Comment pardonner avec l'écriture thérapeutique ?

Citation L’écriture thérapeutique pour pardonner à soi-même et aux autres

L’écriture thérapeutique pour pardonner à soi-même et aux autres

Comment l’écriture thérapeutique permet-elle de se pardonner à soi-même et aux autres ? Il y a les pardons simples et les pardons compliqués. Il y a les lettres d’amour et les lettres du pardon. Pardonner à soi-même et aux autres quand on a été blessé peut-être difficile. Tout le monde n’est pas prêt à accepter de pardonner parfois l’impardonnable.

Pourtant, nous en sommes tous capables car nous avons tous cette résilience en nous qui nous aide à nous reconstruire après l’irréparable. Le pardon reste une libération qui nous permettra d’aller vers l’avant après avoir eu mal. L’écriture demeure un moyen authentique pour nous accompagner vers le chemin du pardon.

Écrire pour pardonner à soi-même et aux autres va nous guider vers le chemin de la sincérité en nous aidant à tourner la page tout en étant dans un processus de reconstruction émotionnelle de soi.

Quand l’écriture thérapeutique devient une ressource pour faire de notre vie un terreau de lumière et d’horizon pour se pardonner nos erreurs, nos actes manqués, nos virages ratés, nos blessures. Quand écrire nous permet également d’offrir notre pardon à ceux qui nous ont blessé. Le verbe pardonner signifie « donner complètement, remettre, du latin per et donare. » L’écriture touche ce don du pardon en revenant à la vérité de nous-même. Il y a ces pardons de vie comme une simplicité et ces pardons extraordinaires qu’il va falloir trouver au cœur de nous-même quand nous avons été tellement bouleversés, blessés, anéantis.

En quoi l’acte d’écrire va-t-il nous aider à comprendre la nécessité du pardon dans notre vie ?Comment pardonner à soi-même et aux autres grâce à l’écriture thérapeutique quand on a été blessé ?

L’écriture du pardon à soi avant de pardonner aux autres.

Écrire pour pardonner à soi-même et aux autres est une porte ouverte au cœur de la vie, au centre de notre présence unique et du lien essentiel que nous pouvons créer avec nous-même et avec les autres.

Il y a les mots et les paroles qui témoignent de nos excuses. Il y a les pardons que nous acceptons spontanément de faire et les pardons que nous recevrons des autres dans certaines situations. Mais il y a ces pardons silencieux que nous portons comme de lourdes responsabilités. Ces pardons qui sont des blessures du silence que nous gardons au fond de nous et que nous n’arrivons pas à libérer. Mais le pardon ne veut pas dire que vous devez rester dans une situation qui ne vous correspond plus. Le pardon amène des choix de vie. Il vous aidera à quitter des relations, ou des environnements qui vous ont déstabilisés et fait du mal.


📌 À lire aussi : Les blessures du silence touchent l’âme de nos enfants


L’écriture du pardon à soi avant de pardonner aux autres est la première étape. En effet, si nous ne nous pardons pas en premier nos erreurs, comment pouvons-nous pardonner aux autres. C’est comme l’amour.

Ne dit-on pas qu’il faut tout d’abord s’aimer avant d’aimer les autres. SI nous n’arrivons pas à nous aimer, à être dans une estime de soi à sa juste valeur, n’y a-t-il pas ce risque de reprocher à l’autre son manque d’amour ?

C’est la même chose pour le pardon. Si nous n’arrivons pas à pardonner certaines choses c’est que nous n’avons pas fait ce chemin du pardon à soi-même. Soit nous pardonnons, soit nous restons dans une honte à soi.

Et derrière cela se cache tout le poids des responsabilités propres à chacun. Parfois, lorsque nous ne pardonnons pas c’est que nous laissons à l’autre tout le poids de la responsabilité de la situation. Mais force est de constater que les responsabilités de la vie appartiennent à chaque personne qui sont dans la relation. Se pardonner ne veut pas dire se faire des reproches. C’est s’octroyer un acte de bienveillance envers soi.

Je vous propose pour cela une liste de pardons à soi à écrire sur un journal intime par exemple ou sur un simple petit carnet d’écriture.

Cet acte d’écrire constitue en lui-même une autothérapie bienfaisante et génératrice de positivité. En effet, lorsque nous avons du mal à nous pardonner, à être dans cette réconciliation authentique c’est que nous avons des peurs liées à nos fragilités qui nous ont laissé dans des relations parfois toxiques.

Aller vers nos auto pardons, c’est se regarder sincèrement dans nos erreurs commises, dans le mal que nous avons aussi fait. Il est important d’être compatissant avec soi-même.

  1. Je me pardonne de t’avoir fait mal.
  2. Je me pardonne de t’avoir menti.
  3. Je me pardonne de t’avoir trahi.
  4. Je me pardonne de te laisser seul.
  5. Je me pardonne d’avoir échoué
  6. Je me pardonne d’avoir fait ce choix.
  7. Je me pardonne de t’avoir fait pleuré.

Voici une liste de pardons à soi-même à écrire quand vous vous êtes retrouvés dans une situation de tristesse, de souffrance, de chagrin. La vie n’est pas un tribunal ou une fatalité ou vous devez vous jugez. Elle est un mouvement sans cesse sur lequel chacun oeuvre comme il le peut.

Parfois, les épreuves de le vie nous retranche dans une solitude si forte après une rupture douloureuse, un deuil. Nous avons alors cette tendance à nous auto juger, nous auto flageller encore plus pour nous briser davantage.


📌 À lire aussi : Comment surmonter un deuil périnatal ?


Passer par l’écriture thérapie pour noter ces pardons de la vie va vous aider à dépasser ces épreuves, à être au cœur de votre puissante résilience en regardant et en intégrant ce que vous avez vécu.

  1. Je me pardonne d’avoir connu cette séparation.
  2. Je me pardonne d’avoir vécu cette mort.
  3. Je me pardonne d’avoir été trompée.
  4. Je me pardonne d’avoir été frappée.
  5. Je me pardonne de ne pas avoir fait le choix de partir.

Autant de pardons que vous pourrez trouver en fonction de votre parcours personnel. Le fait décrire ces pardons nous aident à faire cette introspection et à réaliser que nous avons cette responsabilité indéniable dans le processus du pardon à adresser à l’autre. Vous entrez alors dans une réconciliation intime essentielle pour avancer vers la suite.

L’écriture témoigne du présent mais elle respire le mouvement propre à chacun pour le sens du pardon dans notre vie. En effet, les pardons écrits sur le journal thérapie d’une date ne correspondront pas à ceux que vous écrirez dans quelques semaines.

Le journal du pardon

Libérez-vous grâce au journal du pardon. Ce journal du pardon ouvre la voie de notre intimité, de notre connaissance de soi, de ce que nous sommes en capacité d’accepter, d’intégrer et de ce que nous sommes dans l’incapacité de prendre à charge éternellement dans votre vie.

Notez les pardons à vous-même puis vous serez alors prêts à pardonner à l’autre, même l’impardonnable. Ne gardez pas vos regrets, vos remords. Agissez dans cette libération de l’âme sans considérer le pardon comme une faiblesse, ou une courbure de votre échine.

Le pardon est profondément humain. Il peut aller de soi pour certains et pour d’autres être une véritable corvée. L’écriture a cette faculté de nous laisser l’expression libre en secret ou en communication si nous faisons lire notre écrit.

Blaise Cendrars a dit : « Je ne trempe pas ma plume dans un encrier mais dans la vie. »

Comment se pardonner d’avoir fait mal grâce à l’écriture thérapeutique ? Comment pardonner en écrivant à ceux qui nous ont fait souffrir ? Le journal du pardon est un moyen de pardonner à son cœur ses profonds bouleversements mais aussi une voie d’expression pour témoigner à celui ou celle qui nous a blessé votre au -revoir, pour tourner la page. Pour comprendre le pardon, il est nécessaire de comprendre que 7 étapes seront nécessaires à accueillir en soi.

Les 7 étapes du pardon

Dans le pardon à soi-même et aux autres, il faut tout d’abord comprendre qu’il y a des étapes à passer pour l’envisager puis l’intégrer et enfin l’exprimer. Le pardon peut être considéré comme un acte de courage ou de faiblesse. Faire le choix de se venger ou de pardonner montre que nous ne sommes pas tous égaux face au pardon. Il y a donc nécessité de comprendre que le déclencheur à la mise en place de cet acte authentique du pardon pour soi-même et pour les autres va être la décision de ne plus souffrir. Voici les étapes du pardon :

  1. La distance : lorsque vous subissez une souffrance physique ou psychique, éloignez-vous de cette violence pour vous-même.
  2. La reconnaissance : lorsque vous avez été blessé, reconnaissez cette blessure et identifiez l’autre comme coupable. L’oubli n’est pas une réponse. Le passé ne s’efface pas, il s’intègre. Cela vous détache de la culpabilité qui appartient à l’autre et vous renouez avec vous-même.
  3. L’innocence : se pardonner en acceptant les responsabilités ne veut pas dire que vous êtes aussi coupable. Apprenez à vous détacher de cette image idéale de vous-même. Vous êtes humain et rien ne peut empêcher le mouvement de la vie. Pardonnez-vous à ce moment-là peut être une nécessité incontournable pour continuer à vivre.
  4. Les émotions : Exprimer votre palette des émotions : la colère, la tristesse autant d’expressions importantes. La pudeur émotionnelle peut vous rendre encore plus fragile. Taire ses émotions c’est taire son âme.
  5. L’acceptation : quand on a souffert atrocement par exemple à la suite d’un deuil causé par une tierce personne, ou bien quand on a subi des violences psychologiques, il est un moment où la phase d’acceptation est inévitable pour avancer. La phase d’acceptation passe par la nécessité de se mettre à la place du bourreau, de l’agresseur, de la personne qui a causé le mal et vous a blessé. En acceptant, on a compris les raisons à cet acte. Comprendre et pardonner ne veut pas dire l’excuser mais cela veut dire que vous avez l’intelligence de reconnaître ses faiblesses, ses troubles.
  6. Le temps : Il faut prendre son temps pour être prêt à pardonner. Car pardonner trop vite serait un leurre et une erreur. Le temps guérit le cœur. Le pardon envers soi-même et envers les autres a besoin de temps pour être intégrer en conscience.
  7. Le renaissance : Quand on est prêt à pardonner alors c’est la phase de la renaissance. On revient à la vie. On est dans le courage, la force de tourner la page. Avec le pardon, on agrandit notre espace du cœur et on est sur le chemin de la libération. On a dépassé le stade du pardon.

Nous sommes bien d’accord que ces 7 étapes du pardon ne sont pas aisées pour tout le monde. Il y a néanmoins une chose que vous pouvez faire et qui vous réconciliera avec le pardon à soi-même et avec les autres : il s’agit d’écrire la lettre du pardon.

La lettre du pardon

La lettre du pardon est une écriture vivante et très thérapeutique pour se libérer de l’emprise de la souffrance vis-à-vis de soi-même et de quelqu’un.

En effet, écrire une lettre du pardon revient à poser les mots sur une douleur. Cela vient apaiser notre chagrin et notre colère aussi. Cette lettre du pardon peut se faire à n’importe quel moment du processus des 7 étapes du pardon. Vous le sentirez et si vous avez besoin d’aide, je peux vous y aider grâce à mon accompagnement en écriture thérapeutique.

L’écriture d’une lettre du pardon est une thérapie salvatrice. Voici comment procéder :

  1. Préparer l’espace pour l’écriture de cette lettre : installez-vous confortablement à une table. Mettez une bougie à côté de vous. Vous pouvez rajouter des pierres telles que le quartz rose. C’est la pierre de l’amour inconditionnel et du pardon. Le quartz rose est une pierre de guérison des traumatismes émotionnels.
  2. Prenez votre journal intime ou un simple cahier d’écriture ou une feuille et un crayon.
  3. Notez la date et adressez cette lettre soit à vous-même soit à la personne à qui vous souhaitez pardonner : « Cher (mettre le prénom de la personne).
  4. Puis écrivez tout ce que vous souhaitez écrire. Ne cherchez pas à vous relire ou à organiser cette lettre du pardon. La lettre du pardon doit être un espace de liberté et de confession entière et authentique.

Quelques conseils plus précis pour une lettre du pardon en cas de rupture amoureuse ou amicale ou familiale : il est important en écrivant cette lettre du pardon de penser au positif du lien, tous les souvenirs heureux que vous avez pu avoir. Le pardon est un allié du bonheur. Et même si vous avez souffert et qu’il est encore compliqué pour vous de pardonner à ceux qui vous ont blessé, l’existence de cette relation n’est pas à renier dans sa globalité.

  1. Une fois cette lettre du pardon écrite, vous pouvez soit la garder dans votre journal intime, soit la donner à la personne à qui vous l’adressez ou l’envoyez.

L’écriture contribue à ce mouvement du pardon. Une fois cette lettre rédigée, vous aurez cette impression de vous être débarrassé d’un lourd fardeau. Votre rancœur, vos ressentiments, la prise du recul grâce à l’écriture thérapie vont se transformer et vont vous guider vers une autre écriture de l’histoire.

Le pardon est une décision. Il n’efface pas le passé mais il ouvre vers un ailleurs, un futur autre qui vous lâchera de cette emprise. N’oubliez jamais que chaque homme, chaque femme qui doit pardonner à quelqu’un ou qui doit se faire pardonner est un être humain dont l’histoire devait résonner avec vous.

Le pardon est un lien entre les hommes.

Certains devront pardonner l’impardonnable, d’autres devront apprendre à pardonner pour construire leur relation et d’autres ont ce pardon facile qui les fait s’oublier eux-mêmes. Le pardon est un véritable apprentissage de la vie. Il fait partie du développement personnel. Il peut parfois nous sauver la vie.

Pardonner c’est regarder l’autre sans haine. C’est rester dans son amour propre essentiel pour grandir et aller vers le lendemain sans se sentir prisonnier à vie de quelqu’un. L’écriture est alors une aide précieuse qui saura vous écouter et vous prendre la main.

Et si vous ne pouvez écrire, exprimez-vous, dîtes. La parole est aussi un moyen immense pour s’accomplir.

Dans le film  » Designé coupable », nous sommes témoins de la parole d’un homme capturé par le gouvernement américain, Mohamedou Ould Slahi détenu depuis des années à Guantánamo, sans jugement ni inculpation. À bout de forces, il se découvre deux alliées inattendues : l’avocate Nancy Hollander et sa collaboratrice Teri Duncan. Avec ténacité, les deux femmes vont affronter l’implacable système au nom d’une justice équitable. Leur plaidoyer polémique, ainsi que les preuves découvertes par le redoutable procureur militaire, le lieutenant-colonel Stuart Couch, finiront par démasquer une conspiration aussi vaste que scandaleuse. Nous assistons alors aux paroles de cet homme qui fait état du pardon. Nous sommes subjugués par sa philosophie et son humanité;  Sa capacité à pardonner les gens, à se mettre à la place de l’autre malgré le cauchemar qu’il a traversé.

Je vous souhaite à tous les pardons de colère, les pardons de tristesse, les pardons d’amour en écrivant votre histoire. Chaque personne est unique face au pardon et elle mérite de la raconter aussi pour témoigner de son cheminement personnel.

Besoin d’aide avec l’écriture du pardon ? Je propose des accompagnements d’écriture thérapie pour vous aider dans le processus pour se pardonner à soi et aux autres : Découvrez ici mon atelier d’écriture thérapeutique.

Nelly
Auteure et coach en écriture thérapeutique

Pour aller plus loin avec le pardon :

Ne manquez rien !

Recevez chaque semaine les dernières publications de nos membres ainsi que des invitations exclusives à nos événements en ligne.

Formation recommandée

Plus de recommandations

Membres à découvrir

Fait comme 2706 personnes en rejoignant une communauté en pleine croissance de professionnels du mieux-être humain et de créateurs de contenus inspirants.
En savoir plus ici