Vous n’êtes pas heureux au travail ?

Citation Vous n’êtes pas heureux au travail ? Reprenez les choses en main et changez cela !

Vous n’êtes pas heureux au travail ? Reprenez les choses en main et changez cela !

Lorsque vous sortez du lit le matin, le simple fait de penser à votre boulot vous déprime ? Sur le chemin vers le travail, votre moral est à la baisse ? Les gens qui vous disent combien ils sont heureux dans leur poste vous rendent jaloux ? Alors, saisissez-vous et changez cela !

Peu importes les raisons qui vous poussent à être malheureux au travail, il vaut beaucoup mieux de les affronter directement. Évidemment, je ne vous recommande pas de tout laisser tomber et changer sur le champ et être irréfléchie, mais je vous conseille de ne pas couvrir la réalité d’un voile et de voir les choses telles qu’elles sont.

Si vous êtes dans cette situation, ce sentiment de déjà-vu, ne soyez pas découragé, car vous n’êtes pas la seule personne à vous sentir ainsi et vous n’êtes pas le premier à passer par là. La bonne nouvelle est qu’il y a moyen de voir les choses différemment.

Prenez le temps de faire la part des choses

Vous êtes dans une mauvaise passe ou il est vraiment temps de partir et changer d’air ?

Les hauts et les bas font partie de la vie, c’est incontournable. Nous avons tous de bons et des moins bons moments. Même dans un emploi de rêve, il arrivera un jour où vous ferez face à ce sentiment.

Pour faire une bonne analyse et avoir une bonne réflexion, tentez de prendre en compte depuis combien de temps que ce sentiment ou cette impression vous habite. Cela est nouveau ou latent depuis des semaines, des mois ? Arrivez-vous à mettre le doigt sur la situation qui a déclenché cet état ? Qu’est-ce qui est arrivé dans votre parcours qui a pu faire naître cette situation ?

Par la suite, posez-vous les questions suivantes : « Est-ce qu’il y a quelque chose que je peux faire pour m’en sortir de façon réaliste ? » « Est-ce qu’il y a quelque chose sur laquelle j’ai un pouvoir de décision et d’action pour remédier à cette situation? ». SI la réponse est oui, ou si vous avez un doute, prenez le temps de voir ce qui se passe réellement et essayer de ne pas mettre votre focus et vos énergies sur ce sentiment qui au final passera.

Si malgré l’exercice, après quelques semaines, vous ne vous sentez toujours pas motivé, envisagez d’autres opportunités ou possibilités. Que cela soit pour des raisons, disons plus personnelles comme le fait de sentir que vous avez une connexion à votre travail, ou encore des raisons professionnelles comme par exemple avoir perdu votre passion pour le travail que vous accomplissez, il est sans doute le moment dans votre vie, d’effectivement faire un changement de cap.

Prenez le temps de cibler ce qui doit changer pour vous rendre réellement et sincèrement heureux.

Vous avez fait l’exercice plus haut et qu’à cela ne tienne : vous êtes toujours démotivé et malheureux. C’est excellent ! Au moins vous savez que ce n’était pas passager et que le problème est plus profond. Le défi est maintenant de savoir ce qui vous rendra vraiment heureux. Croyez-moi cela est plus difficile à réaliser. C’est à ce moment-ci qu’on doit revenir à la base et y aller avec une bonne vieille technique qui a fait ses preuves : une liste écrite avec une colonne pour les avantages de rester et une colonne avec les inconvénients de rester ou d’endurer.  Débutez simplement par jeter sur le papier en rafale toutes les choses que vous savez que vous ne voulez pas ou ne voulez plus dans l’emploi actuel. Ensuite, réfléchissez sérieusement et sincèrement à ce que vous recherchez vraiment.

Soyez précis, spécifique, entrez dans le détail. Par exemple : « Je veux plus d’argent », « je veux plus de vacances », etc. Mais si vous avez le désir de vraiment changer pour le mieux, vous risquez fort probablement d’affirmer des phrases plus positives comme : « je veux plus de reconnaissance », « je veux des collègues respectueux », « je veux pouvoir m’émanciper dans mon travail », etc.  Le vrai bonheur, les vraies bonnes raisons, viennent du cœur, du fond de vous. Ce que vous désirez dans le nouvel emploi est sans doute des choses qui vous donneront plus de satisfaction, pas nécessairement plus d’argent, plus de vacances. On peut demander plus d’autonomie décisionnelle, plus de flexibilité d’horaire pour avoir un meilleur équilibre travail/famille, etc. Chose surprenante, vous réaliserez qu’en vieillissant et en prenant de l’expérience dans la vie, ce qui vous rendra heureux vraiment évolue également dans le temps.

Identifiez le meilleur moyen ou chemin pour réaliser ces changements.

Ce n’est pas parce que vous savez qu’un changement est nécessaire, qu’il doit être fait à l’extérieur de votre travail. Est-ce qu’il y a des changements internes qui pourraient être faits par votre employeur qui vous rendrait heureux si vous lui en parliez ? Est-ce vous avez perdu votre passion pour votre poste, mais vous aimeriez rester dans l’entreprise, mais à un autre poste ? Aimeriez-vous essayer d’occuper de nouvelles fonctions dans la même entreprise ? Avoir des responsabilités nouvelles ? Changer de département ? Bien que certaines entreprises soient plus flexibles que d’autres, n’oubliez jamais la possibilité qu’il existe peut-être une solution à l’interne pour vous. Prenez le temps d’en parler ouvertement et avec bienveillance avec votre patron, vous pourriez rester surpris. Plusieurs entreprises, dans le contexte actuellement de manque de main d’œuvre qualifiée préférera capitaliser sur une personne interne qui a de la volonté et de reste dans l’organisation.

À l’inverse, si votre sentiment vient du fait d’un problème organisationnel de l’entreprise, de culture ou de gestion, vous n’aurez peut-être pas le choix de considérer à aller à l’extérieur de l’organisation pour un autre employeur.

Vous avez fait l’exercice et vous avez finalement pris la décision de partir ? Gardez le tout pour vous !

Je le sais, cela peut soulager beaucoup de faire-part de votre décision à vos collègues proches et cela est fort tentant. Pour dire vrai, quand on prend la décision qu’on finira par partir, on sent une énergie nouvelle, un regain d’énergie et le premier réflexe est de vouloir partager cette joie. Ne laissez pas cette euphorie vous emporter et devenir impulsif, car vous allez réduire à néant vos efforts précédents. Car une autre vérité est que passer à autre chose professionnellement demande souvent plus de temps que prévu et les changements internes dans une entreprise peuvent jouer en votre faveur, en supprimant par exemple le gestionnaire qui vous rendait malheureux. Tout peut arriver, vous pourriez même changer d’idée en allant voir si le gazon d’à côté est plus vert que le vôtre ! Respectez votre employeur et vous-même en faisant preuve de retenue et de bienveillance, surtout en évitant les commérages, car on ne se sait jamais ce dont est fait l’avenir.

Le grand secret est de savoir garder les choses en perspective !

Aucun, vraiment aucune, entreprise est sans défauts et sans problèmes. Peu importe à quel point vous aimez ou non ce que vous faites dans l’entreprise pour laquelle vous travaillez, soyez reconnaissant : vous êtes en vie, vous avez un travail, un toit. Si c’est le travail que vous aimez et que vous désirez le garder, c’est parfait ! Sinon, vous avez toujours en vous le plein pouvoir et les moyens d’agir pour améliorer votre situation.

Yannick Pagé

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!

annuaire

Membres à découvrir

Fait comme 2567 personnes en rejoignant une communauté en pleine croissance de professionnels du mieux-être humain et de créateurs de contenus inspirants.
En savoir plus ici

Nous recommandons

Plus de recommandations

Top articles

Vous aimerez aussi

Ne manquez rien !

Recevez chaque semaine les dernières publications de nos membres ainsi que des invitations exclusives à nos événements en ligne.

Supportez-nous

Supportez-nous en vous abonnant à nos différents médias sociaux. Merci !