Comment guérir de la dépendance affective ?

Citation Pourquoi vous pourriez ne jamais guérir de la dépendance affective

Pourquoi vous pourriez ne jamais guérir de la dépendance affective

J’avais d’abord titré cet article : Pourquoi vous ne pourrez jamais guérir de la dépendance affective ? J’avais envie de provoquer un peu comme le jeune fou que je suis. Mais en l’écrivant j’ai réalisé que j’étais moins virulent que je ne l’aurais voulu.

Je vous entends et non, ce n’est pas parce que je vieilli. Mais parce que ma motivation première est de vous aider à prendre conscience des pièges que vous pourriez croiser en route dans votre envie de vous libérer. Il n’est pas nécessaire de choquer pour cela. Le contenu de cet article est déjà suffisamment dense comme cela.

Pourquoi vous pourriez ne jamais guérir de la dépendance affective ? Je ne vais pas vous faire le coup du « parce que ça n’existe pas ». Même s’il est vrai que ces termes ne désignent pas une pathologie en soi, j’ai bien conscience qu’ils représentent une difficulté pour énormément de personnes et je n’ai pas du tout dans l’idée de minimiser cela. Non, la souffrance est réelle, je le sais.

Alors je ne vais pas vous faire attendre plus longtemps, vous pourriez ne jamais guérir de la dépendance affective parce que précisément, vous n’avez pas l’autonomie nécessaire et parce que vous pourriez attendre qu’on vous sauve.

14 800 requêtes par mois dans Google sur l’expression « dépendance affective ».

Ce n’est pas rien. Même si ça n’indique pas le nombre de personnes concernées, il y a peu de chance que ce soit 14 800 fois la même. Donc, potentiellement, ça fait un paquet de gens qui s’intéressent à la question. On peut même supposer que derrière ces requêtes se trouvent un certain nombre de personnes directement concernées par le problème. D’ailleurs il suffit de voir le nombre d’articles qui apparaissent pour comprendre que le sujet fait couler de l’encre.

Savez-vous combien de requêtes il y a, par mois, dans Google, sur les termes « guérir de la dépendance affective » ?

Allez, je vous laisse chercher un peu.

Dites un chiffre pour voir.

Pour 14 800 recherches par mois sur le problème, combien de recherches pour la solution ?

140.

1%.

Intéressant, non ?

Il y aurait 100 fois plus de personnes qui chercheraient à comprendre et qui seraient prêts à accepter une étiquette de « dépendant affectif »  que de personnes qui chercheraient des solutions pour en sortir ?

Mais admettons que ça n’ait rien à voir, je vous propose de retourner du côté de la dépendance affective pour comprendre ce qu’elle est exactement.

La dépendance affective : un déficit d’autonomie

Qui dit dépendance affective, dit dépendance. Vous connaissez probablement le cycle de l’autonomie alors je vais juste vous le rappeler très brièvement.

Le cycle de l’autonomie a été mis en lumière par Katherine Symor, une analyste transactionnelle américaine, alors qu’elle travaillait avec des groupes de femmes opprimées.

Il peut se retrouver dans de nombreux domaines, du développement de l’enfant à la socio-politique, et se décompose en 4 étapes.

La dépendance : c’est le niveau 0 de l’autonomie. On ne peut subvenir seul à nos propres besoins. Il n’existe qu’un seul modèle du monde, celui de mes parents, celui de l’autre et je m’y conforme pour survivre.

giphy-downsized[1]

La contre-dépendance : c’est le début de l’affirmation de soi. Ça correspond au « non » du tout petit enfant puis, plus tard, à la crise d’adolescence. Il n’y a toujours qu’un seul modèle du monde, c’est toujours celui de l’autre, auquel, cette fois, je m’oppose dans l’espoir d’être reconnu dans mon individualité.

L’indépendance : on peut prendre son envol car on peut subvenir à nos propres besoins. Il n’y a qu’un seul modèle du monde : le mien, ceux des autres sont inexistants ou sans intérêt.

L’interdépendance : on comprend que même si on peut faire beaucoup de choses seul, on a besoin des autres pour continuer à grandir, à apprendre. Il y a autant de modèles du monde qu’il y a de personnes et ils sont tous ok.

L’autonomie n’est jamais complètement acquise. Ce cycle se répète tout au long de la vie, en fonction des rencontres, des apprentissages, etc. Mais le niveau global d’autonomie tend à augmenter à chaque fois.

pexels-pixabay-236164_L’autonomie a ceci de particulier qu’elle s’acquiert dans la relation. C’est dans le lien à l’autre que se développe la capacité à s’opposer, à s’affirmer, à être sûr de soi… Même lorsqu’on est indépendant, on l’est bien par rapport à quelqu’un ou à quelque chose, vous êtes d’accord ?

Eh bien, le déficit d’autonomie, qu’il soit en jeu dans la dépendance affective, dans la procrastination, dans les addictions, ou dans toute autre difficulté relationnelle, se soigne dans la relation. Mais j’y reviendrai un peu plus tard.

Dans la dépendance affective, on se persuade qu’on a besoin de l’autre, sur un plan affectif pour exister. La séparation est potentiellement angoissante, car comme le petit enfant qui craint pour sa propre survie, si on ne voit plus l’autre, est-ce que cela signifie qu’il nous abandonne, qu’il ne nous aime pas, et si c’est le cas alors, on va mourir ?

La dépendance affective : la persistance d’un état de fusion

La fusion est cette espèce d’état de grâce que nous connaissons lorsque nous sommes nourrissons, qui est un prolongement de la vie intra-utérine : c’est le temps où notre mère devance tous nos besoins sans que nous ayons besoin de lui dire quoi que ce soit.

Evidemment, on ne sait pas parler.

L’osmose est le lien qui unit la mère à son enfant et qui lui permet de traduire ses pleurs, ses cris, ses silences, pour décrypter ses besoins et pour les satisfaire.

En grandissant, nos parents sont sensés, d’abord nous rassurer sur leur amour inconditionnel mais aussi nous apprendre à formuler des demandes concrètes pour nous aider à devenir autonome.

Malheureusement, nos parents n’ont pas tous appris à le faire eux-mêmes. Et pour peu que nous ayons un parent fusionnel, surprotecteur, ou même qui verbalise très peu ses propres émotions et ses besoins, cet apprentissage peut passer complètement à l’as.

A l’âge adulte, lorsque cette fusion persiste dans des proportions très importantes, cela donne de la dépendance affective. C’est à la fois un profond sentiment d’insécurité et une incapacité à reprendre la responsabilité de ses propres émotions et de ses besoins.

La fusion est une illusion. C’est une énorme supercherie, une imposture. Dans la fusion, on s’illusionne très facilement qu’on aime l’autre. Alors que c’est faux.

C’est comme croire que la clope qu’on s’allume nous apporte de la détente. Alors qu’on sait que la nicotine est un excitant. La seule détente qu’elle nous procure en réalité est l’apaisement du stress produit par le manque. Elle trompe notre cerveau.

 L’Amour, avec un grand A, consiste à donner sans rien attendre en retour. Dans la fusion, on ne donne pas pour donner, on donne dans l’espoir inconscient de recevoir. Donner à l’autre en s’abandonnant complètement dans la relation voire en allant au bout de ses limites, en s’épuisant, en supportant parfois l’insupportable et en acceptant parfois l’inacceptable, est un moyen inconscient de chercher à obtenir de l’autre de la reconnaissance et de la réciprocité.

Je nourris tes besoins, je satisfais tous tes désirs parce que je suis incapable de le faire pour moi donc j’attends de toi que tu nourrisses mes besoins en échange. Comme si nous ne faisions qu’un.

La fusion est une série de stratégies inconscientes pour obtenir de l’autre ce qu’on n’est pas encore capable de se donner à soi-même.

Vous pensez toujours que c’est de l’amour ?

En réalité, comme la détente de la cigarette, la passion qu’on ressent lorsqu’on évolue dans la fusion est une excitation liée au fait d’échapper à ce qui nous effraie le plus : la solitude et la mort.

La dépendance affective : un rempart contre les angoisses de l’existence

Qu’on le veuille ou non, nous sommes tous mortels. Et qu’on le veuille ou non, nous sommes tous seul.

Il y a deux formes de solitude. Une solitude sociale liée aux individus et à la collectivité et à la manière dont ils organisent leurs interactions. Et une solitude existentielle, universelle.

pexels-nathan-cowley-897817_

Cette dernière est liée à notre condition d’être humain. Nos pensées, nos ressentis, nos émotions, nos doutes, nos croyances n’appartiennent qu’à nous. Nous pouvons mettre des mots dessus pour tenter de les partager mais quoi que nous fassions, notre expérience subjective de la vie reste solitaire.

Cette solitude, ce fossé infranchissable qui nous sépare des autres, nous renvoie, tout comme la mort, à la nature même de notre existence et au sens de la vie. Le vide qu’elle nous laisse entrevoir peut donner le vertige et en tout cas peut susciter de l’angoisse.

Pour nous protéger de cette angoisse et de ce vide, nous nous enfermons inconsciemment dans une forme de déni qui nous pousse à croire qu’il est possible de fusionner avec l’autre.

Nous conservons alors des comportements fusionnels hérité de l’enfance. L’autre devient alors un objet à notre service qui a pour fonction de nous protéger de la solitude et de l’angoisse existentielle. Et il y a de très fortes choses pour que nous soyons nous-même un objet à son service pour remplir les mêmes fonctions…

Dans cette conception distordue de l’existence, nous ne sommes pas un individu à part entière capable d’évoluer en toute autonomie et l’autre ne l’est guère plus.

Voici quelques unes des pensées révélatrices de la fusion et possiblement de dépendance affective :

  • Croire qu’on peut deviner ce que l’autre pense ou ressent en interprétant ses comportements, ses expressions, ses paroles.
  • Croire que l’autre peut deviner ce qu’on pense ou ressent de la même manière.
  • Croire qu’on est connecté, au-delà des mots.
  • Croire que l’autre devrait adopter un comportement différent puisqu’il sait ce que nous pensons ou ressentons.
  • Croire qu’on doit rendre l’autre heureux et qu’il doit nous rendre heureux.
  • Croire qu’on est complet que grâce à l’autre, qu’on ne fait qu’un et que sans l’autre, il nous manque quelque chose.

Pourquoi vous pourriez ne pas guérir de la dépendance affective ?

Vous pourriez ne pas guérir de la dépendance affective parce que vous allez probablement vouloir à tout prix rester dans votre illusion. Elle est chaude, elle est confortable. Vous allez vous faire croire que c’est si bon d’aimer comme ça ! Que si vous changez vous ne connaitrez plus cette passion, cet amour si fort !

Comme le fumeur se dit que c’est si bon d’inhaler cette fumée qui lui détruit les bronches et qui réduit chaque jour son espérance de vie.

Car c’est ce que vous faites aussi, d’une certaine manière, chaque jour où vous restez dans votre illusion, vous réduisez votre espérance de vie. Je veux dire la vraie vie, celle où on goutte à la liberté et à la force de l’autonomie, celle où on ne subit pas les évènements, où on est acteur de son existence.

Vous pourriez être tenté de vous comporter comme une victime. D’abord victime de l’autre dans la relation. Puis, en approfondissant votre compréhension du problème, victime de la vie, de votre histoire, de vos schémas.

Vous pourriez ne pas guérir de la dépendance affective parce que vous allez vouloir qu’on vous sauve et donc vous ne ferez probablement pas les démarches nécessaires pour changer.

Vous allez sans doute vous faire croire que vous agissez en mettant en place des solutions inefficaces. Vous allez vous constituer un alibi en béton armé dans lequel vous listerez tout ce que vous faites et à quel point vous souffrez de voir que rien ne marche.

A ce sujet, j’ai plusieurs choses à dire. Déjà, dire que ça ne marche pas, c’est peut-être un moyen de ne pas voir les tous petits progrès que vous faites, et ce n’est pas juste. Rendez-vous grâce pour tout ce que vous mettez en œuvre et soyez fier de vos tentatives et de vos progrès, aussi minimes soient-ils.

Ensuite, ce n’est pas parce que ça n’a pas marché que vous n’avez pas eu raison de le faire. Il n’y a pas de baguette magique, c’est à chacun de trouver son chemin. Et pour cela, il faut persévérer. Peu importe ce qui n’a pas marché, ne baissez pas les bras ! Continuez à chercher !

La solution qui marchera dépendra peut-être de tout ce que vous avez mis en œuvre jusque là pour y arriver, vous ne savez pas quelle alchimie est en jeu dans votre cerveau donc ne présupposez de rien. C’est votre chemin et c’est tout.

Je vous donne un petit exemple qui pourrait peut-être vous éclairer. Une personne qui souffrait de dépendance affective dit un jour : « j’ai lu énormément, j’ai fait de la sophro, de la kinésio, de l’EMDR, du reiki, j’essaie de toutes mes forces, rien ne marche, ça me rend folle. »

pexels-anete-lusina-5723267_Je ne critiquerai aucune méthode car chacune peut apporter son lot de bienfaits et chacun doit suivre la voie qui lui convient. Il faut bien voir cependant que certaines méthodes, comme le reiki, consistent en des interventions extérieures où vous n’êtes pas en responsabilité. Vous « recevez » le soin. Vous êtes en position d’attente : c’est l’autre qui doit agir sur vous pour que vous alliez mieux.

De cette manière, vous ne sortez pas de l’illusion de fusion, vous ne développez pas votre compétence à verbaliser, à reprendre la responsabilité de vos émotions, de vos besoins et de votre bien être.

Les outils cités par cette personne peuvent être extraordinaires pour travailler sur certaines manifestations symptomatiques mais ils ont leurs limites. Ils sont un bon moyen de tourner autour du pot pour ne pas aller traiter ce qui pourrait chatouiller ou piquer un peu.

Dans le cas de la dépendance affective, c’est essentiellement l’autonomie qui est en jeu, c’est donc la relation qui doit être abordée, par le langage. Un psychologue, un psychothérapeute, un psychanalyste ou un coach aguerri sont probablement ceux qui ont le plus de chance de vous aider.

Pour conclure

Vous pourriez ne pas vous libérer de la dépendance affective si vous ne prenez pas pleinement conscience de ce qui est en jeu, c’est-à-dire tout ce que je viens de vous exposer :

  1. La fusion et l’amour fusionnel sont des tromperies pour votre cerveau. Il existe d’autres façons d’aimer qui permettent de se sentir tout aussi vivant mais qui ont beaucoup plus à offrir sur le plan de la liberté et de l’autonomie.
  2. La solitude fait partie de l’existence et l’angoisse qu’elle suscite aussi. Tant que vous chercherez à l’éviter plutôt que de l’affronter, vous y serez soumis et vous ne serez pas libre.
  3. Vous avez la responsabilité de votre existence et de votre bien être et c’est par vos actes que vous pourrez atteindre plus de joie, plus de liberté. Si vous ne savez pas comment faire, c’est tout à fait normal et c’est pour cela qu’il est important de ne pas rester seul, mais sans chercher un sauveur.
  4. L’autonomie est relationnelle, c’est dans la relation qu’on peut la réparer. Et quand je dis relation, je ne parle pas d’une relation de couple, je parle bien d’une relation thérapeutique. C’est là aussi que vous pourrez travailler sur les points précédents.

pexels-cottonbro-4101143_

Où que vous en soyez dans votre cheminement vers l’autonomie, tâchez de prendre soin de vous, d’être doux avec vous-même. Accueillez votre propre sensibilité, elle est une vraie force. Vous pouvez vous pardonnez tout ce que vous n’arrivez pas à faire et vous reconnaître votre envie d’avancer.

Vous allez vous en sortir !

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!

annuaire

Membres à découvrir

Fait comme 2567 personnes en rejoignant une communauté en pleine croissance de professionnels du mieux-être humain et de créateurs de contenus inspirants.
En savoir plus ici

Nous recommandons

Plus de recommandations

Top articles

Vous aimerez aussi

Ne manquez rien !

Recevez chaque semaine les dernières publications de nos membres ainsi que des invitations exclusives à nos événements en ligne.

Supportez-nous

Supportez-nous en vous abonnant à nos différents médias sociaux. Merci !