Articles » Développement personnel

Citation De l’acceptation. Faire sauter le verrou évolutionnaire

De l’acceptation. Faire sauter le verrou évolutionnaire

Avec l’énergie que nous consommons à lutter contre la réalité, il y en aurait des maisons à chauffer, des lumières à allumer…

Elle est terrible cette manie de refuser de voir les choses telles qu’elles sont, de vouloir contrôler et changer les autres et le monde. Nous dépensons une énergie telle à être contre ceci, contre celle-là, anti ceux-ci, c’est à se demander parfois comment il nous reste de l’énergie pour faire et être ce qui est important pour nous.

Nous jugeons, évaluons, nous nous racontons des histoires, alors qu’en réalité les choses sont simples: elles sont, tout simplement.

Il y a pourtant moyen de transformer tout ça. Accepter, ce n’est pas tolérer, ce qu’est pas rester inactif et regarder faire, ce n’est pas démissionner de notre rôle de citoyen, de parent… (je vous laisse terminer la longue liste).

Accepter, c’est en somme commencer sa phrase par “c’est” et la terminer là où elle a commencé. Ce n’est ni mal ni bien, « c’est ».

Pourquoi ? Parce que la seule et unique “chose” que nous pouvons changer, c’est nous-mêmes, et que nos jugements ne changent rien au monde, là dehors !

Nous nous illusionnons à mettre une distance entre la réalité, ce qui est, et nous-mêmes. Quand nous pensons : “je ne peux pas parce que je n’y suis jamais arrivé”. Illusion. Vous n’en savez rien tant vous n’avez pas essayé. Quand nous disons “il ne devrait pas se comporter comme ceci”. Illusion, puisqu’il le fait. Quand nous jugeons “il l’a abandonné, c’est mal”. Illusion, à nouveau. Quand nous nous disons “ce n’est pas assez bien”, “c’est injuste”: illusions.

La différence entre la réalité et les illusions que sont les histoires que nous nous racontons (y compris celle-ci : “je suis arrivé en retard parce que…”), est la même différence que celle qui existe entre le temps qu’il fait et la météo. La météo est une histoire à propos du temps, elle n’est pas le temps qu’il fait, elle n’est pas l’expérience du temps qu’il fait.

Ne pas accepter, c’est faire du sur place. Alors…

Libérez-vous! Commencez et terminer vos pensées par “c’est”.

Libérez-vous, affirmez que vous êtes en retard sans donner d’excuse quand vous vous êtes engagés à arriver à l’heure.

Libérez-vous, lâcher prise par rapport à ce que les autres font ou ne font pas.

Passivité? Absolument pas. Tolérance? Oui si c’est tolérable. Agissez, affirmez, demandez, exigez même, quand vous êtes en droit de le faire.

Pratiquez la sagesse du “et”. Accepter et agir. Agir, pas réagir.

« Mon Dieu, donne-moi le courage de changer les choses que je peux changer, la sérénité d’accepter celles que je ne peux pas changer, et la sagesse de distinguer entre les deux. »

Quelques astuces pour sortir du “c’est plus fort que moi”:

  • Ajouter “Ou pas”, à la fin d’une affirmation. Par exemple: “Elle s’occupe de ce qui ne la regarde pas… ou pas”.
  • Créer une dizaine de “pensées alternatives”. Vous êtes face à une situation “inacceptable” et vous vous surprenez à avoir des pensées rigides ? Demandez-vous ce que vous pourriez penser d’autre. Refuser de tomber à court de pensées : les pensées les plus difficiles à “sortir” sont parfois les plus utiles pour prendre du recul
  • Multiplier les points de vue. Demandez-vous ce qu’en penserait le boucher du coin, votre belle-sœur, une call gril, votre meilleur ami, votre ennemi n°1, Elon Musk, mère Teresa, le dallai lama, …
  • Imaginez-vous sur votre lit de mort, occupé à passer en revue les moments forts de votre vie, entourés des personnes que vous aimez. Qu’en penserez-vous alors ?
  • Mettez-vous à la place de l’autre. Faites-le. Honnêtement, véritablement. Qu’est-ce que ce point de vue change ?

Accepter, c’est la première étape pour changer, pour évoluer. Accepter la réalité telle qu’elle est. Cela n’a rien à voir avec la fatalité. Accepter vos faiblesses, vos zones d’ombre. Accepter vos forces, aussi. Et non, ce n’est pas de la prétention.

Accepter, c’est voir sans les lunettes qui déforment la réalité. Ce que nous ne pouvons pas mesurer ne peut être changé. Quand vous voyez, vous pouvez changer.

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!