La différence entre Ego, Égoïsme et Égocentrisme

Citation Beaucoup trop de gens confondent l’ego avec l’égoïsme

Beaucoup trop de gens confondent l’ego avec l’égoïsme

Quelle est la différence entre l’égoïsme et l’ego ? Quelle est la différence entre une personne égoïste, égotiste et égocentrique ? Bien que la distinction entre ceux-ci et l’ego puisse parfois devenir floue, il existe une différence entre chacun.

Sans entrer dans les détails, j’ai eu l’idée d’écrire cet article parce que ma conjointe a eu dernièrement une phase de doute sur elle même, sur ses rêves et sur sa valeur personnelle. C’est alors que je lui dis que c’est son ego qui est à la source de cette souffrance. Ego, un mot qui fait réagir parce qu’il est souvent mal compris. Elle me rétorque alors en me disant : « je n’ai pas d’ego ». Mon amoureuse a un cœur en Or, elle est généreuse et elle est remplie de belles qualités humaines. Elle n’est aucunement égoïste, bien au contraire. Je lui explique alors qu’il faut faire la différence entre l’ego et l’égoïsme.

« Quand l‘ego dit : « je ne devrais pas avoir à souffrir », cette pensée vous fait souffrir encore plus… En réalité, et de façon paradoxale, vous avez besoin de dire « Oui » à la souffrance avant de pouvoir la transcender. »
– Eckhart Tolle

Pour quelqu’un qui n’est pas très familier avec ces termes, l’égoïsme et l’ego pourraient bien avoir la même signification; mais ce serait une énorme erreur de la part de la personne si elle considérait les deux comme identiques. Ils sont tous deux caractérisés par une préoccupation pour le Moi et une tendance à se satisfaire le Moi. Mais l’un d’eux est vaniteux, complaisant et à la limite du narcissisme, tandis que l’autre est davantage un sentiment de soi, une conscience de soi, une signification du soi, comme en parlent la spiritualité et la philosophie.


📌 À lire aussi : 14 signes de narcissisme spirituel (ego spirituel) et comment y faire face


Le terme « ego » est aussi déroutant que n’importe quel autre en psychologie. Non seulement le mot lui-même est utilisé pour désigner plusieurs constructions et processus psychologiques distincts, mais le paysage psychologique est jonché de concepts qui incluent « ego » d’une manière ou d’une autre. Mais que signifie réellement l’ego ? De quoi parlons-nous lorsque nous faisons référence à l’ego ? Et quelle est la différence entre tous les termes dans lesquels le terme ego est intégré ?

Qu’est-ce que l’ego ?

Selon Sigmund Freud, le Moi est une partie de la personnalité qui sert de médiateur entre les demandes du Moi, du Surmoi et de la réalité. Freud a décrit le Moi comme la partie la plus fondamentale de la personnalité qui pousse les gens à satisfaire leurs besoins les plus primaires. Le Surmoi, quant à lui, est la partie moralisatrice de la personnalité qui se forme plus tard dans l’enfance en raison de l’éducation et des influences sociales. Le rôle de l’ego est de trouver un équilibre entre ces deux forces souvent concurrentes et de s’assurer que la satisfaction des besoins du Moi et du Surmoi est conforme aux exigences de la réalité.

L’ego nous empêche d’agir en fonction de nos pulsions fondamentales (créées par le Moi), mais s’efforce également d’atteindre un équilibre avec nos normes morales et idéalistes (créées par le Surmoi). L’ego fonctionne selon le principe de réalité, qui vise à satisfaire les désirs du Moi d’une manière réaliste et socialement appropriée.

Par exemple, si une personne vous coupe la route, l’ego vous empêche de poursuivre la voiture et d’attaquer physiquement le conducteur fautif. L’ego nous permet de voir que cette réponse serait socialement inacceptable, mais il nous permet également de savoir qu’il existe d’autres moyens plus appropriés d’exprimer notre frustration.

Pour faire simple, le mot anglais « ego » est le mot latin pour « je ». Traduit littéralement, ego signifie « je ».  L’utilisation du mot « ego » s’est glissée dans la psychologie principalement grâce au travail de Sigmund Freud. Dans la théorie de Freud, l’ego est la partie de la personnalité qui arbitre entre les désirs, les normes morales et sociales.

Freud faisait référence à cette partie consciente et décisionnelle de vous que vous considérez comme « je », comme lorsque vous dites « Je n’aime pas ma mère » ou « J’ai décidé de changer de travail » ou « J’ai rêvé que ma maison était en feu la nuit dernière ». C’est votre « je », votre « moi », votre « ego ».

Quelle est la différence entre ego, égoïsme, égotisme et égocentrique ?

Si l’ego fait référence au Moi, la plupart des termes qui incluent « ego » impliquent des processus ou des réactions dans lesquels le Moi occupent une place importante. Ces termes sont faciles à confondre. Mais ils font référence à des façons différentes, bien que parfois liées, dont notre ego peut influencer nos pensées, nos motivations, nos émotions et nos comportements.

Égoïsme : la version narcissique du moi.

L’égoïsme est la motivation à agir dans son propre intérêt. Une personne qui se comporte de manière égoïste poursuit simplement ses propres objectifs, comme nous le faisons tous. Un motif est égoïste lorsqu’il est axé sur ce que « je » veux.

Un égoïste a généralement une haute estime de soi et pense être meilleur que la plupart des gens qui l’entourent. Ils se considèrent comme proches de la perfection. Bien qu’il soit bon d’avoir une opinion positive de soi-même, il peut en fait être assez répugnant d’être imbu de sa personne. S’il n’est pas maîtrisé et contrôlé, l’égoïsme peut rapidement se transformer en narcissisme.

« Le pire égoïste est celui à qui il n’est jamais venu à l’esprit qu’il pourrait en être un. »
– Sigmund Freud

Égocentrisme : interprétation selon notre point de vue.

L’égocentrisme se résume à percevoir le monde et à interpréter les événements à partir de son point de vue personnel. Les gens sont beaucoup ou peu égocentriques dans la mesure où ils peuvent sortir de leur propre perspective pour voir les choses du point de vue des autres.

Nous sommes tous intrinsèquement égocentriques en ce sens que nous ne pouvons jamais nous libérer totalement de notre point de vue physique ou de notre perspective personnelle et psychologique, influencée par nos expériences, nos objectifs, nos croyances, nos identités, nos préférences et nos préjugés.

« Chacun a raison de son propre point de vue, mais il n’est pas impossible que tout le monde ait tort. »
– Gandhi

Égotisme : la surévaluation de moi.

L’égotisme consiste à s’évaluer plus favorablement que ce qui est objectivement justifié. L’égoïsme est marqué par la recherche de l’augmentation de votre propre importance avec une opinion déjà élevée de vous-même. Nous avons tendance à être égotistes à des niveaux différents. Des milliers d’études montrent que les gens ont tendance à s’évaluer trop positivement. Nous pourrions faire un parallèle avec l’Effet Dunning-Kruger, ce biais cognitif qui correspond à la tendance qu’ont les personnes les moins compétentes dans un domaine donné à surestimer leurs compétences.

Égoïque : relatif au moi.

Égoïque signifie simplement « relatif à l’ego » ou « relatif au moi ». Les pensées, les motifs, les émotions et les comportements égoïques sont des réactions dans lesquelles je, moi et le mien occupent une place centrale. Une réaction égoïque est une réaction dans laquelle je suis au centre de l’action. La plupart du temps, les pensées négatives, les motifs, les émotions et les comportements des gens sont imprégnés d’eux-mêmes, de leur Moi.

Notez qu’égoïque n’a rien à voir avec le fait d’être égoïste. Les personnes égoïstes peuvent certainement être égoïque, mais les personnes très autocritiques peuvent l’être aussi. Les personnes qui se perçoivent de manière très négative, comme c’est souvent le cas des personnes très déprimées, sont souvent très centrées sur elles-mêmes et, par conséquent, très égoïque.

Comment identifier son ego ?

L’ego est nécessaire, mais il peut devenir un piège s’il se développe trop du fait de votre éducation, de vos expériences. Si l’ego augmente, il donne naissance à un adulte qui pense trop à lui-même, n’a plus d’empathie, se coupe de sa nature et de l’accès à la joie; il devient un individualiste narcissique de nos sociétés.


📌 À lire aussi : 12 types de narcissisme qui prouvent que nous sommes tous un peu narcissiques


Votre ego s’attache à tout ce qui vous valorise mais qui n’est pas vous : les rôles que vous jouez, les belles choses que vous possédez, vos attributs les plus flatteurs et bien sûr vos succès.

  • L’ego s’identifie au « avoir » et veut posséder tout ce qui le nourrit et le sécurise.
  • L’ego adore les compliments et la reconnaissance.
  • L’ego ne sait pas écouter.
  • L’ego se justifie et se défend.
  • L’ego n’est pas dans le moment présent.
  • L’ego se nourrit avec la notion de BIEN et de MAL.
  • L’ego compare.
  • L’ego doute.
  • L’ego aime avoir raison.
  • L’ego se croit capable de rendre les autres heureux.
  • L’ego a de la difficulté à admettre qu’on a peur.
  • L’ego est perfectionniste.
  • L’ego aime paraitre et a peur d’être

L’ego est toujours présent et influence notre vie sans cesse dans nos choix, nos actions et nos inactions. Contrairement à une fausse croyance rependue chez de nombreux enseignements spirituels, nous ne pouvons pas tuer l’ego. Il fera toujours acte de présence dans votre vie. Nous pouvons cependant l’apprivoiser pour ne pas le laisser contrôler nos choix, nos actions et notre humeur.

Comment l’ego influence-t-il votre humeur ?

La plupart des gens s’identifient pleinement à la voix dans leur tête. Avez-vous déjà envisagé l’idée que ce n’est pas vous, mais seulement une partie ? Lorsque vous êtes contrarié, triste, en colère, inquiet ou que vous craignez l’avenir, ce n’est pas vous. C’est juste votre ego !

« L‘identité de l‘ego, qui dépend de la comparaison, se nourrit du fait d‘avoir plus. Il peut s‘accrocher à n‘importe quoi. Si tout le reste échoue, on peut renforcer un sentiment de soi fictif en s‘estimant traité injustement par la vie, ou plus malade qu‘un autre. »
– Eckhart Tolle

Tant que nous acceptons cette croyance, faisant de nous des victimes, aucun cheminement spirituel n’est possible. Notre société idolâtre l’esprit, sans prendre conscience de ses imperfections et de ses pièges.

  • Avez-vous déjà détesté quelqu’un qui réussit ?
  • Vous comparez-vous aux autres ?
  • Recherchez-vous l’attention des autres ?
  • Vous considérez-vous comme meilleur, plus vertueux, plus intelligent ou plus gentil que les autres ?
  • Avez-vous déjà méprisé quelqu’un qui ne fait pas autant d’efforts que vous ?

Si vous avez répondu oui à ces questions, c’est votre ego. Si vous réagissez mal au conseil de quelqu’un, ou à une situation particulière dans laquelle vous vous trouvez, rappelez-vous que ce n’est pas « vous » qui avez un problème, mais votre ego. L’ego croit que nos souffrances sont causées par les autres.

Il n’y a rien de mal à avoir un ego et à se sentir important, mais l’ego doit être régulé. Les problèmes surviennent lorsqu’il affecte votre prise de décision, votre humeur, qu’il fait de vous une victime, ou qu’il vous fait vous sentir supérieur aux autres afin de justifier votre comportement.

Votre ego vous éloigne du moment présent. Imaginez que vous viviez toute votre vie en pensant au passé et au futur, et que vous réalisiez à la fin que vous étiez trop coincé dans votre tête pour engager pleinement vos sens et profiter du monde qui vous entoure.

« L‘ego ne sait pas que la seule occasion d‘être en paix, c‘est maintenant. Ou bien il le sait et a peur que vous le découvriez. Après tout, la paix, c‘est la fin de l‘ego. »
– Eckhart Tolle

Votre ego se battra contre ce fait, il veut regarder le passé et le futur pour trouver des problèmes afin de pouvoir se défendre. Il veut se battre. Il ne veut pas que vous soyez en paix. Votre ego a besoin d’un ennemi – une situation ou un problème pour se sentir plus grand ou meilleur que lui.

Cela vous empêche de profiter de votre vie et d’accepter les choses telles qu’elles sont. Vous pouvez cependant apprendre à accepter les choses telles qu’elles sont en remarquant simplement quand votre ego interfère et en le ramenant doucement dans le droit chemin.

Pour conclure cet article et vous aider à mieux comprendre comment l’ego affecte négativement vos pensées, je vous partage cette vidéo de Damien Maya dans laquelle il a traduit un extrait d’une conférence d’Eckhart Tolle, un enseignant et maitre reconnu mondialement pour sa compréhension et ses enseignements concernant l’ego .

Votre ego n’est qu’une partie de vous. Si vous faites cette petite, mais cruciale séparation entre votre ego et qui vous êtes, vous serez beaucoup plus heureux et plus équilibré. Votre mental n’est qu’une partie de vous et vous êtes bien plus que votre ego.

Pour aller plus loin avec l’ego :

Ne manquez rien !

Recevez chaque semaine les dernières publications de nos membres ainsi que des invitations exclusives à nos événements en ligne.

Formation recommandée

Plus de recommandations

Membres à découvrir

Fait comme 2669 personnes en rejoignant une communauté en pleine croissance de professionnels du mieux-être humain et de créateurs de contenus inspirants.
En savoir plus ici