Citation Comment protéger son enfant contre un parent manipulateur

Comment protéger son enfant contre un parent manipulateur

Lorsque l’on prend conscience du comportement manipulateur de notre partenaire de vie, c’est avec beaucoup de difficultés que l’on parvient à s’extirper de la relation toxique. Bien souvent, on en ressort meurtri, vulnérable et aigri.

Or, lorsque des enfants sont en jeu et continuent de côtoyer le parent manipulateur, notre libération s’en trouve affectée. Pourquoi? Tout simplement parce que l’autre va chercher à nous atteindre à travers la progéniture. Les stratégies de dénigrement, de contrôle, de mise à l’écart, de critique reviennent comme une ritournelle. Il devient alors difficile de ne pas tomber dans le piège que nous tend le parent manipulateur : faire ressortir notre côté sombre.

Soyez plus sage que l’autre

Le parent manipulateur va chercher à vous faire mal paraître auprès de votre enfant. Il va vous faire tourner en bourrique, vous faire perdre patience et tenter de vous envahir émotionnellement. Son objectif : faire resurgir une émotion négative. En gros, il veut que vous pétiez les plombs, que vous vous mettiez en colère ou que vous deveniez très anxieux et dépressif. Bref, il veut générer chez vous un tel stress que vos nerfs ne tiendront pas le coup. Il pourra alors dire à vos enfants à quel point vous êtes un parent incompétent, hystérique, indigne de confiance, incapable de gérer ses émotions. Soyez plus sage que l’autre : utilisez tous les outils que vous possédez pour bien gérer votre humeur, votre frustration, votre colère, votre peur. C’est le temps de vous défouler dans le sport, de faire du yoga, de planifier des randonnées pédestres. Votre esprit a besoin de protection. C’est vital. Sinon, ce n’est qu’une question de temps avant qu’une crise n’éclate et l’autre l’utilisera contre vous.

Soyez plus mature que l’autre

Le parent manipulateur donne un très mauvais exemple aux enfants. Or, les enfants ayant, par définition, moins d’expérience, ils ne savent pas que le comportement dénigrant et le chantage affectif ne sont pas appropriés ni dans la société, ni dans la famille. Ils risquent donc de répéter ce pattern malsain ce qui vous fera réagir fortement. Ils ne comprendront pas pourquoi le parent a le droit d’utiliser des propos vexatoires et pas eux. Par ailleurs, ils vont aussi être très affectés par la campagne de salissage que l’autre parent va mettre en branle contre vous. De grâce, ne tombez pas dans le panneau de répliquer ni de faire comme si de rien n’était. C’est le temps d’ouvrir un dialogue avec l’enfant, non pas pour rabaisser l’autre parent (car alors vous ne vaudriez pas mieux que celui-ci), mais bien pour parler des façons plus adaptées de communiquer ses besoins, ses perceptions, ses émotions. Ça demande de la maturité et de la force d’agir ainsi.

Soyez plus persévérant que l’autre

Les parents manipulateurs cherchent les occasions pour piquer l’autre parent et les enfants. Ils ne s’en lassent jamais. Ils n’abandonnent jamais. Ce n’est vraiment pas le moment de baisser la garde. Jamais. À aucun moment. Comme vous ne pouvez couper totalement les ponts tant et aussi longtemps que vous avez une garde partagée des enfants (après il vous sera possible de réduire encore plus les contacts), il vous faut être vigilant. Arrêtez de croire que le parent manipulateur va finir par comprendre et changer. Il n’en sera jamais ainsi. Cessez de croire aux licornes et revenez dans le vrai monde. Et dans le vrai monde, le manipulateur ne change pas : il vous transforme pour que vous restiez à sa merci. Cela veut donc dire qu’il vous faut absolument prendre soin de vous. Personne d’autre ne le fera et personne d’autre ne doit le faire. C’est à vous à le faire. C’est votre apprentissage de vie. Chaque jour, recentrez-vous sur vos objectifs de vie, votre bien-être et devenez une meilleure version de vous-même.

Conclusion

Le parent manipulateur est toxique. Aussi, il importe d’apprendre aux enfants à contre-manipuler : à répondre correctement sans se nuire tout en établissant ses limites. L’idée est qu’ils apprennent à se protéger. Ce n’est donc pas la méfiance qu’il faut leur apprendre, mais bien la saine communication. Ils n’en deviendront que plus solide.


Annabelle Boyer, CRHA, M.SC Administration, génagogue et auteure
Analyste du langage corporel et experte en comportement manipulateur 

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!