Partenaires Positifs

Comment guérir les cicatrices de la violence conjugale ?

Citation 4 étapes de libération émotionnelle pour guérir les cicatrices de la violence

4 étapes de libération émotionnelle pour guérir les cicatrices de la violence

Comment guérir les blessures émotionnelles provenant de la violence physique ou psychologique? Quelles sont les étapes pour guérir les cicatrices laissées par la violence conjugale ou familiale? Est-ce possible de retrouver le gout d’aimer après une rupture avec  un homme violent ou une femme violente?

Premièrement, si vous vivez actuellement une relation toxique ou il y a de la violence psychologique et/ou physique, sachez que vous ne méritez pas ce qui vous arrive. Les agresseurs sont émotionnellement et physiquement manipulateurs, ce qui rend d’autant plus difficile la gestion des vagues d’émotions que vous ressentez. Vous devez absolument prendre des mesures pour assurer votre sécurité immédiate et vous permettre de vous rétablir. Vous aussi avez le droit à une vie plus sereine.

Que la violence initiale ait été perpétrée par des hommes ou des femmes, ceux qui l’ont subie sont profondément blessés. Qu’elles l’aient endurée pendant leur enfance ou dans le cadre de relations amoureuses abusives à l’âge adulte, les victimes de violence psychologique souffrent souvent d’une multitude de symptômes autodestructeurs.

Les expressions émotionnelles et physiques de ces symptômes sont étrangement similaires à celles des victimes du syndrome de stress post-traumatique :

  • Souvenirs indésirables et bouleversants
  • Cauchemars
  • Anxiété hyper vigilante
  • Blâme
  • Culpabilité
  • Sentiments d’isolement et d’impuissance
  • Etc.

Les personnes qui ont subi des violences émotionnelles continues ont des difficultés à choisir des partenaires amoureux non violents. Leurs interactions antérieures, impuissantes et angoissantes, les rendent méfiantes à l’idée qu’un partenaire aimant ne puisse jamais les traiter avec respect et gentillesse. Convaincues qu’il ne peut y avoir rien de mieux pour eux, de nombreuses victimes de relations chroniquement violentes ont tendance à être attirées par des partenaires qui sont des agresseurs potentiels.

La victime de violence émotionnelle devra guérir ses blessures passées et sa dépendance affective avant de s’engager dans une nouvelle relation. C’est souvent plus facile à dire qu’à faire. De nombreuses victimes ont subi un tel lavage de cerveau qu’elles sont trop effrayées pour défier leur partenaire et ne voient pas de moyen de s’échapper.

Les 4 étapes de guérison de la violence relationnelle.

Il existe 4 étapes de guérison de la violence émotionnelle. Comme il s’agit d’un processus difficile et éprouvant, certains ne peuvent pas passer par les 4 étapes. Mais, même s’ils font une partie de la séquence, ils réussissent toujours mieux dans leurs relations futures.

1.  Reconnaître les abus en soi et entre partenaires

Nous ne pouvons pas guérir ce que nous ne voyons pas. Beaucoup de victimes d’abus sont humiliées, honteuses ou terrifiées à l’idée d’évoquer la profondeur de leurs expériences traumatisantes, sans parler de les partager avec leurs partenaires. La plupart des victimes d’abus ne veulent tout simplement pas revivre leurs abus passés. Ce n’est que lorsque le traumatisme antérieur est ouvertement reconnu par soi-même et par l’autre partenaire que le processus de guérison peut commencer.

2. La détermination à se sauver à tout prix

Cette étape n’est pas facile à tenir pour une victime d’abus. Il y a toujours un chantage interne constant et ces sentiments internes d’auto-sabotage ressemblent à un labyrinthe qui mènera toujours au même piège. La bataille devient alors, pour la victime précédente, interne. Abandonne-t-elle à tout prix la position héroïque de prendre soin d’elle-même ou supplie-t-elle aux exigences de l’autre ?

La victime de la violence ne peut avoir d’autre choix que de continuer sur la voie de l’autopréservation, même si l’autre partenaire ne peut y voir qu’un acte égoïste ou d’autopromotion à ses dépens. C’est l’étape qui a le plus de chances d’aboutir à une rupture de la relation actuelle. Il faut un(e) partenaire profondément solide émotivement, confiant(e) et solidaire pour ne pas prendre cette étape personnellement et la repousser avec ses propres besoins.

3. La compassion envers soi

La vision de la vie par l’amour et la compassion permet de traverser courageusement nombre de situations difficiles de la vie. Ceux qui se sont libérés de la tyrannie ressentent à nouveau du pouvoir sur leur propre vie, mais ils peuvent aussi maintenant ressentir de la compassion, à la fois envers eux-mêmes et envers d’autres victimes d’abus, y compris leur partenaire actuel qui peut avoir été le destinataire de leur indifférence égoïste pendant leur processus de guérison.

« Apprendre à regarder le monde et les autres avec compassion, sans jugement et sans arrière-pensée, c’est faire un premier pas vers une vie plus harmonieuse. »
– Catherine Rambert

Elles savent comment tenir les autres responsables de leurs propres actions et ne pas considérer chaque rencontre difficile comme leur faute. Ils ont remplacé la culpabilité de ne pas être à la hauteur des attentes d’autrui par la confiance en leurs propres critères de jugement ou de changement. Elles savent également qu’elles doivent toujours être attentives à leur propre agresseur intériorisé qui a été le moteur de leurs comportements pendant si longtemps. Maintenant, se sentant maîtres de leur propre destin, elles sont en mesure de choisir avec qui, comment, quand et pourquoi elles s’ouvriront à l’amour.

4. Devenir un modèle pour les autres

Lorsque vous serez pleinement dans la troisième étape de votre transition, la compassion puissante, vous vous trouverez changé. La victime de violence conjugale n’est plus attirée par les personnes qui sont violentes ou elle ne ressent plus le besoin de prendre un rôle de sauveur. Les personnes qui l’entourent la traitent avec une nouvelle attitude de respect. Ils voudront savoir comment vous vous êtes transformé d’une victime impuissante en un guerrier compatissant. Vous leur direz que vous avez reconnu, surmonté et rompu les liens d’interaction entre l’agresseur et la victime et que vous vous êtes maintenant engagé à être un modèle pour les autres qui demandent de l’aide.

Comment aimer à nouveau après la violence conjugale ?

Vous retrouverez cette joie d’aimer et d’avoir un présent et un futur heureux. Pour cela il faut avoir un objectif personnel, c’est-à-dire ne pas remettre son bonheur dans les mains de quelqu’un d’autre. Votre bonheur, c’est à vous de le construire ; votre estime personnelle c’est à vous de la reconstruire dans votre carrière, dans votre indépendance financière et au travers de relations amicales qui vont être sincères et authentiques.

Dans cette vidéo de mon amie Agnès de Reulle, coach experte en libération des violences conjugales et familiales, elle nous explique pourquoi il est fondamental d’oser s’ouvrir aux autres vers d’autres relations qu’elles soient amicales ou amoureuses.

Il est donc très important à la fois d’être vigilante et d’ouvrir votre cœur : après la pluie existe le beau temps, mais cela prend du temps et cela se construit au travers d’une stratégie. Je vous invite à suivre Agnès sur sa chaîne YouTube pour plus de conseils pour sortir de la violence conjugale ou familiale.

Pour aller plus loin avec la vie après la violence : 

Si vous vivez présentement ou envisagez une rupture suite à une situation de violence émotionnelle ou physique, veillez à prendre soin de vous mentalement, physiquement et spirituellement pour pouvoir vous remettre de vos émotions.

Francis M.

Ajouter un commentaire