Éviter le burn-out

Citation CROIS EN TOI : éviter le burn out et tout faire pour atteindre ses rêves

CROIS EN TOI : éviter le burn out et tout faire pour atteindre ses rêves

Toute ma vie, j’ai attendu que quelqu’un croit en moi, ce quelqu’un, je l’ai espéré, il n’est jamais arrivé. Sans doute s’est-il trompé de train, d’avion…

Non, aucune erreur, tout est juste, personne n’est arrivé sauver ce manque, ce vide en moi. Il a été voulu, orchestré pour que je cherche seule à combler ce vide. Je croyais que j’étais idiote, laide, la seule qualité que je me trouvais était la générosité, je peux ajouter également la disponibilité. Pendant très longtemps, me rabaissant toute seule, j’ai cru que pour être reconnue dans ma vie professionnelle comme dans ma vie privée, il fallait être « gentil ». C’était en tout cas mes croyances, elles m’avaient bien-sûr été inculquées par le noyau familial, ma famille était en commerce et le proverbe suivant « le client est roi » a longtemps fait écho avec mes croyances.

Chez moi donc, le client était tellement roi que j’en étais devenue sa gouvernante, disons sa servante. Ne dit-on pas métier de services ? L’appellation le confirme bien. A en mourir de rire ou plutôt non, de chagrin… Il fallut un burn-out pour que toute la « machine à se dévaloriser » s’arrête. Je vais même remplacer « machine » par « usine ». Oui, une usine fabriquée par une seule personne : moi. Avec l’aide de l’éducation, des expériences, du vécu, un package aux pouvoirs destructeurs incroyables. Je me suis enfermée seule dans cette prison où chaque barreau de la cellule représentait une critique.

Le pouvoir de la confiance personnelle dit au revoir au burn out

D’après Lise Bourbeau, auteure de l’ouvrage « Aime-toi », le burn-out provient du manque de valorisation du parent du même sexe, elle explique que c’est notre vision personnelle, c’est notre croyance. Je pourrais poser la question à ma chère maman aujourd’hui « Maman, as-tu honte de moi ? » Elle répondrait à tous les coups « Non ».

Quelques temps après mon arrêt de travail soudain, je lui avais posé la question suivante « As-tu honte que je n’ai plus mon commerce, que je sois sans travail ? » Comme une gentille maman, elle m’avait répondu « Non ». Je me suis flagellée physiquement et psychologiquement seule.

Physiquement, en restant tout le temps en position debout pour accomplir mon travail et psychologiquement en mettant dans ma tête « le client est roi », je « dois » être « gentille » envers celui-ci, ne pas le décevoir, toujours dire « oui » , oublier mes besoins, oublier de manger, d’éliminer, de me divertir, un vrai petit « soldat » au garde-à-vous non stop !

Ce n’est pas tout hélas, après avoir regardé toutes les définitions de « burn-out » sur les moteurs de recherche d’internet, ma vue est tombée sur d’autres appellations anglaises tel que « brown out », sa définition : démission intérieure, difficulté psychologique associée à la perte de sens dans le monde du travail. Le « brown out » peut s’expliquer par une « dissonance éthique » touchant les travailleurs qui comptent beaucoup sur leur travail pour donner sens et utilité à leurs vies, alors que dans les faits, leurs activités professionnelles ne répondent pas à cette attente.

Je souffrirais bien d’une maladie, voilà les raisons pour lesquelles  j’écris et  je chante aujourd’hui. J’ai stoppé l’usine à détruire mon être le 11 juin 2015.

Pourquoi est-il si important de croire en soi ?

Tout d’abord, apprendre à se connaître, prendre conscience de qui nous sommes, nos compétences, nos blessures, nos « fausses » croyances, nos faiblesses, nos forces. Tout ceci demande un travail, pendant longtemps, je disais que je ne faisais « rien » parce que j’avais reçu la croyance suivante : « Pour être, il faut travailler ». Mais puisque la définition de brown out est une recherche de travail donnant du sens à notre vie, j’ai dû prendre le temps pour trouver mes aptitudes, mes motivations à « être » sans travail. Il va sans dire que le cheminement fut long et très éprouvant et à l’heure où je vous écris, je n’ai toujours pas de « travail » officiel, ni de revenu.

Peut-être alors pourrais-je encore me dévaloriser une fois de plus, non ? Et bien, non ! Je reconnais ici et maintenant mes lacunes, mes manques, remplis d’autres choses ayant une plus grande importance à mes yeux, à mon cœur, à mon âme.

Vous me demanderez alors « De quoi je vis ? » Je vous réponds « J’ai vendu ma maison, mon héritage et j’ai choisi de vivre avec de petits moyens, en caravane bien équipée, tout confort. J’ai d’abord payé le prix fort d’être seule en connaissant des pannes d’alimentation d’eau, de gaz, d’électricité mais jamais de chauffage, celui qui réchauffe mon âme régulièrement et me permet d’écrire dans un certain confort.

Croire en soi, c’est choisir son environnement qui résonne avec son être

Je n’ai pas besoin de beaucoup d’espace, 45 mètres carrés me suffisent pour remplir ma vie. L’important, c’est l’intérieur et non l’extérieur. De plus, je respecte l’organisation, l’ordre, la propreté, j’applique assez le feng shui que j’estime important à notre bon fonctionnement. Vivre dans la propreté et l’ordre ainsi que dans une belle décoration élèvent mes vibrations, le cadre est très important pour moi, mais mon cadre, et non celui que des individus voudraient m’imposer en ne me respectant pas !

J’ai choisi cet endroit parce qu’il  s’y trouvait des étangs dont un juste derrière ma parcelle de deux ares et demi, à ce moment précis, je suis sur mon ordinateur, la vue sur la nature, l’eau, les canards, les arbres, les oiseaux, le bruit d’une chute d’eau vers le deuxième étang de l’autre côté de la route. Les allées portent des noms de fleurs et d’oiseaux, ici, chez moi, elle se nomme allée des Boutons d’or, un peu plus loin allée des Roses, comme le nom de famille de ma grand-mère. J’avais l’impression que j’étais bloquée à tous les niveaux de ma vie, là où je vivais, en ville.

Crois en toi et vise un but ultime

Bien entendu, je ne croyais pas en moi, j’ignorais mes aptitudes, mes compétences. Je suis venue ici déposer mon sac de blessures presque guéries, mais, au final, pouvons-nous toutes les guérir  entièrement dans une seule vie ? Je lis que si nous avons équilibré le karma et que nous sommes au dernier cycle d’incarnation, nous en avons terminé.

Pour ma part, je pense que ces dernières années, j’ai franchi un cap. J’ai suivi énormément de formations, d’ateliers, lu quelques livres importants  nécessaires à mon développement personnel, suivi de nombreux ateliers d’écriture et ouvert deux portes très importantes récemment, une sur l’écriture, coachée en ligne par une auteure Nelly Delas qui croit en moi et booste ma carrière et la deuxième porte, celle d’un musicien où sans le savoir, j’avais déjà mis les pieds chez sa compagne, il y a longtemps pour un tirage de tarot.

Notre âme, notre cœur, appelez-le comme vous voulez,  nous guide. Je n’ai pas dit que le chemin est facile et en ligne droite, fléché, non. Lorsqu’on commence à voir, comprendre les signes dressés sur notre route, nous commençons à suivre les cailloux comme le petit poucet sur les sentiers. Notre âme sait ce que notre mental ne sait pas encore. C’est pour cela qu’il est important de rester au calme afin d’entendre, d’écouter tout ce qu’elle a à nous partager, communiquer. Quand nous sommes trop la tête dans le sable comme l’autruche, notre corps réagit pour nous remettre en selle et continuer le chemin vers notre épanouissement. Puisque personne à l’école ou à la maison ne m’a montré le chemin, j’ai dû faire toutes les guerres, dirait Francis Cabrel … Il a raison, j’ai fait toutes les guerres pour en arriver à pouvoir me dire là maintenant, « j’ai le droit d’être ici, assise au bord de l’étang pour écrire ce qui hurle depuis longtemps à l’intérieur de moi ! »

En osant le réaliser, je choisis de mettre fin aux croyances inculquées par ma famille « il faut travailler dur pour gagner son argent… » ou quelque chose dans le genre… J’avais aussi la croyance que le travail était de rester beaucoup debout, je suis donc restée pendant  quinze ans en position debout durant huit ou neuf heures environ pour toiletter les chiens. Je me suis flagellée gratuitement, sans y être forcée par qui que ce soit ! Le plus fou, c’est d’avoir pris dix kilos en quelques années, en tenant la librairie de mon ex mari, position debout treize heures par jour multiplié par six jours de travail ! La totale ! Aucune heure fixe pour passer à table et une mauvaise hygiène de vie. J’avais pris 6 kg en restant debout plus que couchée ! Vingt-deux années ont passé depuis, je suis divorcée.

A l’heure où je vous écris, je me suis libérée de dix kilos en un an seulement sans faire régime.  J’ai retrouvé ma taille de jeune fille et j’en suis heureuse. Contrairement aux croyances des humains « Quand on perd du poids, c’est que l’on est malade ! ». Pas du tout ! Lorsque nous prenons du poids, nous mangeons nos émotions lourdes à porter, à digérer…  Lorsque nous nous libérons des kilos superflus, nous guérissons. C’est mon ressenti, c’est pour moi une grande évidence. Comme l’évidence d’avoir guéri complètement ma hernie discale aux cervicales. J’étais trop rigide envers moi et je n’osais pas dire « non ».

Crois en toi, sans rien attendre de personne

Aujourd’hui, croire en moi est encore une source de difficulté. Je pense que lorsque nous sommes seul(e)s à remonter la pente de l’estime de soi, le chemin est plus long, c’est mon avis. Depuis quelques mois où j’ai autour de moi, deux personnes qui croient en mes compétences d’écriture et de chant, je me sens différente, plus forte, plus motivée, des envies de me battre pour aller là où mon âme me dit d’aller. Je crois beaucoup aux tarots, oracles des Anges, les cartes me disent toujours de me diriger vers mes passions dans les arts, l’écriture et la musique. Quelle coïncidence, n’est-ce-pas ?

Il n’en est rien, dans mon monde, nous les appelons des synchronismes, des signes… Je crois en eux bien plus qu’en moi, c’est vrai. Ils m’aident à tenir le cap, j’en suis hélas arrivée à un point où je crois plus en eux, à ce monde invisible qu’à ce monde visible d’humains. J’ai souvent l’impression que je retrouve ma famille d’âmes de plus en plus, que les liens familiaux et amicaux s’estompent, se brisent peu à peu.

Certains montent dans les wagons du train de ma vie, restent quelques temps, descendent un peu plus tar ou ne descendent pas. Avec les parents, c’est assez difficile, je suis devenue presque indifférente, je conscientise qu’ils sont juste mes géniteurs de ma vie sur Terre, qu’ils sont la famille où j’ai choisi d’évoluer pendant cette incarnation. Je suis déçue de leur manque de psychologie, de leur manque de soutien, de leur comportement, je leur pardonne pour être en paix avec mon âme, mon corps, mon esprit, ils n’ont pas pu agir autrement. Ils ont eux-mêmes vécu ces manques. Ils ne sont donc pas en mesure de donner ce qu’ils n’ont pas reçu. C’était la première étape, accepter l’éducation que nous avons reçue, pas à la hauteur de nos aspirations pour nous permettre de croire en nous. Avec leurs fameux « il faut », « tu dois », nous ne sommes pas allés très loin.

A l’école, ce fut pareil, je me souviens de quelques éloges de mes professeurs ou maîtres de stages, ils sont trop rares. Je pense qu’en ayant manqué de ces compliments, valorisations, ils ne sont absolument pas capables d’en distribuer à leur tour. Dès lors, « croire en soi » est une aventure épineuse. Se complimenter soi-même, se valoriser, se regarder, s’admirer font  partie d’un long processus. La volonté, la motivation sont importantes.

Ensuite, on parlerait plutôt de persévérance, d’endurance, de force de caractère, de détermination et de discipline.  J’ai souvent lâché tout en cours de route, je me suis laissée abattre, j’ai été dans l’attente perpétuelle d’un compliment ou d’un sauveur.  Après avoir pris conscience que j’avais donné trop ma confiance à autrui et surtout accordé un certain pouvoir sur moi, je n’ai plus cru en personne. Là, commençait un long travail.

Crois en toi et laisse-toi guider

Croire en soi, c’est croire à cette petite voix qui tente de se faire entendre au fond de nous. Nous ignorons tout sur elle, alors, nous passons vite à autre chose en ne l’écoutant pas. La première fois qu’elle s’est invitée chez moi, c’était du temps de la disparition des petites  Julie, Melissa, An et Eefje. J’étais arrêtée, au volant de ma voiture, aux feux de signalisation, j’apercevais en face de moi, une maison aux volets fermés, abandonnée. Ma petite voix est venue me souffler ces mots : « Les petites sont peut-être enfermées dans une maison abandonnée ». Etrange, non ? Ce qui est bien plus étrange, c’est que je passais tous les matins et soirs devant les deux maisons où se trouvaient séquestrées par cet homme appelé Dutroux, les quatre fillettes, toujours en vie à ce moment, non retrouvées encore.

Si j’avais parlé de cette voix à quelqu’un, on ne m’aurait absolument pas prise au sérieux ! A coup sûr ! Qui suis-je pour avoir telle information, au fond ?! Je l’ignore moi-même ! Je pense aujourd’hui, avec plus de discernement, que cette voix provenait d’autres êtres encore inconnus à l’heure où j’écris. Preuve par là que je ne crois toujours pas en mon pouvoir de connaître telle chose si importante aux yeux de tous. Dans certaines séries policières, ne voit-on pas des agents ayant des visions sur des faits antérieurs aux meurtres ? Si les metteurs en scène imaginent ces scénarios, il y a une raison, non ? Au lieu de me poser toutes ces questions, je serais plus courtoise avec mon être de croire en lui quelques instants. N’ayant pas été habituée à croire en mes compétences, il me serait compliqué de croire en cette voix que je ne connais pas. D’où vient-elle ? Pourquoi me donne-t-elle ces informations aussi capitales ? Pourquoi ne m’a-t-elle pas parlé avant ? Qui est-elle ? Que dois-je faire avec ?

Actuellement, j’ai davantage de réponses… Cette voix si discrète, je pense que c’est mon intuition, mon sixième sens, elle provient de mon hypersensibilité, de mon empathie, de ma souffrance passée, pneumothorax, amnésie temporaire, relations amoureuses toxiques, destructrices… Je la crois, elle voit encore plus de choses qu’auparavant, elle lit dans les yeux, elle voit ce qu’elle ne voyait pas, elle croit ce qu’elle ne croyait pas, elle sent ce qu’elle ne sentait pas. Elle ne se laisse plus dérouter, dévier de son pouvoir, elle a conscience qu’elle est habitée par une puissance supérieure qui la guide, lui parle, lui écrit, lui fait entendre, lui aide à ressentir les gens, les lieux.

Personne ne lui a appris à gérer toutes ces données en même temps tel un ordinateur.  Elle est débutante, enfin, elle s’estime débutante, elle n’a jamais cru en elle, elle ne s’est jamais reconnue. Elle préfère croire encore que ce n’est pas elle qui détient cette puissance intérieure et donne toujours le pouvoir à autre chose dont elle ignore tout. C’est sa zone de « confort »,  elle reste un peu coincée là, par sécurité. Elle a peur d’elle. Elle a peur de connaître son pouvoir. Elle ne craint plus le rejet, l’abandon, l’humiliation, l’injustice, la trahison, elle les connait, elle les gère, elle a juste peur de son propre pouvoir. Celui que nous avons tous reçu en cadeau à notre naissance, sans mode d’emploi fourni avec. Elle se sent seule, elle sait que d’autres êtres sont dans la même situation, ils deviennent de plus en plus ses amis. Les anciennes connaissances ne font déjà plus partie de sa vie. Elle est trop différente d’eux. Elle se sent bien, comprise en compagnie des nouveaux êtres montés à bord de son arche ou de son train.

Cette fois, le train a pris de la vitesse, elle contrôle encore moins qu’auparavant. A la différence, le contrôle est inutile, elle comprend, ça coule de source. Elle ne se bat plus à contre-courant, elle suit le flot, il file à fond les manettes, il les dirige, il les guide, il les mène vers quelque chose d’inconnu, personne ne craint pour sa sécurité, ils ont tous foi, ils savent. Ils savent quoi ? Ils savent que le chemin est tracé spécialement pour eux, ils ne cherchent pas à comprendre, ils avancent, ils acceptent. Ils laissent tout derrière eux, leur passé, leurs blessures, tout ce qui les a amenés ici et maintenant. Ils sont divinement guidés et protégés. Une force les habite, les aiguille. Les vagues sont calmes, l’arche va à son rythme, transportant du monde, prêt à accoster au moment opportun, le moment choisi par eux, ils savent sans savoir, aucun doute, aucune hésitation, aucun obstacle.

Les obstacles sont ceux qui les ont conduits sur cette route paisible. Ils craignaient les vagues parce qu’ils ignoraient qu’ils étaient l’océan (Bruno Lallement).

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!

Dernières publications de Meredith Bettens

Donner de l'amour à son corps
par Meredith Bettens

Se donner de l’amour à notre corps

Pourquoi se donner de l’amour à notre corps ? Une voiture a besoin de carburant pour avancer, notre corps ...
Toutes les publications de Meredith Bettens

Top articles du mois

Les 5 étapes d'une relation de couple
par Alexandre Cormont - Love coach depuis 2007

Les 5 étapes de l’amour : Pourquoi tant de couples se retrouvent bloqués à l’étape 3 ?

Pourquoi certaines relations se brisent-elles tandis que d’autres durent toute une vie ? Je suis love coach depuis ...
Pourquoi le passé se répète douloureusement?
par Simplement Francis

Quand le passé se répète douloureusement dans votre vie

Vous avez déjà eu l’impression de vivre et revivre les mêmes scénarios dans votre vie, comme si vous ...

Vous aimerez aussi

Attirance pour les relations toxiques
par Agnès de Reulle - Coach Experte PNL Libération Emprise et Violence

Pourquoi sommes-nous attirés par des partenaires toxiques ?

Vous avez l’impression d’être un aimant à relations toxiques ? Malgré vos efforts pour trouver le partenaire idéal, ...
Les femmes fortes cachent une blessure intérieure
par Nelly Delas - Auteure et coach en écriture thérapeutique

Les femmes incroyablement fortes se sentent souvent brisées à l’intérieur

Dans l’écho de ses pas, un murmure persiste, un chant d’âme qui, en secret, brave l’orage et les ...
Votre différence est votre force
par Nelly Delas - Auteure et coach en écriture thérapeutique

Ils sont effrayés par vous, car vous êtes fort(e).

Dans un monde où l’artifice règne en maître, où les masques camouflent les âmes et les mensonges tissent ...
Les plaintes fréquentes détériorent la santé
par Simplement Francis

Une étude montre que les plaintes constantes nuisent à votre santé mentale et physique

Êtes-vous prêt à plonger dans un monde où chaque mot compte et chaque plainte pèse lourd? Vous êtes-vous ...
Écrire pour surmonter la solitude
par Nelly Delas - Auteure et coach en écriture thérapeutique

Il y a des cœurs qui resteront seuls toute leur vie

Il y a des cœurs qui resteront seuls toute leur vie. Ce sont ces vieilles âmes isolées des ...

SuiteAvis de non-responsabilité : Les propos et les conseils de cette publication, incluant les produits et services offerts, sont le point de vue de son auteur(e), de ses croyances, de son expérience de vie et/ou professionnel. Les Mots Positifs.com est un magazine collaboratif d'inspirations ouvert à tous, donc, nous nous dégageons totalement de toutes responsabilités du résultat de son application. Pour toutes problématiques de santé physique et/ou psychologique, il est conseillé de choisir avec discernement et de consulter un spécialiste (médecin, psychologue, services sociaux, etc.) afin d’arriver à mettre l’information dans le contexte de votre réalité.

Ajouter un commentaire

Ne manquez rien !

Recevez chaque semaine les dernières publications de nos membres ainsi que des invitations exclusives à nos événements en ligne.

Formation recommandée

Plus de recommandations

Membres à découvrir

Fait comme 2837 personnes en rejoignant une communauté en pleine croissance de professionnels du mieux-être humain et de créateurs de contenus inspirants.
En savoir plus ici