crédit photographie:  Stockvault

Les petits pas

Avez-vous déjà connu un enfant, qui, au moment d’apprendre à se tenir debout et à marcher, décide de tout laisser tomber parce qu’il est tombé? Existe-t-il des bambins qui, tout à coup, prennent la décision de ne plus se relever et de ne plus tenter de faire de petits pas?

Non à l’échec!

Non! La raison est simple : l’enfant ne s’est pas encore fait dire qu’il connaîtra l’échec. À cet âge, il ne sait même pas ce qu’est l’échec. Bien au contraire, tous les gens importants à son développement l’encouragent fortement à marcher et, si par malheur il tombe, on le fait rigoler et on l’incite bien rapidement à se relever pour tenter de réussir son premier pas enfin.

Et si nous aussi ne savions pas ce qu’est le mot échec, par quoi remplacerions-nous de telles expériences? Probablement par le mot « leçons » puisque c’est souvent dans la chute que nous apprenons à nous relever et aller de l’avant.

Nous nous basons donc dans, non pas ce qui est inné en nous, mais dans ce qu’on nous aura appris au fil des ans. Malheureusement et bien rapidement, les encouragements des premiers petits pas que nous avons réalisés enfants, font place aux terribles découragements qu’on tente de nous faire prendre pour acquis.

L’idée ici n’est pas de blâmer les adultes qui gravitaient autour de nous. Non. Souvenons-nous qu’ils ont fait ce qu’ils pouvaient avec ce qu’ils avaient, tout simplement. L’idée est d’enfin sortir de cette roue sans fin où nous perdrons de toute façon.

Avoir de l’audace

Chaque chose que nous entreprenons mérite l’éloge des petits pas. Il se peut que nous chutions, mais comme nous l’avons fait enfant, nous nous relèverons et nous nous accrocherons. Si, d’emblée, les gens, notre famille ou nos amis semblent froids à l’idée de nous voir marcher de nouveaux sentiers, il nous est toutefois légitime de vouloir avancer quand même.

Car la vie est ainsi faite, que tout change et avance. Ce que nous apprenons aujourd’hui nous est acquis et nous ne pourrons revenir vers l’arrière. Sachant cela et pensant à vos premiers petits pas, aurez-vous la prétention que vous êtes à la bonne place si vous demeurez sur le sol ou aurez-vous l’audace de vous relever et de marcher droit devant?

Plus vous ferez une analogie avec vos premiers pas de bambin, et pour toutes les situations où on vous prédira que vous vous casserez la gueule, plus vous aurez le courage de tenter de nouvelles choses, de vous relever malgré les « je t’avais prévenu » et de marcher dans la direction de votre choix.

Vous pouvez également faire des analogies avec l’apprentissage de la conduite à bicyclette, de la natation et toutes les autres « réussites » que vous pouvez répertorier dans votre vie. Car, il y en a des masses si vous y réfléchissez et la certitude que vous aurez à bien y penser sera que vous êtes vraiment fait pour entamer le chemin de votre vie en débutant votre route par de petits pas.

Encore une fois je vous quitte sur une petite phrase bien de mon cru :

« Dans la vie, comme dans la danse, chaque pas compte.  Laissons-nous guider par la musique de notre existence par autant de pas que nous effectuerons.  Respectons notre rythme et dansons! »

Josée Durocher

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!