Entreprendre pour les neuro-atypiques

Citation Entreprendre : moyen de survie pour les atypiques et hypersensibles ?

Entreprendre : moyen de survie pour les atypiques et hypersensibles ?

Ce qui est fascinant avec notre cerveau, c’est qu’il nous fait voir ce qui nous conforte dans nos valeurs, nos idées et nos peurs. Cette cécité cognitive comme on dit ferait-elle que j’aie la sensation de voir beaucoup de profils atypiques se mettre à leur compte ? Un peu comme quand on veut un enfant et que l’on voit des femmes enceintes partout ?

Surdoués, TDAH, TSA, dyslexiques, dyspraxiques, hypersensible, j’ai l’impression de vous rencontrer dans chaque espace de coworking, d’incubateurs, dans chaque lieu décalé avec, venant de vous, cette entrée en matière récurrente à la manière des groupes de paroles d’alcooliques anonymes :

« Bonjour,

Je m’appelle Untel,

Je suis entrepreneur.

J’ai quitté le salariat car je ne me sentais pas à ma place / mon métier n’avait pas de sens / je ne m’entendais pas avec mes collègues / j’ai fait un burn out / on me disait que j’étais ultra perfectionniste alors que pour moi j’étais normal / j’étais trop sensible …

Je croyais que tout le monde pensait comme moi, mais en fait non.

Alors j’ai choisi de me lancer, de croire en mes rêves.

Bon pour l’instant je n’en vis pas, mais ça va venir !

Au moins j’ai plus à supporter des personnes que je ne comprends pas et qui ne me comprennent pas – version polie pour dire « des cons ». »

Des « untels », il y en a des milliers.

Pour la plupart ils découvrent leur atypicité à l’âge adulte, vers la petite trentaine. Le monde du travail est un miroir percutant de nos façons de faire et de penser. Cela touche aussi bien les hommes que les femmes. Il y avait bien eu des signes avant-coureurs qui avaient été ignorés, mis de côté, relégués à plus tard. Prenons l’exemple de Sophie. Elle a un parcours riche, a cumulé les diplômes, bien souvent en double ou triple cursus (normal). Elle a fait ses premières armes dans le monde professionnel en tombant des nues car elle se rend compte que ce ne sont ni l’intelligence ni la compétence qui sont attendues ou valorisées. Elle a un haut niveau d’exigence sur la qualité de son travail, de celui de ses collègues et des hiérarchies. Elle accepte que ceux moins diplômés ou en poste subalterne soient moins productifs ou brillants. Elle les aide, prend du temps pour leur transmettre ses valeurs, sa vision. Si elle manage, sa posture est ambigüe. Elle alterne entre le mode « pote » et le mode « dictateur ». Elle vit des conflits et incarne le syndrome de l’imposteur, celui que l’on ressent quand on estime qu’on a aucun mérite. Sophie tente de rentrer dans le moule, dans le cadre, de donner à son entreprise ce qu’elle croit avoir compris qu’elle attend d’elle. Elle travaille pendant des heures et des heures, a du mal à déconnecter et se donne corpos et âme de ce en quoi elle croit. Elle s’épuise. Craque. Il suffit qu’on remette en cause la qualité de son travail ou sa relation aux autres et elle s’effondre. Sophie frôle le burn out. Elle ne comprend pas qu’il ne comprenne pas. On lui conseille « de prendre du recul », de « lâcher prise », de faire « moins bien » car ce n’est pas important que ce soit parfait. Sophie n’a pas les mêmes codes. L’évocation de l’atypicité vient d’un proche, du médecin ou du psy. La première réaction de Sophie quand on lui dit qu’elle est surdouée, c’est de nier en bloc et de trouver des dizaines d’exemples qui prouvent le contraire, se dévalorisant allègrement. Puis le doute est semé. Elle ose aller passer le test et le verdict tombe : « vos capacités cognitives ont les principales caractéristiques d’un profil à haut potentiel.

-Et ?

– Apprenez à vivre avec. »

Sophie est à la fois contente de savoir qu’elle a un fonctionnement qui s’explique et dépassée par le fait de ne pas savoir quoi en faire ni comment s’épanouir. Après plusieurs rendez-vous avec des spécialistes et à son travail, on lui suggère de devenir consultante et de travailler en solo. Exemple de survie #1

Malek est papa d’un p’tit bonhomme de bientôt 5 ans. On lui dit qu’il n’est pas facile cet enfant. Pourtant lui le comprend et se reconnaît dans sa façon bien à lui d’être dans sa bulle, de préférer le monde des adultes, d’aimer ou de détester, d’être déconcentré tout le temps. Il voit son bonhomme tout seul dans la cour de récré et ça lui serre le cœur. Lui aussi était tout seul. Trop bizarre. Trop « différent ». Et on sait à quel point les enfants sont cruels entre eux… Malek est TDAH (trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité) et pendant longtemps on lui a préconisé des médicaments pour être « comme tout le monde » et surtout « être plus calme et ne pas déranger les autres. » Il s’est forcé, a fait ce qu’il fallait pour être aimé. C’est encore très dur au quotidien de canaliser ses pensées, ses envies de bouger tout le temps. Il travaille dans un open space. Il supporte mal les néons, les bruits incessants, les mouvements permanents qui le déconcentrent. Il a toujours eu des difficultés pour apprendre et pense sincèrement au fond de lui qu’il est stupide. Il a un talent exceptionnel pour le dessin et la musique. Il n’y voit rien d’exceptionnel, cela ne lui demande aucun effort. Son travail de bureau le rend dingue. C’est stérile, inintéressant mais ça paie les factures et au moins il a un vrai métier, en tout cas c’est ce que ses proches lui disent. Malek passe beaucoup de temps à rêver, à inventer, à imaginer. C’est un créatif. Il le comprend maintenant en voyant son fils et se dit que ce qu’il fait de ses journées n’a pas de sens. Au fond de lui, il sait qu’il peut faire de belles choses. Il aime jouer, il a d’ailleurs inventé des jeux avec ses amis. Malek sent qu’il ne va pas tenir longtemps encore comme cela. Il ne veut pas imposer une norme à son fils. Après de nombreuses hésitations, il demande une rupture conventionnelle à son employeur – qui lui avait acheté un ballon pour s’asseoir afin de prendre en considération son besoin de bouger-et décide de créer sa boîte de gaming qui allie graphisme et musique. Il va créer de l’emploi et tout un éco-système où la diversité sera l’ADN.  Exemple de survie #2

Et puis il y a Aimée et Antonio. Ils sont « dys ». Lui est dyslexique plutôt sévère, il fait des fautes à chaque mot et on a du mal à le suivre quand il essaie d’expliquer quelque chose. Elle, c’est la dyspraxie son talent, pardon son handicap, cela dépend du regard qui est posé sur elle. Elle est maladroite, se cogne un peu partout, oublie ce qu’on lui demande. Elle est tout le temps fatiguée car les émotions des gens l’épuisent. Lui, il a tendance à fumer de l’herbe pour se détendre et à boire aussi quand il est seul chez lui le soir, surtout pour compenser la souffrance de la journée. Ils savent qu’ils sont différents depuis longtemps. A l’école, ils ont compris qu’ils étaient trop lents, trop dans la lune, trop « bisounours », pas bons en maths, sans avenir. Alors ils ont abandonné le combat de l’apprentissage classique après de nombreuses tentatives. Ils ont cumulé les jobs alimentaires et ont fini par se mettre auto-entrepreneur, parce qu’ils n’avaient pas le choix, parce que ça marchait nulle part. C’était ça ou les aides sociales. Elle se demande si elle ne va pas finir par faire un dossier pour avoir la reconnaissance de travailleur en situation de handicap. Cela lui éviterait d’avoir à expliquer pourquoi elle ne peut pas suivre le même rythme que les autres. Mais il faudrait encore obéir et être dans les tourments émotionnels. Ils ont des rêves et ne savent pas comment les atteindre. Elle est dans le bien-être, il est dans l’informatique. Ils survivent l’un et l’autre avec des missions mal payées bien en-deçà de leurs compétences. Ils n’avaient pas le choix, personne ne voulait d’eux et ils ne se sentaient considérés nulle part. Exemple de survie #3 et 4.

En plus de quinze années, j’ai accompagné et côtoyé des centaines de « untel ». J’en ai moi-même fait partie, quittant l’enseignement et la recherche pour devenir consultante. Cliché. Survie. Besoin de ma liberté à tout prix et de ne plus avoir à jouer un rôle.

Etre surdoué, dys, TDAH, dans le spectre de l’autisme, être atypique, hypersensible, c’est être à part, différent. C’est avoir une vision, un cerveau qui pense autrement, qui conceptualise, qui invente, qui innove, multipotentiel, comme nos mentors Léonard de Vinci ou Steve Jobs. Sommes-nous destinés à l’entrepreneuriat ? Il y a de fortes probabilités car nous faisons partie de celles et ceux qui contribuent au bien commun, avec notre cœur et nos tripes.

Devenons-nous nous engager sur la voie de l’entrepreneuriat par défaut ? pour fuir le mal-être salarial ? Je le déconseille.

Voici quelques points clés :

  • Comme pour tout un chacun, il est primordial de comprendre son fonctionnement propre, ses codes, ce qui nous fait vibrer et ce que l’on veut apporter au monde. Une introspection première est nécessaire car vous êtes la personne la plus importante de votre vie…autant vous connaître, vous aimer, vous accepter et avoir confiance en vous et en votre potentiel…et ce qui vous rend unique, vos talents propres, vos excellences.
  • Faire preuve d’écoute et de souplesse. Aménager son environnement de travail et son rythme en fonction de des besoins propres et de ceux des autres est essentiel. C’est s’ouvrir au monde de l’autre et oser montrer le sien tel qu’il est.
  • Entreprendre c’est désapprendre, réapprendre, échouer, se relever, recommencer, itérer, pivoter, trembler, pleurer, exulter, se dépasser, se faire peur, se récompenser. Ce sont des morceaux de vie pour lesquels il convient d’être préparé, là aussi en fonction de qui on est. Ce sont des nouveaux codes à adopter, à faire siens et à partager. C’est un choix conscient, motivé avec toutes les réalités qui y sont liées comme le monde des finances, de la gestion ou du management.
  • Il y a avoir une idée (ou mille par jour), porter un projet, vouloir changer le monde et fuir un système ou chercher un équilibre de vie. Ce sont des moteurs pour devenir travailleur indépendant ou entreprendre. Il convient de prendre le temps de monter son projet avant de se lancer à cops perdu dans une liberté illusoire.

Si les incubateurs, centres de startups, réseaux d’entrepreneurs sont prêts à prendre en considération les diversités cognitives qu’il s’agisse de la douance, des troubles dys et autres dons, ces 4 points sont fondamentaux.

Entreprendre sera une opportunité guidée avec considération et empathie, une voie d’épanouissement pour les profils atypiques qui l’envisagent pleinement et plus l’issue de secours d’un immeuble en flamme vers laquelle on s’élance en désespoir de cause, sans savoir ce qui va se passer ensuite.

Je lance un appel aux RH, aux managers et dirigeants pour les sensibiliser sur cette réalité. Tous les atypiques ne vont pas vers l’entrepreneuriat et nombreux sot celles et ceux qui souffrent dans leurs missions et réalités professionnelles.

Heureusement, il existe des entrepreneurs atypiques qui s’éclatent et qui mènent la vie dont ils ont toujours rêvé. Une poignée a eu un parcours simple et évident. La grande majorité a connu le stress de ne pas trouver sa place, la peur d’échouer et de faire quelque chose qui ne fonctionne pas. Et pourtant, après des rebondissements, des aventures, des tragédies, elles et ils sont là, alignés, heureux d’être qui ils sont et incarnent le fait que oui, c’est possible d’être un entrepreneur atypique épanoui ! N’hésitez pas à témoigner, vos témoignages sont des plus inspirants !

Claire Stride


Article d’origine : https://www.linkedin.com/posts/claire-stride-392bb337_neuroatypiques-entreprendreautrement-entrepreneurs-activity-6641358082465247232-uwsv

Ne manquez rien !

Recevez chaque semaine les dernières publications de nos membres ainsi que des invitations exclusives à nos événements en ligne.

Formation recommandée

Plus de recommandations

Membres à découvrir

Fait comme 2692 personnes en rejoignant une communauté en pleine croissance de professionnels du mieux-être humain et de créateurs de contenus inspirants.
En savoir plus ici