Comment demander de l'aide quand on est victime d'un pervers narcissique ?

Citation Oser demander de l’aide quand on est victime d’un pervers narcissique ou de violences

Oser demander de l’aide quand on est victime d’un pervers narcissique ou de violences

Comment demander de l’aide quand on est victime d’un pervers narcissique ? Pourquoi faut-il insister dans sa demande d’aide après sa rupture avec un homme – ou une femme – pervers narcissique ou des violences physiques ou psychologiques ?

Dans mes nombreux articles et vidéos traitant de relations violentes et toxiques avec un homme pervers narcissique, ou une femme perverse narcissique, je parle souvent de l’importance de demander de l’aide. Quand nous somme coincé dans un cycle de violence domestique – psychologique ou physique – il ne faut pas hésiter de parler à son entourage, d’aller frapper à la porte d’associations près de chez soi, d’aller porter plainte dans un commissariat ou une gendarmerie, d’aller voir un avocat et de vous faire aider par des professionnels de coaching pour tenir dans cette épreuve. Il faut oser insister pour avoir de l’aide. C’est un sujet très important dont on parle dans cette vidéo.

Naturellement, demander de l’aide quand vous êtes victime d’une personne – homme ou femme – perverse narcissique ou violente est toujours un moment qui est difficile, une épreuve, ou vous allez devoir sortir du sentiment de culpabilité et de honte, même si vous n’êtes pas responsable.

Si quelqu’un vous frappe et vous maltraite, ce n’est pas de votre « faute ». Et malgré votre courage, malgré cette mobilisation qui va donc beaucoup vous coûter, vous pouvez vous heurter à l’incompréhension de vos amis.


📌 Lire aussi : L’impact choquant de l’abus narcissique sur la santé et le cerveau


Insister pour recevoir de l’aide !

Vous pouvez être entendu d’une oreille distraite par un professionnel de santé. Vous pouvez avoir un refus de plaintes dans une gendarmerie ou dans un commissariat, un classement sans suite de votre plainte et ainsi cela va représenter une épreuve supplémentaire, qui peut même vous donner l’impression que ce que vous avez vécu finalement n’a pas d’importance, ne mérite pas de la considération et que vous ne vous en sortirez jamais.

Alors, certaines de ces situations ne sont pas légales, dans le sens où certains professionnels ne respectent pas leurs obligations et la législation. C’est le cas des refus de plainte. Je rappelle qu’un classement sans suite ne veut pas dire que vous n’avez pas d’autre recours juridique c’est un premier examen simplement de votre première action.

Certaines de ces situations ne sont pas professionnelles, évidemment, par exemple lorsqu’un  avocat ou tout autre professionnel ne respecte pas les délais qu’il vous a fixés, ne vous rappelle pas, ne vous répond pas alors qu’il s’était engagé à le faire lorsqu’il vous a demandé une provision. Il peut aussi arriver que vous passiez la porte d’une association et qu’une personne vous écoute d’une oreille distraite ou totalement indifférente.

Comment surmonter les obstacles dans sa demande d’aide ?

Cela peut arriver dans un parcours et j’ai envie de commencer par vous rappeler un proverbe malgache « un seul arbre ne fait pas une forêt » . Une personne incompétente ou non impliquée n’est pas représentative de toute une profession ou de toutes les personnes en général. C’est donc pour toutes ces raisons que j’ai envie de vous donner quatre conseils importants pour arriver à surmonter ces premières épreuves.

Regarder la situation dans son ensemble.

Mon premier conseil est de bien regarder la situation dans son ensemble et d’examiner les refus dans leurs aspects factuels et objectifs.

Certaines  « non-écoutes » pourrait-on dire, c’est-à-dire les moments où ce que vous avez dit n’a pas été entendu à sa juste valeur, et qui ont fait que, certaines de vos actions, n’ont pas eu les résultats que vous auriez attendu, émanent de personnes  qui n’ont peut-être pas été formées suffisamment, n’ont pas la compétence adéquate ou ne remplissent pas leurs obligations comme elles le devraient parce qu’elles sont devenues blasées ou qu’elles s’en foutent.

Et ce n’est pas parce que vous allez perdre une bataille que vous allez perdre la guerre. Dans le prolongement du proverbe malgache dont je vous ai parlé tout à l’heure.

Il faut bien avoir cet objectif en tête, que la violence n’est pas acceptable, qu’elle n’est pas tolérable et que vous méritez mieux. Ainsi, si vous avez à un moment donné un obstacle qui se présente, regardez l’ensemble de la situation objectivement et ce vers quoi vous voulez aller. Le but est de vous en sortir, de façon à ne pas vous laisser détourner de votre objectif.

Si donc un professionnel ne fait pas son travail, pour une raison qui est indépendante de vous, vous devez prendre sur vous, même si ce n’est pas facile je le sais bien, pour aller vers d’autres professionnels qui eux vont pouvoir vous épauler dans leur spécificité professionnelle et vous permettre d’avancer. Mais ne perdez pas cette dynamique de la décision que vous avez prise de vous en sortir. Bien sûr c’est difficile de prendre sur vous pour recommencer une nouvelle action, mais c’est encore plus difficile de se laisser engluer et étouffer par une situation au quotidien.

Certaines situations ne peuvent pas se résoudre du jour au lendemain. Les procédures prennent du temps, il faut du temps aussi pour trouver un nouvel appartement, pour trouver une nouvelle organisation. Mais ce qui compte, c’est d’amorcer, pas à pas, le changement définitif, et c’est une des raisons pour lesquelles, j’ai créé des formations pour réussir à quitter définitivement une personne violente ou perverse narcissique, un homme ou une femme dans la spécificité de
chaque situation, qui vous  indique précisément dans le premier module tout le panel de personnes auxquelles vous pouvez vous adresser de façon à être totalement épaulée, vers qui vous tourner dans des situations spécifiques, et également quels sites Internet officiels et sérieux consulter, vers quelles administrations vous diriger pour trouver les informations valables, compétentes et sûres.

Ce préserver émotionnellement dans sa demande d’aide.

Deuxième conseil pour oser insister, c’est celui de persévérer dans ces demandes et ces requêtes, et d’examiner, d’identifier les causes de non-réponse. Donc, ne présupposez pas que ces refus sont liés à vous personnellement, ne prenez pas nécessairement ça pour vous. Le fait de ne pas faire de suppositions renvoie par exemple au troisième accord toltèque que donne Miguel Ruiz parce que vous ne savez pas ce qui se passe vraiment derrière un refus.

Et cela s’appuie également sur le deuxième accord toltèque, sur le fait de ne pas en faire une affaire personnelle. Bien sûr, vous allez me dire : mais Agnès comment ne pas faire une affaire personnelle de quelque chose de si intime, de si douloureux ?

La situation que vous vivez vous est personnelle, mais le refus qu’il y a en face, peut être dû à un manque de compétence, peut être dû  à un problème de service dans l’organisation, peut être du à un problème de santé que vit votre interlocuteur, peut être dû à un événement qui touche la personne qui est en face de vous et qui va faire qu’il va y avoir un dysfonctionnement dans son écoute professionnelle.

Lorsque vous envoyez un message, il peut y avoir aussi un problème technique, un problème de dysfonctionnement donc qui fait que tout simplement, votre message n’est pas arrivé. Ainsi, n’hésitez pas à réécrire et à demander soit un nouvel entretien, soit un nouveau rendez-vous, soit des explications, en restant factuel et en posant des questions.

Dans le cadre d’une sortie de violence, on est sur une course de longue durée et pas sur un sprint. Il est donc très important, lorsque vous avez une fin de non-recevoir, quelque chose qui ne fonctionne
pas, de vous dire qu’il ne s’agit que d’une étape et que vous allez poursuivre. Continuer. Un pas après l’autre. Et encore, un pas après l’autre.

Dans le cadre d’une libération de violences et suite à une rupture avec un pervers narcissique, on est sur une course longue durée. Gardez vraiment ça en tête. Il ne s’agit pas d’un sprint, il ne s’agit pas de brûler tout son carburant, mais de savoir que, bien sûr, il y aura des moments ou vos actions ne vont pas aboutir pour l’instant.

Mais ce sont aussi des graines que vous vous plantez et qui, à un moment donné, vont pouvoir germer, par exemple lorsque vous enclenchez différentes actions, différents courriers pour expliquer votre situation. Il est possible qu’on ne vous réponde pas, que rien ne bouge. La réponse peut être plus longue que prévu ou il n’y aura pas de réponse du tout, pour tel ou tel courrier, ou après tel ou tel entretien.

Mais à un moment donné vos efforts nécessairement vont payer. Vous allez trouver la bonne écoute et la première personne qui va vraiment appuyer vos actions puis d’autres personnes qui vont aussi
faire leur part avec leur travail et leur engagement à vos côtés.

Toujours vous ancrer dans votre pourquoi, la raison.

En fait ce qui vous motive profondément et ce qui va faire que vous allez avoir en
tête cet objectif toujours pour avoir enfin la vie que vous voulez, retourner la situation à votre avantage, faire de l’épreuve, que vous traversez une force pour votre avenir, tant sur le plan personnel que sur le plan professionnel. Puisque sortir de violence implique de mobiliser des capacités et des qualités fortes en vous qui vous serviront par la suite et qui vous amèneront aussi à ne pas refaire les mêmes erreurs.

Mettre en place les bonnes actions et les organiser.

C’est-à-dire mettre par écrit les différentes étapes que vous voyez pour votre libération
et voir vers qui vous allez devoir vous tourner, combien de temps ça va prendre, ce que vous allez faire pendant ce temps-là, sur les différents aspects personnel et professionnel. Et donc cette vision d’ensemble structurée va vous permettre de dépasser les refus occasionnels et donc d’oser insister, d’oser continuer pour la vie que vous voulez, et que vous méritez.


🎁 Ebook gratuit : Guide des stratégies d’urgence pour quitter un homme pervers narcissique et/ou violent


Merci de m’encourager dans ma mission en vous abonnant à ma chaine YouTube ou ma page Facebook sur lesquelles je vous partage plus de conseils. Pensez à liker aussi, c’est important pour le développement de ma chaine.

Agnès de Reulle
Coach, Experte en libération des violences conjugales et familiales

Articles recommandés :

Ne manquez rien !

Recevez chaque semaine les dernières publications de nos membres ainsi que des invitations exclusives à nos événements en ligne.

Formation recommandée

Plus de recommandations

Membres à découvrir

Fait comme 2706 personnes en rejoignant une communauté en pleine croissance de professionnels du mieux-être humain et de créateurs de contenus inspirants.
En savoir plus ici