Comment savoir si on a été abusé par son partenaire ?

Citation 4 types d’abus qui prouvent que vous êtes dans une relation de couple malsaine

4 types d’abus qui prouvent que vous êtes dans une relation de couple malsaine

Les victimes de violence domestique ont du mal à s’identifier comme de véritables victimes. Pourquoi ? Il y a cette stigmatisation qu’elle s’impose à elle-même et qui dit que si elle n’est pas brutalement battue, elles ne sont pas de « vraies » victimes. La vérité est que la maltraitance comporte de nombreuses facettes et que la plupart des victimes en font l’expérience à différents niveaux.

Et si la maltraitance est un délit d’égalité, qu’il s’agisse de relations hétérosexuelles ou homosexuelles, ce sont généralement les femmes qui sont les plus susceptibles d’être victimes de violence intime grave. Une femme sur quatre contre un homme sur neuf est victime de violence physique ou sexuelle grave ou de harcèlement. C’est pour cette raison que j’écris mes articles généralement pour les femmes, mais l’information que je partage ici est également valable pour les hommes victimes de violences physiques et psychologiques.

Il n’y a pas que les abus physiques et les relations peuvent également être destructrices sur le plan émotionnel. En fait, la violence psychologique peut être encore plus dommageable que la violence physique, affirme Beverly Engel, psychothérapeute et auteur de plusieurs ouvrages sur la violence psychologique. « Avec la violence physique, une femme sait qu’elle est maltraitée. Lorsqu’elle est victime de violence psychologique, elle ne le sait pas nécessairement » , explique-t-elle.

Quelles que soient les façons dont nous essayons de minimiser nos situations, un abus est un abus. Plus tôt vous identifierez les types d’abus auxquels vous êtes confronté, plus il vous sera facile de prendre des mesures pour vous protéger.

Les signes d’une relation abusive

Comment identifier l’abus dans son couple ? Le premier signe qui ne ment pas et qui vous indique que vous êtes probablement dans une relation abusive en ce moment, c’est que vous êtes en train de lire cet article et que vous consultez d’autres articles comme celui-ci pour répondre à vos questionnements.

Très souvent, se questionner à savoir si on a subi de la maltraitance est une réponse en soi !

Si vous vous interrogez sur le côté sombre de votre relation et que vous parcourez des articles sur la maltraitance, il y a de fortes chances que vous en subissiez une forme ou une autre. Parce que si vous étiez dans une relation harmonieuse et épanouissante remplie de respect et d’une saine communication. Vous ne seriez probablement pas ici en ce moment à lire mon article. Voici quelques indicateurs d’une relation abusive pour vous aider à y voir plus clair.

Il y a un schéma récurrent

Que la violence domestique soit physique ou émotionnelle, il nous arrive à tous de dire quelque chose de déplacé ou de faire quelque chose qui nuit involontairement à notre partenaire ou à la personne avec laquelle nous sommes en relation. Mais les partenaires violents font ces choses souvent et volontairement selon un modèle et de façon récurrente.

Bien sûr, la violence physique est plus facile à reconnaître – c’est lorsqu’une personne vous fait intentionnellement du mal au point de vous blesser ou même de vous menacer de mort. La violence psychologique peut se manifester dans tous les cas où il y a tromperie, pouvoir, contrôle et domination sur l’autre personne ou dévalorisation régulière, manque de respect, diminution ou tromperie.

Les agresseurs utilisent des armes psychologiques comme l’humiliation et la peur pour vous isoler ou vous punir d’une manière ou d’une autre. Ils ne reconnaissent même pas que ce qu’ils font vous blesse, alors que n’importe qui d’autre le reconnaîtrait probablement. C’est un manque de développement de leur propre personnalité et ils ne peuvent pas comprendre que les autres personnes ont des désirs, des besoins, des envies et des sentiments différents des leurs. Et c’est ainsi que les choses se répètent selon un schéma récurant.


📌 À lire aussi : Comprendre et sortir du cycle de la violence domestique


Le pouvoir est unilatéral

En général, un seul des partenaires a tout le pouvoir et il l’utilise pour contrôler l’autre. Non seulement vous n’avez aucun contrôle, mais vous n’êtes pas non plus libre de ne pas être d’accord avec une opinion ou une déclaration, car les partenaires abusifs considèrent cela comme un manque de respect. Vous pouvez également commencer à surveiller ce que vous dites au cas où votre partenaire se mettrait en colère et s’emporterait, verbalement ou à coups de poing. Et cela peut vous rendre anxieux en permanence.

Votre partenaire souffle le chaud et le froid

Les partenaires violents ne sont pas tout le temps méchants avec vous. C’est un cycle d’abus, et il y a une phase où il se montre gentil, achète des fleurs, fait et dit toutes les bonnes choses. Cela peut s’évaporer en une seconde, dès qu’il se sent menacé et qu’il a le sentiment perdre son emprise sur vous. Les relations ne sont pas faites pour être un jeu de chat et de souris. Cela crée un courant sous-jacent d’anxiété pour la partenaire maltraitée qui pense qu’elle est en train de devenir folle.

4 différents types d’abus

En général, un type d’abus en entraîne un autre, disent les experts. Par exemple :  dans les relations amoureuses où il y a de la violence conjugale, il y a généralement eux de la violence émotionnelle et mentale qui s’est produite bien avant la violence physique. Bien que la violence psychologique ne mène pas obligatoirement à la violence physique, elle sera souvent combinée à un autre type d’abus qu’il soit sexuel ou financier. Il est donc important de bien comprendre les différents types d’abus que nous retrouvons dans un couple.

L’abus émotionnel

La violence psychologique est très courante et fait partie intégrante de tout type de relation toxique. Parfois, on nous pousse à croire que nous sommes simplement trop sensibles et que nous ne sommes pas réellement maltraités.

Une personne qui continue à vous faire sentir mal dans votre peau le fait probablement dans le but de vous faire sentir si faible que vous pensez que personne d’autre ne voudra de vous. C’est une façon de garder une emprise sur vous. Il s’agit d’une forme de manipulation qui aide l’agresseur à garder sa victime. Un agresseur peut vous manipuler en vous isolant de vos amis et de votre famille. Il peut vous menacer si vous franchissez l’une de ses limites strictes.


📌 À lire aussi : Comprendre et repérer le chantage affectif dans nos relations


La violence psychologique peut également être très subtile. Votre agresseur peut prendre l’habitude de vous humilier devant vos amis et votre famille ou de dire du mal de vous à d’autres personnes pour vous faire paraître problématique. Cela peut l’aider à garder le contrôle, car il a déjà créé une campagne de salissage sur vous si jamais vous demandez de l’aide.

L’abus financier

Ce type d’abus peut se produire de différentes manières. Lorsqu’une personne utilise les finances pour faciliter son abus, c’est parfois parce qu’elle sait qu’il est plus difficile pour sa victime de partir si elle n’a pas les fonds nécessaires. Il peut essayer de vous empêcher de travailler afin que vous soyez uniquement tributaire de ses revenus. Ce qui lui permet de garder une emprise sur vous.

L’abus financier peut aussi ressembler à une personne qui s’assoit sur votre canapé et profite de vos revenus. Si une personne refuse de faire sa part du travail et vous crée des problèmes financiers, il s’agit également d’un abus.

Chaque personne est responsable de ses propres besoins financiers et vous n’êtes pas tenu de soutenir une personne qui refuse de contribuer. Ne permettez pas à quelqu’un de mettre vos besoins financiers au second plan par rapport aux siens.


📌 Pour aller plus loin : Le narcissique et le contrôle de l’argent


L’abus sexuel

Même s’il ne vous force pas physiquement, un agresseur peut vous manipuler ou vous faire culpabiliser pour que vous fassiez ce qu’il veut. Si vous cédez à ses exigences parce que vous avez peur des conséquences que vous pourriez subir en disant non, vous êtes victime d’abus sexuels.

Le statut de mariage et/ou de relation n’est pas un consentement. Peu importe que vous soyez en couple, que vous viviez ensemble ou que vous portiez la bague au doigt. Vous pouvez toujours dire non, et toute personne qui essaie de vous forcer à le faire est un agresseur.

L’abus physique

La violence physique peut prendre de nombreuses formes, comme les autres types de violence que nous avons déjà évoqués. Un agresseur peut vous blesser physiquement de plusieurs façons, plus complexes que de vous frapper ou de vous gifler.

L’abus physique se sépare en 2 catégories. Il y a l’abus direct qui est de la violence physique tandis que l’abus physique indirecte qui est une menace à votre santé physique, voir mettre votre vie en danger. Il peut faire exprès de vous empêcher de dormir ou de manger. Le manque de sommeil et de nourriture peut causer des ravages dans votre corps et votre état mental. Il est important de voir clair dans ce type d’abus, même s’il se produit de manière subtile.

Un autre moyen pour un agresseur de vous nuire est de vous mettre dans des situations effrayantes auxquelles vous ne pouvez échapper. Par exemple, il peut conduire de façon imprudente et à grande vitesse lorsque vous êtes en voiture avec lui. Non seulement cela vous cause beaucoup d’anxiété, mais il met votre vie en danger. Vous pourriez avoir un accident et être blessé physiquement.


📌 À lire aussi : L’impact choquant de l’abus narcissique sur la santé et le cerveau


Comment quitter une relation abusive ?

Aucune forme de violence n’est acceptable, même si certaines personnes pensent que certaines formes sont « pires » que d’autres. Comme nous l’avons déjà dit, la violence est une violence. Vous méritez d’avoir des relations heureuses, exemptes d’agitation et de manipulation. Il n’y a pas de mal à partir, et il n’y a pas de mal à se battre pour soi-même.

Étape 1 : Préparez-vous émotionnellement

Si vous avez été soumis de manière répétée à des paroles et des actes qui vous ont fait sentir que vous ne valiez rien, et que vous êtes trop abattu pour vous faire confiance, il est très difficile de trouver le courage de partir. Une autre raison pour laquelle les gens ne partent pas ? Ils placent une quantité inexacte et écrasante de pouvoir dans cette autre personne. Les experts recommandent donc d’essayer de se mettre dans le bon état d’esprit pour s’en sortir.  Pour ce faire :

  • Donnez des mots à votre expérience. Les personnes qui parviennent à quitter un partenaire violent sont souvent capables de créer un récit qui leur permet de voir ce qui se passe réellement. Un moyen facile de créer un récit est de noter tous les incidents importants de violence psychologique que vous avez vécus et ce que vous avez ressenti dans un journal. Référez-vous ensuite à cette liste de temps en temps, afin de commencer à voir l’ensemble des dommages que cela vous cause. Le but de ce journal est de vous aider à renforcer votre détermination à partir.
  • Réalisez que votre partenaire ne changera pas.  Il est courant de trouver des excuses à son partenaire. Vous devez identifier ce que vous pouvez et ne pouvez pas contrôler afin de comprendre que les schémas d’abus ne sont pas des problèmes relationnels typiques. Vous devez en arriver à comprendre qu’il s’agit d’un problème de caractère et que vous n’en êtes pas la cause, que vous ne pouvez pas le guérir et vous ne pouvez pas le changer. .
  • Soyez prêt à faire votre deuil. Bien sûr, se préparer à partir est une chose. Vous devez également vous dire que vous pouvez survivre sans votre compagnon et renforcer votre détermination à ne pas reprendre avec votre partenaire, même s’il vous supplie. Aussi douloureuse que soit la relation, soyez prêt à ce que votre partenaire vous manque.

Étape 2 : Préparez le terrain

Vous devez commencer à planifier votre sortie – ce qui signifie régler toutes sortes de détails logistiques et juridiques pour que vous (et vos enfants) puissiez sortir en toute sécurité. Si vous avez besoin d’aide à ce niveau, contactez-moi pour que je puisse vous accompagner dans ce processus. Pour l’instant, voici quelques conseils à prendre conscience immédiatement :

  • N’ébruitez pas vos plans. Vous ne devez en aucun cas faire part de vos intentions. Cela signifie qu’il ne faut pas menacer de partir. Cela sera probablement utilisé contre vous par votre agresseur.
  • Effacez votre empreinte numérique. Les personnes violentes surveillent généralement le courrier électronique, l’ordinateur et le téléphone portable personnels de leur partenaire. Lorsque vous effectuez vos recherches, qu’il s’agisse de trouver un refuge contre la violence domestique, de parler à un ami pour qu’il emménage chez lui ou de parler aux membres de votre famille pour qu’ils empruntent de l’argent afin que vous puissiez déménager, vous devez le faire avec précaution afin que votre partenaire ne puisse pas vous espionner et connaître vos projets.
  • Rassemblez vos informations importantes – vos cartes bancaires, vos certificats de naissance et de mariage, les certificats de naissance de vos enfants – et mettez-les en lieu sûr. Parlez-en à quelqu’un, ne serait-ce qu’un ami, et confiez-lui vos documents importants.
  • Faites appel à des alliés professionnels. Avoir des amis et des membres de la famille qui peuvent vous écouter et vous aider à planifier votre fuite est une excellente chose. Mais si vous pouvez vous le permettre, envisagez de faire appel à un thérapeute et/ou à un avocat, surtout pour la suite.
  • Déterminez où vous irez. Une fois que vous êtes partie, vous avez besoin d’un endroit où aller. Il peut s’agir d’un refuge contre la violence domestique. Ou bien emménagez chez des amis ou de la famille. Si vous avez les ressources nécessaires, vous pouvez commencer à chercher un logement à louer (ou à mettre de l’argent de côté).
  • Soyez attentif aux changements de comportement de votre partenaire. Parfois, les partenaires violents ont un sixième sens, même si vous avez pris soin de couvrir vos traces. C’est pourquoi vous devez être attentif aux signaux d’alarme de votre partenaire, surtout s’ils sont imprévisibles. Les partenaires destructeurs veulent changer votre réalité, alors au lieu de se mettre en colère ou d’être violents, ils peuvent commencer à faire des choses gentilles – faire la vaisselle, passer du temps avec les enfants, vous accorder de l’attention. Au lieu de cela, concentrez-vous sur votre objectif et rappelez-vous le caractère de votre partenaire et ses habitudes de violence.
  • Choisissez un moment sûr. Il n’y a pas de bon moment pour partir, il s’agit donc de trouver un moment sûr,  ce qui signifie généralement un moment où vous êtes à la maison et où votre partenaire est au travail, chez des amis ou chez des parents.
  • Ayez un mot de code. Établissez-le à l’avance et partagez-le avec vos amis, votre famille ou même vos voisins en qui vous avez le plus confiance. Ainsi, lorsque vous l’utilisez, ils savent que vous êtes en danger et peuvent soit venir intervenir, soit appeler la police.

Étape 3 : Cessez tout contact

Si vous avez toujours le même téléphone et qu’il vous envoie un texto, vous ne pouvez en aucun cas répondre. De plus, en gardant le moindre contact, vous ne feriez qu’encourager votre partenaire à continuer à envoyer des messages ou à appeler.

Gardez vos allées et venues secrètes. Au moins jusqu’à ce que vous obteniez l’ordonnance restrictive, qui vous offre alors une protection supplémentaire. Déposez l’ordonnance restrictive ou demandez à votre avocat de le faire le plus rapidement possible. Ce n’est peut-être qu’un bout de papier, mais il peut s’agir d’un outil efficace pour tenir votre partenaire éloigné de vous et des enfants. L’ordonnance est temporaire, c’est-à-dire qu’elle n’est valable que pendant plusieurs semaines. Cela peut permettre de gagner suffisamment de temps pour qu’un juge des affaires familiales délivre une ordonnance permanente.

Si l’agresseur n’a aucune nouvelle de vous, il y a beaucoup moins de chances qu’il continue à persister. Il persistera pendant un certain temps, puis il passera à sa prochaine victime.

Pour trouver plus de soutien ou de ressources, et créer un plan personnalisé, vous pouvez me joindre en privé via mon site web.

Merci de m’encourager dans ma mission en vous abonnant à ma chaine YouTube  ou ma page Facebook sur lesquelles je vous partage des conseils pour sortir d’une relation avec un pervers narcissique ou/et de la violence conjugale.

Agnès de Reulle
Experte en libération des violences conjugales et familiales

Recommandés pour vous :

Ne manquez rien !

Recevez chaque semaine les dernières publications de nos membres ainsi que des invitations exclusives à nos événements en ligne.

Nous recommandons

Plus de recommandations

Membres à découvrir

Fait comme 2611 personnes en rejoignant une communauté en pleine croissance de professionnels du mieux-être humain et de créateurs de contenus inspirants.
En savoir plus ici