Les rêves brisés de nos enfants

Citation Ne brisons pas les rêves de nos enfants

Ne brisons pas les rêves de nos enfants

L’enfant est un être d’émerveillement constant. En effet, ils ont cette capacité à créer des espaces enchanteurs riches et essentiels pour leur croissance. Si nous brisons les rêves de nos enfants, nous les empêchons de s’épanouir, nous les bloquons dans leur développement personnel.

Quelles sont ces situations que nous générons parfois maladroitement en tant que parents et qui assèchent le cœur rêveur de l’enfant ? Quels sont ces mots à ne pas dire pour briser les ailes du rêve de votre enfant ?

Que se passe t ’il dans le cerveau d’un enfant quand il rêve ? Pourquoi l’imaginaire est-il une ressource de vie incontournable pour mieux grandir ?

Le top des maladresses des parents qui brisent les rêves de vos enfants.

Être parent n’est pas facile. Le guide parfait de l’éducation parentale n’existe pas en soi car nous sommes tout le temps en apprentissage avec nos enfants. Ce que nous réaliserons avec un premier enfant ne sera pas forcément le parfait miroir avec le deuxième par exemple. Tout simplement parce que chaque enfant est unique et montre des besoins différents.

Chaque enfant naît avec un bagage émotionnel et il le démontrera à sa façon de telle sorte à vous faire réagir. Certains enfants seront plus « simples » que d’autres dans le sens où ils ne vous bousculeront pas forcément intérieurement. Mais d’autres viendront nous chercher dans nos profondeurs, nos limites humaines. Un enfant avant de s’incarner vous a choisi dans votre énergie. Cette énergie qui pourra l’aider à se guérir lui-même et vous aussi. C’est ce qu’on appelle également la dette karmique familiale.

Par conséquent, il arrivera que notre lien avec notre enfant soit compliqué. Et c’est là que parfois nous sommes maladroits, voir même « méchants » avec nos enfants.

Nos blessures appuyées, révélées par nos enfants pour nous faire inconsciemment réagir réveillent en nous des comportements hostiles et pouvant être contre notre enfant, et antinomique à son développement intérieur et extérieur. Notre enfant vient communiquer avec notre enfant intérieur ; celui qui a eu mal, celui qui a été blessé intérieurement. Il nous blesse et crée en nous des comportements qui vont parfois par la force des choses, venir briser leurs rêves alors qu’au fond de nous ce n’est pas ce que nous voulons générer chez nos enfants.

Top 7 des rêves détruits :

1. Un enfant qui rêve d’être médecin, d’être un artiste reconnu, un astronaute, un grand sportif…

Si vous ne croyez pas en leurs capacités et si vous leur dîtes qu’ils n’y arriveront jamais car c’est trop dur, trop long, inaccessible, que ce rêve n’appartient qu’à une partie de personnes, vous éteignez leur confiance et leur rêve s’envole en fumée.

Un enfant qui se projette dans l’avenir construit en même temps des compétences essentielles. Il met une intention très forte dans son cœur pour pouvoir devenir ce qu’il a envie d’être.

2. Un enfant qui n’a pas réussi à l’école, qui a fait une bêtise.

Vous le punissez en lui disant qu’il n’aura pas droit à un câlin, un bisou, un je t’aime. Vous noircissez leur rêve d’amour avec l’autre. Vous leur envoyez le message que l’amour se mérite, qu’il se mendie. Alors que l’amour est une relation vivante qui n’a rien à voir avec une récompense.

3. Un enfant qui fait une liste de cadeaux pour Noël

En cette période de fêtes, les enfants ont des rêves plein le cœur, et combien sommes-nous de parents à leur dire que s’ils n’ont pas été sages, ils n’auront pas tous les cadeaux qu’ils espèrent.

Le rêve d’avoir des jouets plus que d’habitude et qu’un père Noël viendrait leur apporter, fait partie d’un imaginaire profond relevant de beaucoup de croyances dont nous sommes responsables en tant que parents. C’est donc à nous de doser cette attente de Noël et d’y mettre les bonnes intentions.

4. Un enfant qui dessine ses rêves

Un enfant a un pouvoir créateur énorme. Il exprimera ses émotions, sa vision du monde, son ressenti, sa sensibilité face à son environnement dans ses dessins quand il sera petit. Alors s’il dessine un soleil vert, ne lui dîtes surtout pas que ça n’existe pas. Faîtes une différence entre la réalité que vous pouvez lui expliquer en lui montrant de vraies photos du soleil et en mettant en parallèle un artiste qui a peint un soleil d’une autre couleur.

La créativité est en lien étroit avec nos rêves intimes et il ne faut pas les détruire.

5. Un enfant qui veut sauver le monde

Chaque enfant a des idées pour protéger le monde, sauver les animaux qui disparaissent, créer des choses technologiques pour améliorer notre vie.

En tant que parents, il nous arrivera de casser ses rêves d’enfant en parlant du monde comme une fin à venir. Dire que tous ces rêves ne servent à rien c’est détruire leur vision utopique du monde. En enfermant les enfants dans la dystopie qui est le contraire d’utopie, nous brisons leurs rêves de visionnaires du monde.

Écoutons leurs visions, leurs perceptions en étant en pleine présence avec eux. Encourageons leurs actions pour sauver le monde et faire de celui-ci une version plus proche de leur amour, de leurs rêves. Cette version de l’amour est essentielle pour le développement de leur sentiment d’appartenance à l’environnement, à la terre.

6. Un enfant est unique dans ses rêves

Chaque enfant nait dans sa différence. Qu’il soit handicapé, hypersensible, ces différences physiques apparentes ou non font de lui un être sensitif relié à ses rêves d’évolution pour devenir un adulte. Cette perspective est inscrite en lui et nous ne devons pas l’empêcher de changer au fil du temps.

Par exemple si un enfant a un physique caractéristique dans l’enfance, cela ne veut pas dire qu’il restera ainsi. En effet, si un enfant est gros ou petit avec ce qu’on pourrait qualifier dans notre jargon un défaut cela ne veut pas dire qu’il restera tel quel.

Mais ce sera le cas si vous brisez son rêve intérieur de changement. Plus vous répéterez à un enfant qu’il est gros et que c’est une problématique pour sa vie, qu’il n’arrivera pas à faire ceci ou cela à cause de son obésité plus vous programmerez en lui une certitude qui réduira ses capacités à pouvoir changer ce qui pose un problème aux yeux des autres et pas forcément pour lui.

Dire à son enfant qu’il est gros, vous mettez un focus sur ce mal-être et inconsciemment vous enregistrez en lui que rien ne pourra le faire changer. La programmation a été faite dans le cerveau et n’encourage pas à la transformation. Laissez la différence être et permettez à l’enfant de trouver ses propres ressources pour atteindre ses rêves de changement.

7. Un enfant écrit ses rêves

Un enfant écrit dès le plus jeune âge. Ses hiéroglyphes de 3 ans vont évoluer pour devenir des mots plus tard. L’entrée dans l’écrit ne se fait pas uniquement dans la transcription claire d’une phrase parfaitement tournée.

Un enfant est dans l’écriture très tôt à partir du moment où il reproduit des signes, met des lettres juxtaposées. Dans son esprit de rêveur, il dit quelque chose. Il écrit un message. Ne lui dîtes surtout pas que cela ne veut rien dire. Car au travers de cet écrit qui pour vous n’a pas de sens, l’enfant exprime son émotion, il raconte une histoire imaginaire. Il laisse une empreinte écrite. Car il sait au fond de lui que l’écriture est un moyen d’exprimer son intériorité, son espace sensible.

L’écriture est une guérisseuse de l’âme. Les enfants l’ont bien compris car très souvent quand ils entrent dans un dessin avec de l’écrit, ils créent leur intimité en l’exprimant et témoignent de leurs blessures silencieuses.

Et même plus tard si un enfant écrit des phrases qui vous sembleront sans queue ni tête, laissez-leur cette possibilité de passer par ces différentes étapes d’écriture. Cette première étape leur appartient intimement et leur parle personnellement. Il guérisse leurs propres interrogations, leurs blessures par l’écrit. L’écrit est une sorte de miroir dans ce cas-là.

Puis viendra l’instant où ils ressentiront l’écriture de leurs rêves comme un voyage intime et tellement vivant pour atteindre leurs objectifs. Ils apprendront à l’école à écrire de différentes façons, mais s’ils entretiennent cet espace créateur d’écriture, ils resteront connectés à leur âme, à leur écriture personnelle.

Laissons- les écrire, raconter leur rêve aussi par l’écriture et même si nous ne décodons pas tout le cœur de leur âme. Un enfant rêveur est un enfant qui se développe normalement. En effet, le rêve a un pouvoir sur le cerveau de l’enfant.

Le cerveau des enfants rêveurs

Pour mettre en parallèle le rôle des rêves, je vais juste vous expliquer ce qu’il se passe dans le cerveau d’une personne qui rêve.

Les neurosciences tentent d’élucider ce mystère du cerveau pendant le sommeil d’un rêveur. Dans la nuit, le cerveau est censé être au repos mais les scientifiques ont démontré que les régions sensorielles sont en forte activité. Ce sont elles qui créent le chemin vers nos rêves nocturnes. Les émotions, les images créées par le cerveau, la mémoire, se retrouvent reliées à ce moment précis et vont emmener l’individu dans un rêve.

Si on met en parallèle cela à ce qui se déroule dans le cerveau lorsqu’un enfant est dans son imaginaire, vous trouverez de fortes similitudes stimulantes et génératrices d’un développement important chez l’enfant que nous avons intérêt à ne pas briser.

Lorsqu’un enfant est dans son monde imaginaire, inventé, son cerveau est rempli d’hormones appelées l’endorphine et l’enképhaline. Ces dernières réduisent considérablement le niveau de stress et de tension neuronale. Grâce à cette folie chimique à l’intérieur du cerveau, l’enfant est calme. Cette quiétude durant le jeu invite l’enfant à dialoguer avec ses rêves.

Il y a donc encore autre chose qui se déroule dans le cerveau. En effet, dans ces moments de jeu, la sérotonine envahit le cerveau de l’enfant. Cette hormone a un rôle d’équilibrage et de régulation dans l’humeur. Jouer met donc de bonne humeur les enfants !

Vous constaterez également en observant vos enfants qu’ils sont hyper concentrés quand ils jouent. En effet, lors de l’activité du jeu, l’acétylcholine se libère dans le cerveau. Cette substance entraîne la concentration de l’enfant et crée un terrain favorable pour la mémoire et l’apprentissage.

Cette stimulation est bénéfique pour son développement moteur, physique, social et émotif. L’enfant est dans son potentiel de créateur. Il est dans une matrice propice à l’imaginaire et c’est merveilleux de l’observer ainsi.

En tant que parents, nous avons cette responsabilité de ne pas briser les rêves de nos enfants. Ils sont la sève de leur épanouissement, de leur développement, de leur enchantement.

La fondation canadienne « Rêve d’enfants » et l‘association française « Rêves » a pour but de réaliser le plus grand rêve de chaque enfant malade. En effet, contribuer au bonheur des enfants qui n’ont parfois pas cette chance de pouvoir jouer, s’exprimer, est essentiel aussi.

Dans les yeux de chaque enfant, le rêve doit pouvoir briller. Ne brisons pas les rêves de nos enfants. Chaque étape dans sa vie peut trouver son lot d’épreuves à traverser et si tout cela est enrobé d’une magie de rêve, d’une vision sensible de ce qu’il pourrait devenir, alors laissons voyager leurs esprits. C’est de notre responsabilité d’adulte.

À lire aussi :

Aimez-vous cet article ? Découvrez sur ma page Facebook de nombreux articles exclusifs que vous ne retrouverez pas ici.

Nelly

Ne manquez rien !

Recevez chaque semaine les dernières publications de nos membres ainsi que des invitations exclusives à nos événements en ligne.

Formation recommandée

Plus de recommandations

Membres à découvrir

Fait comme 2670 personnes en rejoignant une communauté en pleine croissance de professionnels du mieux-être humain et de créateurs de contenus inspirants.
En savoir plus ici