sûr, tout cela se réfère aux émotions indésirables, autant que celles que l’on aime. En plus de la capacité de contrôler les émotions désagréables, nous pouvons apprendre à susciter des états forts en émotions comme la motivation, la joie ou la confiance.

1- Etre conscient des émotions que nous ressentons

C’est le motif absolu pour pouvoir travailler sur nos émotions. La plupart des gens ne réalise même pas qu’ils vivent des émotions, qu’elles apparaissent dans leurs corps. Certains d’entre eux, ceux qui sont conscients d’éprouver des émotions, s’en rendent compte un certain temps après…

Pourtant, nous vivons parfois des situations dans lesquelles nous pouvons constater : « Oh ! Je sens la colère monter en moi ! » ; sur-le-champ, juste au moment de l’apparition de l’émotion. Plus tôt nous serons en mesure de reconnaitre l’apparition de l’émotion, plus vite nous aurons davantage de maîtrise sur elle.

Le seul fait de prendre conscience de l’existence de l’émotion dans notre corps permet, à un certain niveau, de se dissocier de celle-ci. Selon le maître spirituel Osho*, en étant conscient de nos émotions, nous commençons le processus de leur dissolution.

Tu peux donc t’exercer à observer consciemment ton corps pour prendre conscience des toutes les émotions qui y apparaissent.

2- Reconnaitre ses émotions

Le plus important des trois piliers de l’intelligence émotionnelle. La reconnaissance de nos propres émotions consiste à obtenir des réponses aux quatre questions suivantes :

1. D’où vient-t-elle ? C’est-à-dire, qu’est-ce qui se passe dans ta tête juste avant l’apparition de l’émotion ? Quelle pensée a provoqué cette sensation ? Quand tu prendras conscience de tes émotions, je t’invite à réfléchir alors à ce qui était à l’origine de son apparition. Quelle est sa nature ? Quelle croyance ou quelle pensée est apparu juste avant ce ressenti d’émotion ? Et si tu ne te rappelles d’aucune pensée, pose-toi alors simplement la question : « pourquoi est-ce que je me sens ainsi ? »

Quand tu saisis la cause (l’origine de l’émotion), tu obtiens une information très importante.Maintenant, tu sais quel type de pensées nourrit en toi tel état émotionnel et pas un autre.

2. Où et quand naît-elle ? Chaque émotion a sa place dans ton corps. Ce qui est intéressant c’est que chacun ressent des émotions similaires, mais de façons différentes. L’un d’entre nous, ressentira le stress comme une boule dans la gorge, un autre comme un poids dans l’estomac, un troisième aura les jambes en coton… Quand l’émotion apparait, je t’invite à fermer les yeux et à rechercher dans ton corps où se manifeste cette émotion. Est-ce la gorge ? La tête ? Le ventre ou peut-être l’estomac ? Découvre de quelle façon elle se manifeste dans ton corps – est-ce une « éruption » soudaine ou une douce naissance ?

3. Quel est son processus et son intensité ? En gardant toujours les yeux fermés, analyse de quelle façon l’émotion concernée se développe dans ton corps. Dans quelle direction se dirige-t-elle ? Comment fait-elle ça ? S’agit-t-il d’une émotion forte ou plutôt faible ? Pour faciliter le processus d’analyse, tu peux dans ton imagination déterminer sa forme, sa taille, sa couleur, sa température, son poids ou bien d’autres paramètres. Grâce à cette analyse, tu connaîtras avec précision la structure de tes émotions et tu sauras mieux comment elles vivent dans ton corps.

4. Quand et comment finit-t-elle ? Quelle est sa durée ? Pense à quel moment l’émotion disparaît. Quelle est la raison de sa dissipation ? Est-ce que c’est parce qu’il s’est écoulé beaucoup de temps ? Ou bien c’est parce que c’est le résultat d’une pensée ? De quelle façon a-t-elle disparu – est-elle revenue à sa forme d’origine, ou s’est-elle évaporée d’un coup ? Combien de temps a-t-elle été présente dans ton corps – 3 ou 30 minutes, ou bien peut-être plusieurs heures ?

Lorsque tu auras collecté toutes les réponses aux questions ci-dessus, tu auras un ensemble inestimable d’informations sur une émotion particulière. C’est un grand pas en avant. Sans doute, n’avais-tu jamais eu autant de connaissances sur tes émotions qu’aujourd’hui. Grâce à ce processus, tu acquiers déjà des capacités à les contrôler et à les maîtriser.

Quand j’ai commencé à pratiquer une telle approche, j’ai été surprise par l’exactitude et précision d’une telle introspection dans ses émotions. Auparavant, je n’ai jamais été consciente du fait que, par exemple, une sensation de joie vécue par hasard, prenait naissance dans mon corps au centre de mon estomac et puis se propageait vers le haut.

Je t’invite à te poser les questions décrites plus haut pour chacune des émotions que tu ressens, et non seulement celles que l’on appelle vulgairement destructrices. Après un certain temps de pratique et d’expérience, la réflexion consciente ne nous sera plus nécessaire. Tout naturellement, tu connaitras toute émotion qui apparaitra dans ton corps et tout de suite, tu sauras tout à son sujet.

C’est ce que j’appelle l’intelligence émotionnelle, qui deviendra une source de nombreux changements positifs dans ton monde émotionnel.

 3- Maîtriser ses émotions

La maîtrise du deuxième point te donnera la faculté du contrôle de tes émotions. Le point 3 a pour but d’apporter la maîtrise d’un niveau plus élevé. Cependant, il est nécessaire d’acquérir une pratique plus tenace que j’ose appeler l’endurance. Il s’agit de s’exercer régulièrement. Après un certain temps d’entraînement il y aura des résultats visibles sous la forme d’une maîtrise totale des émotions.

Il existe beaucoup d’outils qui sont très efficaces à cet effet.

La meilleure façon de maîtriser ses émotions est la faculté de contrôler ou d’observer ses pensées. Une des méthodes facile à appliquer consiste à écrire sur une feuille de papier tout ce que nous pensons de négatif durant la journée. Et puis, sur une autre, d’écrire tout ce qui est positif, et tout ce que nous pensons de bien : de nous, des autres. Tu peux ensuite mettre un pourcentage sur chaque feuille. De quel côté le pourcentage est-il le plus important ? Il s’agit de s’entraîner à se poser des questions sur ce à quoi nous pensons en journée, du lever au coucher… Où vont nos pensées ?

Une autre façon de maîtriser les pensées est la méditation. Elle aide à observer la pensée, qui est parfois chaotique. Les différentes sortes d’exercices de relaxation sont également utiles, ainsi que l’ancrage de la PNL.

Je recommande également The Work de Katie Byron comme moyen de changer toutes les pensées qui provoquent des émotions indésirables.

Utiliser régulièrement les outils décrits ci-dessus te permettra de maîtriser complètement tes émotions. Cela nécessite un certain investissement, surtout au départ, mais les effets sont incroyables.

C’est la base de l’intelligence émotionnelle. Bien sûr, il y existe beaucoup plus d’informations dans ce domaine. Par exemple, l’apparition de forts états émotionnels en soi et chez les autres, la capacité à une profonde empathie, etc…

Mais je t’invite à te concentrer d’abord sur les deux premiers points de l’intelligence émotionnelle.Leur maîtrise te permettra d’obtenir des résultats remarquables dans pratiquement tous les domaines de ta vie. Lorsque ce sera fait, tu pourras passer au point 3 et mettre tes compétences à un niveau plus haut.

Une aventure extraordinaire t’attend avec tes émotions 🙂

Retrouvez les chroniques de Agnieszka Rouyer sur la Presse Galactique

Source : http://lapressegalactique.com/2014/11/13/intelligence-emotionnelle/

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!