Impact des blessures d'enfance sur les couples

Citation Les effets dévastateurs des blessures existentielles sur la vie de couple

Les effets dévastateurs des blessures existentielles sur la vie de couple

Les blessures existentielles naissent dans notre enfance. Elles sont liées à notre environnement familial, qui détermine notre affection et notre comportement vis-à-vis des autres. Les blessures de l’enfance peuvent-elles alors, avoir des conséquences directes dans nos relations amoureuses ?Sont-elles à l’origine des échecs dans le couple ?

« La solitude est la plus grande peur du dépendant…  C’est pourquoi il s’accroche aux autres et fait tout pour obtenir de l’attention. Il est prêt à faire de multiples pirouettes pour être aimé. »
Lise Bourbeau (La blessure d’abandon, extrait du livre Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même)

Très inspirée par le sujet, certains se reconnaitrons probablement dans les mots qui vont suivre.

Les yeux rivés sur l’océan, elle contemplait l’allée et venue des vagues. Cela l’apaisait et chassait ses remords. Comment en était-elle arrivée là ?

Dans l’enfance, elle avait dû prendre le rôle maternel pour s’occuper de ses frères et sœurs, telle une adulte en ayant tout à gérer.

Ses parents, trop occupés par le travail et leurs soucis de couple, elle s’était de ce fait, sentie abandonnée dans ce rôle qui n’était pas le sien.

Elle se devait à l’âge adulte de prendre soin des autres, de façon naturelle, jusqu’à s’en oublier.

Trop focalisée sur l’autre, plus rien n’existait.

Chacune de ses pensées se tournaient vers l’Etre qui l’accompagnait, au point de l’étouffer et l’emprisonner dans une cage dorée.

Trop focalisée sur l’autre, à satisfaire ses moindres besoins, sans que nul mot ne fut prononcé, elle se mettait genoux à terre, pour qu’il se sente bien.

« Tant que nous nous berçons de l’illusion que l’autre possède la clé de notre bonheur, nous restons dans un état de dépendance. L’autre représente une drogue dont le sevrage nous est intolérable. Le manque réveille notre souffrance, notre crainte et donc notre colère »
– Thierry Janssen

Elle se sacrifiait la plupart du temps, sans avoir une estime d’elle-même.

Elle croyait ainsi surmonter tout ce qui l’encombrait, en cachant derrière cet excès d’amour, tant de silence et de solitude.

Elle ne se rendait pas compte, que trop de bienveillance, menait son couple à sa perte.

Elle réalisait qu’elle passait ses journées dans l’attente.

Dans l’attente d’un message, d’un appel, des retrouvailles.

Une attente insupportable, la poussant à se poser mille et une questions sur les occupations quotidiennes de l’autre.

Une attente interminable, la poussant à se tourmenter et à se demander pourquoi il ne pensait pas à elle.

Une attente éprouvante, lui reprochant de ne pas agir comme elle l’aurait elle-même fait, avec ce sentiment qu’il préfère passer du temps avec d’autres plutôt qu’avec elle.

Elle ne se rendait pas compte que son attitude ne nourrissait pas leur amour. Elle attisait un feu ardent, provoquait des disputes, fissurant ainsi chaque jour davantage ce beau vase d’amour qu’ils avaient fabriqué de leurs doigts entrelacés.

Trop focalisée sur cet Être qu’elle vénérait, elle avait oublié ce qui pouvait encore la faire vibrer. Oublié qu’elle pouvait être heureuse seule. Oublié la notion du temps. Oublié de vivre.

Elle laissait l’autre faire le travail de l’amour car elle n’était pas capable de s’en donner tout simplement.

Elle frissonnait très souvent de froid parce qu’elle ne savait plus ressentir ce sentiment.

Elle attendait des pas en arrière, des retours en arrière pour la rassurer.

La solitude lui faisait peur et peut-être que choyer l’autre le maintiendrait à ses côtés.

Elle se sentait différente et tout ce qu’elle faisait l’était de façon spontanée.

Elle gardait en elle ses blessures existentielles qui la freinaient dans son avancée.

« Les blessures existentielles peuvent nous faire souffrir, mais elles peuvent également être une source de croissance et de transformation si nous sommes prêts à les affronter »
– Stanislas Dehaene

Pourtant, aujourd’hui, c’était bien la libération qui l’appelait.

Prenant une grande inspiration, les yeux fermés, elle se mit à prier pour être envahie de sérénité.

Mais cela impliquait d’aller à l’encontre de ce qu’elle avait toujours été jusque-là.

Elle était décidée à prendre le risque de sauter dans ce vide , en laissant quelques bribes de son histoire, souhaitant rejoindre une source nouvelle qui la ferait grandir mais surtout se transformer.

Elle avait conscience qu’il lui fallait emprunter un nouveau chemin, en étant légère et confiante.

Elle se devait de changer sa façon d’être pour changer ses relations. Être sa priorité et se mettre au sommet de tout au lieu de se placer continuellement au bas de cette pyramide humaine.

Cela devait passer par le fait d’apprendre à se choyer, à dresser la liste de ce qu’elle aimait faire et s’y consacrer. Prendre du temps pour elle-même au lieu de n’en prendre que pour celui qu’elle portait dans son cœur meurtri.

Le laisser respirer, sans se préoccuper de ses moindres faits et gestes.

Vivre. Pour elle-même. Aimer chacune de ses journées passées à vaquer à ses propres envies.

Et par là même créer le manque, afin que cet oiseau puisse voler librement, avec le désir de revenir vers elle.

Et s’il lui prenait l’envie, un jour, de s’envoler pour toujours, elle se maintiendrait au sommet de cette pyramide, admirant la beauté de la vie et du monde qui l’entourerait.

Elle réalisait que le secret de la longévité d’une relation de couple était là. Se donner l’estime qu’elle méritait. Être au premier plan. Sans dépendance et sans peur de la solitude.

Deux oiseaux traversant le ciel côte à côte, mais libres de se diriger dans n’importe quelle direction.

Les yeux fermés, elle était sur le point de passer de chrysalide à papillon.

« Dans un couple, peut-être que l’important n’est pas de vouloir rendre l’autre heureux, c’est de se rendre heureux et d’offrir ce bonheur à l’autre »
– Jacques Salomé

Ne manquez rien !

Recevez chaque semaine les dernières publications de nos membres ainsi que des invitations exclusives à nos événements en ligne.

Formation recommandée

Plus de recommandations

Membres à découvrir

Fait comme 2836 personnes en rejoignant une communauté en pleine croissance de professionnels du mieux-être humain et de créateurs de contenus inspirants.
En savoir plus ici