Le droit au bonheur - une décision

Citation Pouvons-nous réellement prétendre au bonheur ?

Pouvons-nous réellement prétendre au bonheur ?

Le bonheur… cet état que nous souhaitons tous atteindre… que nous souhaitons à tous d’atteindre… cette quête sans fin… ce mythe voire même peut-être, pour certains…

Du fait de notre éducation, du fait des exemples de gens malheureux ou heureux autour de nous, dans la réalité… mais aussi dans notre imaginaire – via les contes que l’on a pu entendre, les films que l’on a pu voir – nous avons l’impression, que pour être heureux, nous avons besoin que soit réuni un certain nombre de conditions… conditions qui, la plupart du temps, sont définies par la société dans laquelle nous avons grandie, ou dans laquelle nous évoluons à présent… ou au travers de l’influence des médias, qui nous donnent à voir le bonheur ou le malheur des uns et des autres, via la vie des personnalités connues, ou les faits divers.

Or, être heureux n’est pas un état d’«avoir» (un certain nombre de conditions), mais c’est un état d’ « être»… on dit bien « être » heureux.

Entre cette conception erronée, et la croyance collective que le bonheur est quelque chose vers lequel on tend, mais que l’on n’atteint jamais… qui donc peut parvenir à être heureux ? Ceux qui ont tout pour être heureux le sont-ils ? Rarement. Tout le monde le sait. Alors peut-être ceux qui vivent dans un conte de fées ?!

Ou peut-être ceux qui « croient » aux contes de fées. En fait, qui a-t-il dans les contes de fées, qui permet de faire passer le héros ou l’héroïne, de malheureux, à heureux ? De la magie. Quelle est-elle réellement cette magie ? C’est un point de basculement, un moment où le personnage se met à « croire » en un avenir meilleur, à l’imaginer déjà présent, et à oser faire un pas dans ce sens. La voilà, toute la magie.

Alors, j’entends déjà les oppositions du plus grand nombre – surtout vu ce que nous vivons en ce moment – que lorsque la masse de problèmes, de difficultés, voire la détresse, s’amassent… lorsqu’il y a toutes ces batailles à mener pour survivre… et bien… on aimerait le voir ce tour de magie !

C’est vrai… et c’est vrai pour tous. Cependant, si l’on exclut ce cas extrême, où l’on doit se battre pour survivre, dans le reste des cas, on peut effectivement se permettre de croire en cette magie… et se permettre d’y croire, ça veut simplement dire, le décider… ça veut dire, faire le choix d’y croire… au lieu de continuer de croire que cet objectif est tout simplement inatteignable. Il est là le point de basculement. Et la magie, elle est dans le simple fait qu’en se mettant à y croire… on commence déjà à être heureux.

Et c’est alors qu’on est confronté à un autre obstacle… ce que les autres vont penser ou dire de nous. Vous connaissez le dicton « pour vivre heureux, vivons cachés » ?… et oui, ça aussi c’est dans les croyances collectives…

Que va-t-il se passer si les autres nous voient heureux ? Ils risquent d’être envieux… ou de nous laisser tomber… ils vont peut-être nous médire… ils vont encore davantage se lamenter sur leur sort et devenir ennuyants, ou encore plus malheureux, ou bien on peut avoir ainsi l’impression qu’on leur fait du mal indirectement… ou peut-être encore qu’on sera victime du mauvais œil, etc…

Autrement dit, même si nous parvenons à être heureux… nous finirons par en avoir honte… honte de le montrer… honte de le vivre, alors que tant n’ont pas cette chance… cela est indécent. Et la honte… anéantit ce bonheur… car la honte nous ramène à la peur, à la limitation, au manque…

Or la honte, elle, apparaît lorsque nous enfreignant une limite que nous nous étions fixées. Quelle limite aurait-on enfreint ici ? Si ce n’est celle d’accepter notre droit à être heureux. Cette acceptation n’a rien à voir avec les conditions dans lesquelles nous vivons, avec les objectifs que nous atteignons, ou les échecs que nous endurons. Elle n’a rien à voir non plus avec le fait que les autres, accéderaient eux-mêmes à cette acceptation, ou non. Non, il s’agit là d’un choix… que l’on fait seul, avec soi-même.

Et dès l’instant où l’on fait ce choix – en conscience – en ayant connaissance de toutes les conséquences que cela pourrait engendrer… on est sur la bonne voie.

Je vous souhaite de croire au bonheur… je vous invite à croire en la magie d’y croire… je vous propose de croire que vous y avez droit… sans aucune réserve… pas comme tout le monde, non… juste parce que vous, vous décidez d’en faire le choix.


Estelle Morioussef – Thérapeute en développement personnel et accompagnatrice
Kinésiologue Certifiée – Maître Praticien en PNL – Energéticienne
Je vous invite également à me suivre sur ma page Facebook

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez-le avec vos amis!

annuaire

Membres à découvrir

Fait comme 2314 personnes en rejoignant une communauté en pleine croissance de professionnels du mieux-être humain et de créateurs de contenus inspirants.
En savoir plus ici

Nous recommandons

Top articles

Vous aimerez aussi

Ne manquez rien !

Recevez chaque semaine les dernières publications de nos membres ainsi que des invitations exclusives à nos événements en ligne.

Supportez-nous

Supportez-nous en vous abonnant à nos différents médias sociaux. Merci !