fe598600212cd9c7f5177b32e1bc5961

ÊTRE et AVOIR

Difficile de ne pas être tenté, d’avoir, dans cette société dans laquelle nous évoluons. Mais au fond, est ce qu’avoir nous rend vraiment plus heureux qu’être?

Comme beaucoup j’ai été, à une période de ma vie, très occupée à accumuler des biens, des choses, des objets, persuadée que le bonheur passait par là. Une voiture, une maison, des vêtements, des bijoux, des objets, bref, une femme bien ancrée dans sa société.

Mais de toute évidence, ça ne faisait pas mon bonheur et ça n’y contribuait pas davantage. J’ai donc commencé à m’intéresser à l’être. Etre soi, être dans le moment, être lucide sur mes propres besoins et rien de tout ceci ne passait par l’avoir. Si tu lis mes billets, tu sais que c’est à ce moment que je suis  sortie de ma zone qui n’était pas si confortable que j’essayais de m’en convaincre.

Ce changement de vie m’a permis de découvrir combien il est plus important de se satisfaire de ce que l’on est et de ce que l’on a, plutôt que de s’acharner à vouloir toujours plus. J’ai un toit au dessus de la tête, un job, de quoi nourrir ma tribu, des enfants en bonne santé, des amis aimants. J’ai tout ce qu’il me faut.

Cette valeur est néanmoins difficile à inculquer à mes enfants, enfin surtout les ados, qui sont attirés par ce qui brille, influencés par la télé, sans compter qu’ils sont aussi entourés d’amis et qu’à cette période de « l’enfance » ont sait combien il est important de pouvoir s’identifier à un groupe et ça passe aussi par le téléphone dernier cri, les fringues, la dernière console…

Mais je ne baisse pas les bras et je sais que je parviendrai à leur faire trouver le juste équilibre. Je n’ai pas de problème avec l’argent en tant que tel, c’est lui qui dirige le monde dans lequel nous évoluons, mais je ne veux pas qu’il prenne toute la place et qu’il leur fasse oublié qui ils sont, au fond d’eux même. Je ne veux pas qu’ils regardent la vie à travers la possession.

C’est amusant, parce qu’en pensant à ce billet que j’allais écrire, il m’est revenu en mémoire combien, pendant des années, j’ai rêvé de porter à mon doigt une bague que le prix exorbitant ne me permet pas de m’offrir. Aujourd’hui je souris en me disant que cette bague n’aurait rien changé à ma vie, elle n’aurait été qu’un plaisir éphémère, superficiel. Si demain, j’avais suffisamment d’argent, il ne me viendrait même plus à l’esprit de me l’acheter, elle ne m’apporterait tellement rien!

Ça va peut être te paraître surprenant mais moi mon souhait ce n’est pas d’avoir, c’est d’être, de devenir.  Par le biais de rencontre, d’échange d’idées plutôt que de converser sur  la dernière tendance. Mon ambition c’est de continuer à découvrir la vie au travers des autres, des expériences que je serai amenée à faire encore. Mon plaisir c’est la chaleur du soleil sur ma peau, regarder le ciel, écouter le bruit du vent, voir tomber la pluie, observer un oiseau voler, sentir l’odeur de la forêt, entendre mes enfants rire, sourire aux passants dans la rue, partager un moment avec mes amis.

Le bonheur, ça ne s’achète pas, c’est dans les choses les plus simples qu’on le touche du doigt. Si seulement on parvenait à s’ouvrir un peu plus à ce qui est, plutôt qu’a se focaliser sur ce que l’on a pas, je crois la Vie serait plus douce, plus vraie, plus reposante aussi.

« Il y a des gens qui sont tellement pauvres que tout ce qu’ils possèdent c’est de l’argent » et je ne les envie pas. Pour moi, la vraie richesse, elle vient du coeur, elle est dans chaque instant que t’offre la Vie, elle est dans ce regard que tu poses sur quelque chose qui n’a pas de prix.

Etre c’est un cadeau de valeur que l’on s’offre à soi même et ça passe bien souvent par ne garder que le nécessaire, se débarrasser du superflu qui encombre pour revenir à l’essentiel, soi.

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!

Publié par Sandy GARBIN

Billet d'humeur au fil du temps. De ces mots qui libèrent quand l'émotion est trop intense, ceux que l'on pose pour s'aider à regarder la Vie sous un autre jour. Derrière Au gré du vent se cache une quarantenaire qui continue à se découvrir, à s'apprendre. Je partage ici des petits bouts de moi, des instants de vie, mes réflexions, mes pensées, mes interrogations. Mais "Je ne sais qu'une chose, c'est que je ne sais rien"

Visitez le site web
Suivez Sandy GARBIN sur les médias sociaux

Plus d'articles de Sandy GARBIN

À voir


Tous les articles Ajouter un article

Commentez cette article